Skip to main content

Timmins déçu de ne pas avoir pu réclamer Girard

Le Tricolore voyait le défenseur québécois dans sa soupe

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BUFFALO - Les Canadiens de Montréal s'intéressaient grandement au défenseur Samuel Girard des Cataractes de Shawinigan. Le directeur du recrutement amateur Trevor Timmins a reconnu que Girard était dans la mire de l'équipe en vue du deuxième tour de la séance de repêchage 2016 de la LNH.

L'acquisition d'Andrew Shaw des Blackhawks de Chicago vendredi soir est toutefois venue chambouler les plans de Timmins.

« Il arrive parfois que le train déraille en cours de route », a imagé Timmins à l'issue de la journée de samedi au First Niagara Center. « Nous avions établi un plan pour la deuxième ronde. Nous n'avons pas pu le mettre à exécution. »

L'échange de Shaw a privé Timmins des deux choix de deuxième ronde que détenait l'équipe avant de se présenter à Buffalo.

Timmins a admis avoir eu un pincement au cœur en voyant que Girard était disponible au moment où les Canadiens auraient pu parler.

Les Blackhawks ont utilisé les deux choix de deuxième ronde qu'ils ont acquis des Canadiens pour choisir l'attaquant Alexander Debrincat des Otters d'Erie au 39e échelon et le défenseur américain Chad Krys avec le 45e choix au total.

Girard a finalement été réclamé en 47e position par les Predators de Nashville.

« Nous l'avions en haute estime comme espoir », a résumé Timmins, en affirmant que c'était le prix à payer afin d'obtenir un joueur du calibre d'Andrew Shaw.

« C'est une excellente acquisition. Nous sommes très heureux de ça. Avec son style de jeu, son expérience et les succès qu'il a connus chez les Blackhawks, il va aider notre équipe.

« Nous avons obtenu deux choix de deuxième tour (dans l'échange de Lars Eller aux Capitals de Washington). Mais ce n'était pas pour cette année. »

Les Canadiens n'ont pas pu réobtenir un choix de deuxième ronde afin de permettre la réalisation du plan de Timmins.

« Quand la séance est commencée, c'est à toutes fins utiles impossible de faire l'acquisition d'un choix. Les recruteurs exercent une forte pression sur les dirigeants afin de conserver les choix. »

L'année de l'Ontario

Timmins avait affirmé que c'était l'année de la Ligue junior de l'Ontario (OHL) au repêchage 2016 de la LNH. On ne doit pas se surprendre que les trois premiers choix du Tricolore - et que quatre de leurs six choix - soient issus de cette ligue.

Après le défenseur Mikhail Sergachev des Spitfires de Windsor, réclamé au neuvième rang au premier tour vendredi, le Tricolore a fait de l'attaquant William Bitten, des Firebirds de Flint, son choix de troisième tour (70e au total) et du défenseur Victor Mete, des Knights de London, son choix de quatrième ronde (100e).

Il a par la suite jeté son dévolu sur le joueur de centre Michael Pezetta, des Wolves de Sudbury, au cinquième tour (160e).

« Ce n'est pas surprenant parce que c'était une exceptionnelle cuvée pour l'Ontario. Nous quittons Buffalo avec plusieurs noms de joueurs qui n'ont pas été repêchés sur notre liste », a confié Timmins.

Fils d'olympiens

Bitten, un Franco-Ontarien natif d'Ottawa, est né de parents Québécois originaires de l'Abitibi. Sa mère est l'olympienne Doris Piché, ancienne championne de badminton qui a pris part aux Jeux olympiques de 1992 et de 1996.

Son père Michael Bitten, fils de militaire d'origine britannique, est né à Senneterre. Il est également un ancien champion de badminton qui a pris part aux JO de 1992.

« J'ai pratiqué plusieurs disciplines sportives comme le badminton, le golf et le soccer, mais le hockey a toujours été ma discipline préférée », a expliqué le jeune Bitten, un fougueux attaquant de petite taille qui idolâtre Brendan Gallagher chez les Canadiens.

Bitten a récolté 65 points en 67 matchs à sa deuxième saison dans la Ligue de l'Ontario - sa première à Flint qui a été marquée par une énorme controverse.

Ses coéquipiers et lui ont contesté auprès de la direction le congédiement de l'entraîneur en novembre. A suivi une interminable saga, à laquelle la ligue a dû se mêler.

« C'est un guerrier », a commenté Timmins, en disant que la façon qu'il avait composé avec la situation de crise cette saison ne faisait qu'augmenter sa valeur. « Il est talentueux et passionné comme Brendan Gallagher. Il joue continuellement le pied sur l'accélérateur. Il fait partie du programme de l'équipe nationale du Canada. »

Quant à Mete, qui a joué un rôle important dans la conquête de la Coupe Memorial des Knights, on dit de lui qu'il est la version ontarienne de Girard.

Mete, Italien d'origine natif de Toronto, est de petite taille, mais très doué à l'attaque, comme Girard.

« Il est très agile, a dit Timmins. Pour un défenseur de petite taille, il est costaud et il a une grande portée. Il est très efficace avec son bâton. Les Knights l'utilisaient dans toutes les situations. Son développement va nécessiter plus de temps, mais il est dans une situation favorable à London. »

Carte cachée

Au quatrième tour (124e), les Canadiens ont choisi le défenseur américain Casey Staum, qui fera ses débuts au sein de l'équipe de l'Université du Nebraska-Omaha en 2017-18.

Le CH a fait l'acquisition du choix de septième tour des Jets de Winnipeg (187e) afin de mettre la main sur un autre défenseur, le Suédois Arvid Henrikson.

« Notre recruteur suédois nous implorait d'obtenir un dernier choix afin d'aller le chercher, a expliqué Timmins. Il m'a amené le voir jouer en Suède cette saison. Nous estimons que c'est un secret bien gardé. Son style s'apparente à celui de Jonathan Ericsson (des Red Wings de Detroit). On voit en lui un grand potentiel. C'est un de ses choix dont on pourrait dire dans quelques années que c'est incroyable qu'il soit parti si tard au repêchage. Le temps le dira. Nous préférions le réclamer en septième ronde cette année que de courir le risque que d'autres équipes le remarquent la saison prochaine et qu'il soit réclamé en deuxième ronde en 2017. »

En voir plus