Skip to main content

Sur le radar: William Dufour s'adapte rapidement

L'attaquant de 19 ans sera l'une des pièces maîtresses des Sea Dogs de Saint-Jean en cette année importante

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

William Dufour commence à être habitué aux déménagements.

À l'aube de sa quatrième saison dans la LHJMQ, l'attaquant québécois a été échangé pour la troisième fois de sa jeune carrière - cette fois des Voltigeurs de Drummondville aux Sea Dogs de Saint-Jean - si bien qu'il enfile désormais un quatrième uniforme différent en autant d'années.

SUR LE RADAR : Zachary Bolduc a la tête au hockeyXavier Bourgault produit à un train d'enfer | Simoneau garde la pédale au plancher

Les circonstances changent donc de saison en saison, mais une chose demeure depuis son année d'admissibilité au repêchage, en 2020 : Dufour produit avec constance et sait s'adapter rapidement.

« C'est sûr qu'il y a eu une période d'adaptation, mais ça se passe bien avec les Sea Dogs, a-t-il expliqué en entrevue avec LNH.com. J'ai 19 ans, j'ai gagné en maturité et c'était quand même mon troisième échange. Je suis un peu habitué, et ça fait en sorte que je m'adapte plus vite que certains. »

Les chiffres sont là pour le prouver. Après 17 matchs, Dufour est le quatrième meilleur pointeur du circuit junior québécois grâce à sa récolte de 27 points, dont 15 buts. Ce n'est pas un accident de parcours, mais plutôt le résultat de ce qu'il démontre depuis la mi-chemin de son année d'admissibilité au repêchage.

Depuis qu'il est passé des Saguenéens de Chicoutimi aux Voltigeurs, en fait. Une discussion avec l'ancien défenseur Denis Gauthier, qui est aussi consultant à Drummondville, lui avait alors fait réaliser qu'il pouvait en faire davantage et qu'il y avait un autre niveau dans son jeu.

Limité à 22 points, dont 10 buts, lors des 31 premiers matchs de la saison 2019-20 à Chicoutimi, il avait explosé avec 18 buts et 15 aides en 28 rencontres après la transaction. C'est fort probablement cet aperçu qui a incité les Islanders de New York à le repêcher en cinquième ronde en 2020.

« Quand j'ai été échangé à Drummondville, ça n'allait pas très bien au début, a reconnu celui qui a amorcé sa carrière avec les Huskies de Rouyn-Noranda. La rencontre avec Denis m'a fait allumer sur certaines choses et sur les détails que je ne faisais pas à l'entraînement ou dans les matchs.

« Depuis ce temps, je marque des buts et je récolte des points. Le déclic s'est fait là, et c'est ce qui a fait une grosse différence. »

Un an plus tard, les Sea Dogs faisaient son acquisition alors qu'ils avaient les yeux sur la présentation du tournoi de la Coupe Memorial. Maintenant que c'est confirmé, on sait que le natif de Québec sera l'une des pièces maîtresses de la formation qui tentera d'aller jusqu'au bout.

« Il connaît un excellent début de saison et il sera un gros morceau pour nous cette année, a fait valoir l'entraîneur-chef Gordie Dwyer. Il est dangereux à toutes ses présences. C'est un gros bonhomme qui patine très bien, qui a un bon lancer et un bon sens du jeu.

« Son jeu est axé sur l'attaque. Il aime marquer des buts et s'impliquer offensivement. Il veut s'accomplir dans cet aspect, et il fait du très bon boulot. »

Année déterminante

Ces succès et l'attention qui viendra avec sa participation au tournoi de la Coupe Memorial tombent à point pour Dufour puisqu'il s'agit de la dernière année dont il bénéficie pour convaincre le directeur général Lou Lamoriello et les Islanders de lui accorder un premier contrat professionnel.

On ne peut évidemment pas présumer des intentions de la formation new-yorkaise, mais reste qu'elle démontre beaucoup d'intérêt pour l'encadrement et le développement de son poulain.

« C'est sûr que je travaille avec l'objectif d'un contrat en tête, a-t-il admis. Je n'y pense pas chaque jour parce que je ne veux pas me mettre de pression avec ça. Si ça continue comme ça, je suis très confiant. […] Ils prennent souvent de mes nouvelles et je garde le contact avec eux. »

Repêché en mode virtuel à l'automne 2020, Dufour n'a toujours pas mis le pied dans le giron de l'organisation puisqu'elle a une fois de plus limité le nombre de participants à son dernier camp d'entraînement. Pour lui, ce n'est que partie remise.

« Si je continue de mettre les efforts, je risque d'être au camp l'an prochain. »

CRÉDIT PHOTO : Michael Hawkins/Sea Dogs de Saint-Jean

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.