Skip to main content

Stempniak à la recherche de stabilité en Caroline

Le vétéran attaquant des Hurricanes en est à sa 10e équipe dans la LNH

par Kurt Dusterberg / Correspondant LNH.com

RALEIGH, Caroline du Nord -- Lors de sa première journée du camp d'entraînement avec les Hurricanes de la Caroline, Lee Stempniak s'est facilement frayé un chemin à travers le PNC Arena. Il a mis son uniforme dans le vestiaire des visiteurs avant de sauter sur la patinoire. Puis il a traversé quelques couloirs pour se rendre à la salle de musculation avant de terminer la journée en s'adressant aux médias dans le vestiaire des Hurricanes.

La familiarisation avec un nouvel aréna est devenue la deuxième nature pour l'attaquant âgé de 33 ans. Les Hurricanes sont sa 10e équipe dans la LNH, une distinction qui pourrait être considéré une bénédiction ou une malédiction.

« Tu assimiles souvent le respect à un long séjour dans une équipe, où l'entraîneur et le directeur général t'apprécient et veulent te retenir, a dit Stempniak. Mais quelquefois, ils croient qu'ils pourront trouver quelqu'un qui pourra faire un meilleur travail, et c'est décevant. »

La carrière de Stempniak dans la LNH s'est amorcée assez régulièrement avec trois saisons chez les Blues de St. Louis, mais les années suivantes représentaient une véritable odyssée. Il a été échangé six fois au cours des huit dernières saisons, quatre fois avant la Date limite des transactions dans la LNH.

« La première fois que j'étais échangé de St. Louis aux Maple Leafs de Toronto, c'était un gros choc, a dit Stempniak. Je connaissais un très bon départ cette saison-là. Il me fallait du temps pour être à l'aise. Je ne voulais pas marcher sur les pieds de quiconque. J'étais pas mal tranquille, peut-être plus timide et modeste que je devais l'être, et je pense que ça déborde sur ton jeu. Je pense que le moral, c'est quand tu arrives dans une nouvelle équipe, au bout du compte, tu joues quand même au hockey. »

Au cours des trois dernières campagnes, la tournée de la ligue a pris de l'élan. Stempniak a été échangé avant la date limite des transactions dans chaque saison -- des Flames de Calgary aux Penguins de Pittsburgh, des Rangers de New York aux Jets de Winnipeg et des Devils du New Jersey aux Bruins de Boston.

Stressant? Absolument. Mais les transactions ont créé de beaux souvenirs.

« C'était emballant, bien sûr, a-t-il dit. Quand je suis allé à Pittsburgh, c'était super. J'ai eu l'occasion de côtoyer Sidney Crosby et Chris Kunitz. J'ai joué à Winnipeg pendant leur première série éliminatoire depuis le retour de la LNH. J'ai joué à Boston, là où j'habite en été. J'ai eu la chance de jouer aux côtés de Patrice Bergeron et Brad Marchand, qui sont de formidables joueurs. »

Puis il y a eu la saison 2009-10, quand les Coyotes de Phoenix l'ont acquis dans une transaction avec les Maple Leafs. Il a inscrit 14 buts en 18 parties pour les Coyotes, les aidant à se qualifier pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley et s'assurant du titre de joueur du mois dans la LNH en mars 2010.

Stempniak fait maintenant partie d'un club très exclusif. Il devient le septième joueur de la LNH, et le seul joueur actif, à jouer pour au moins 10 équipes. Mike Sillinger, un joueur de centre défensif qui a pris sa retraite en 2009, détient le record de la LNH avec 12 équipes.

« Ouais, je l'ai côtoyé », a confirmé Stempniak, souriant. Les deux ont joué ensemble à St. Louis en 2005-06, quand Sillinger a atteint la dizaine dans sa collection de chandails de la LNH.

Bizarrement, il y a peu de noms familiers dans l'alignement de la Caroline. Le centre Jay McClement est un vieil ami de Stempniak de St. Louis, où les deux évoluaient au sein du même trio à titre de recrues. L'attaquant Viktor Stalberg était un coéquipier à Toronto en 2009-10. Juste pour s'assurer que la liste était complète, Stempniak a surveillé les casiers dans le vestiaire pour déterminer s'il avait oublié quelqu'un. Il en a fait remarquer un autre.

« J'ai côtoyé (le défenseur) Ron Hainsey au Championnat mondial (en 2009) », a-t-il lancé.

McClement est le plus récent joueur à jouer le rôle de coéquipier de Stempniak dans deux villes différentes. Le centre du quatrième trio des Hurricanes a une bonne idée pourquoi son ami peut toujours décrocher un poste dans une équipe.

« C'est un peu curieux, a admis McClement. Il est un bon joueur, il est en santé et il est pas mal fiable. Mais il y a toujours des aspirants à la Coupe qui sont à la recherche d'un joueur comme lui. Les équipes cherchent toujours des ailiers qui peuvent marquer, c'est donc une preuve de ses capacités. Combien d'équipes tentaient de l'ajouter dans leur alignement en vue des séries? »

Quant à sa nouvelle destination, Stempniak est heureux de jouer en Caroline. Il a beaucoup de confiance à la suite d'une saison de 51 points (19 buts), un de moins que sa meilleure récolte dans la LNH en 2006-07. Les Hurricanes ont besoin d'un marqueur et le jeu de puissance doit recevoir un coup de fouet. Avec 39 buts en avantage numérique dans la LNH, Stempniak pourrait s'avérer un joueur d'impact.

Peu importe où Stempniak évolue dans l'alignement, il devrait bien s'installer. Il a joué au sein du quatrième trio des Rangers avant de jouer au sein du premier au New Jersey. C'est une autre raison pour laquelle son téléphone continue de sonner chaque été.

« Je suis très fier de mon adaptabilité, a dit Stempniak. Quand tu changes d'équipes plusieurs fois, tu commences parfois à épuiser tes opportunités. Je suis fier du fait que j'ai trouvé le moyen d'apporter une contribution, de jouer de mon style et d'être un membre important de l'équipe, peu importe où je vais. »

Stempniak a un peu plus de sécurité de l'emploi par rapport aux saisons précédentes. Après avoir accepté un contrat d'un an avec les Rangers en 2014-15, il a obtenu un essai professionnel pour assister au camp des Devils la saison dernière. Les Hurricanes lui ont accordé un contrat de deux ans de 5 millions $ le 1er juillet.

« La stabilité est très agréable, a confié Stempniak, mais après avoir été échangé quelques fois, tu sais que c'est toujours une possibilité et donc tu n'en es jamais trop sûr.

« Ce serait plaisant de passer un long séjour en Caroline. Je pense qu'avec ma façon de jouer, je peux être un gros atout pour cette équipe. J'espère m'installer ici à long terme. »

En voir plus