Skip to main content

Toews en voie de connaître sa pire saison à l'attaque

Le Franco-Manitobain capitaine des Blackhawks voit les ailiers défiler à ses côtés depuis le départ de Brandon Saad

par Brian Hedger / Correspondant NHL.com

CHICAGO - C'était censé être la saison de la rédemption pour le capitaine des Blackhawks de Chicago Jonathan Toews.

Toews, âgé de 28 ans, a remporté la Coupe Stanley trois fois avec les Blackhawks et on s'attendait à ce qu'il revienne plus fort cette saison après avoir connu une saison 2015-16 décevante, à l'issue de laquelle il n'a récolté que 58 points (28 buts, 30 passes) en 80 rencontres - le deuxième plus bas total de points en carrière pour lui.

Au lieu de ça, il continue d'être habité par un fort sentiment de frustration. Même s'il a amassé huit points (trois buts, cinq passes) dans ses six derniers matchs, Toews est en voie de connaître, avec 30 points en 45 matchs, sa saison la moins fructueuse à l'attaque dans la LNH (48 points en 2012-13), avant l'affrontement entre les Blackhawks et le Wild du Minnesota au Xcel Energy Center, mercredi (20h HE; TVA SPORTS, SN, NBCSN, NHL.TV).

Il a été incommodé par des maux de dos qui lui ont fait manquer neuf matchs. Le plus important facteur toutefois est qu'il n'a pas eu les mêmes ailiers sur base régulière depuis que Brandon Saad a été échangé aux Blue Jackets de Columbus, le 30 juin 2015.

« Je n'aurais jamais cru que mon trio aurait changé tant que ça », a commenté le Franco-Manitobain au terme de la séance d'entraînement de l'équipe, mardi. « C'est comme ça. Donnez du mérite (à Saad). C'est un formidable joueur et c'est très agréable de jouer en sa compagnie. Mais vous ne pouvez pas utiliser ça comme une excuse. C'est à moi d'afficher de la constance, peu importe l'identité de mes ailiers. »

Le problème est que Toews a eu 14 ailiers différents depuis le début de la saison 2015-16, incluant huit cette saison. La majorité d'entre eux ont été appelés à remplacer Saad sur le flanc gauche. Cela dit, l'aile droite est également devenue problématique avec le temps.

Marian Hossa, qui a passé la majeure partie du temps à la droite de Toews depuis qu'il est chez les Blackhawks, a évolué au sein de chacun des trois premiers trios.

Il est actuellement avec l'ailier gauche recrue Ryan Hartman et le joueur de centre Marcus Kruger sur la troisième unité.

Toews est présentement associé à la recrue Nick Schmaltz et à Richard Panik.

L'unique unité qui ne change pas trop depuis même la saison dernière, c'est celle de Patrick Kane, avec l'ailier gauche Artemi Panarin et le joueur de centre Artem Anisimov, qu'on a obtenu en retour des services de Saad.

Toews a souligné que c'est difficile d'afficher une bonne cohésion en ayant jamais les mêmes coéquipiers.

« C'est effectivement ardu par moments. Quand vous analysez le rendement du trio d'Anisimov, aussi bon soit-il, vous ne faites pas trop de cas des matchs plus laborieux qu'il connaît. On lui permet de se ressaisir et de retrouver leur touche à l'attaque. C'est parfois difficile quand vous devez continuellement recommencer à créer la cohésion. »

Toews a vu les joueurs défiler à ses côtés : des recrues comme des vétérans, des petits comme des plus imposants ainsi que des talentueux comme des travailleurs de l'ombre.

Aucun n'a encore convaincu l'entraîneur Joel Quenneville qu'il peut faire des flammèches avec Toews.

« Ça change parfois à mi-chemin dans un match ou à quelques reprises au cours de la même semaine, a renchéri Toews. Ce serait plaisant de garder les mêmes ailiers même si nous passons quelques matchs sans marquer. Nous pourrions finir par créer de la cohésion et apprendre où nous pouvons nous trouver tous et chacun sur la glace. Ce n'est rien contre moi-même ou les joueurs qui ont été mis à mes côtés. Ce n'est qu'une question de forger de la cohésion. »

L'unique cohérence pour Toews depuis la saison dernière est un déclin au chapitre du temps de possession de la rondelle et de la production à l'attaque.

Même s'il montre un taux de réussite de 57 pour cent sur les mises au jeu pour 20:16 de temps de jeu moyen, Toews pointe au 125e rang des marqueurs de la LNH. Il affiche un rendement de moins-2 en défense. S'il demeure dans le négatif, ce sera une première pour le vétéran de 10 saisons dans la LNH.

Son taux de 51,8 pour cent de tentatives de lancer (SAT) est à la baisse par rapport à sa marque en carrière de 56,3 pour cent.

Son taux de conversion de tirs -- 8,5 pour cent -- est tout juste plus de la moitié de sa moyenne de 15,1 pour cent dans la LNH.

Ces statistiques pourraient représenter une source de préoccupation pour les dirigeants de l'équipe, d'autant que le salaire annuel moyen de Toews s'élève à 10,5 millions $.

Ça ne semble pas être le cas pour ses coéquipiers et l'entraîneur, qui mettent l'accent sur tout ce que capitaine fait correctement, tant sur la glace qu'à l'extérieur.

« Jonathan est tellement un joueur important pour nous », a soutenu Quenneville, qui espère minimiser les changements d'ici à la fin de la saison. « Peu importe qu'il soit productif ou pas, son trio joue toujours un rôle important pour nous. Qu'il contribue à l'attaque, c'est ce que nous souhaitons. Mais quand ça n'arrive pas, le trio a habituellement le meilleur face aux meilleurs trios des équipes adverses. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.