Skip to main content

Streit dit que d'accepter l'offre des Islanders lui a été bénéfique

LNH.com @NHL

MONTREAL - Cela n'a pas été facile pour Mark Streit de quitter le Canadien, l'équipe qui lui a fourni, sur le tard, la chance de jouer dans la LNH, mais le vétéran suisse dit que cela était nécessaire.

A sa deuxième saison avec les Islanders de New York, une équipe en reconstruction, Streit a ce qu'il n'avait pas à Montréal: un poste à temps plein comme défenseur, en plus d'un lucratif contrat et d'un rôle d'assistant.

"Parfois vous devez poser un geste pour obtenir le respect, et c'est ce que j'ai fait," a dit Streit lundi, alors que les Islanders se préparaient à affronter le CH pour la deuxième fois en cinq jours.

En trois saisons avec le Canadien, Streit a principalement évolué en avantage numérique; le reste du temps, il a surtout joué comme ailier gauche sur le quatrième trio plutôt que comme défenseur, sa position naturelle.

Lorsqu'il est devenu admissible à l'autonomie sans restriction après un sommet personnel de 62 points, en 2007-08, le Tricolore n'est pas venu près d'égaler les 20,5 millions $ US pour cinq ans que lui offraient les Islanders.

Et donc, malgré son attachement au club montréalais, Streit a saisi la chance de jouer à Long Island, où il a dominé l'équipe avec 56 points dont un sommet personnel de 16 buts, la saison dernière.

"Tout le monde sait que j'ai apprécié mon temps à Montréal, mais j'avais un rôle différent ici et au fond de moi, je n'étais pas vraiment heureux, a dit l'athlète de 31 ans. J'étais un attaquant, puis un défenseur.

"C'était formidable d'avoir cette porte d'entrée dans la ligue, mais après que j'aie fait ma place, je voulais jouer comme défenseur, et je savais que pour que ça se concrétise, je devais faire quelque chose. J'étais heureux que les Islanders me donnent la chance de jouer à la ligne bleue et de jouer selon mon propre style. C'est tout ce que je souhaitais."

Avec un gabarit de six pieds et 197 livres, Streit n'est pas parmi les plus costauds à sa position et à une certaine époque, les dépisteurs de la LNH ne portaient pas une grande attention à la Ligue suisse, que l'on considérait un gros échelon en dessous des ligues russe, suédoise et finlandaise, parmi d'autres circuits européens.

Streit a donc dû attendre à 26 ans avant d'être repêché par le Canadien en 2004, 262e au total. Il s'est joint au club après le lock-out de 2004-05, alors que la ligue a décidé d'être plus sévère envers l'obstruction - ce qui a favorisé un joueur comme Streit, dont les forces sont la distribution de la rondelle et les tirs.

A New York, Streit est devenu un meneur avec une équipe qui se rebâtit grâce au repêchage, incluant le tout premier choix de la cohorte de cette année, John Tavares.

"Mark va parfois passer inaperçu avec son style de jeu et son calme à cinq contre cinq, a dit Tavares. Je bénéficie de ses qualités de meneur. Il a des habiletés spéciales en avantage numérique, et il nous aide à être une réelle menace à ce niveau-là."

Avec Tavares, Kyle Okposo, Josh Bailey et d'autres jeunes joueurs, les Islanders auront encore leur bonne part de difficultés avant de connaître le succès. Ils ont terminé au dernier rang de la ligue, la saison dernière, et n'ont gagné qu'un match sur neuf, jusqu'ici. Ils ne deviendront pas une puissance de la ligue du jour au lendemain.

"Ca prendra plus qu'une semaine ou un mois, a dit Streit. Les gars obtiennent la chance de jouer et ils vont faire des erreurs, mais c'est comme ça qu'on apprend."

En voir plus