Skip to main content

Stastny amène une nouvelle dimension aux Jets

Le vétéran joueur de centre ajoute de la profondeur et de la flexibilité à l'alignement en plus d'insuffler une nouvelle confiance à l'équipe en vue d'un long parcours en séries éliminatoires

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

NEW YORK - C'est un jeu intelligent, sous-estimé, une décision brillante qui a fait une énorme différence lors du premier des trois buts de l'attaquant des Jets de Winnipeg Patrik Laine, mardi, dans un gain de 3-0 contre les Rangers de New York.

C'est également le genre de jeu auquel les Jets de Winnipeg s'attendent du joueur de centre Paul Stastny qui, en quatre matchs depuis qu'il a été acquis des Blues de St. Louis le 26 février, a eu un impact dans plusieurs aspects du jeu des Jets, ajoutant de la profondeur à l'équipe et insufflant une nouvelle confiance aux Jets en vue des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Le jeu a commencé quand Stastny a reçu la rondelle du défenseur Dustin Byfuglien près de la rampe sur l'aile gauche. Il est remonté vers la ligne bleue et a coupé vers le haut du cercle avant de remettre à Laine, qui descendait du côté gauche vers le filet. Puis, Stastny s'est immédiatement tourné vers le but.

À ce moment-là, Stastny a touché au défenseur des Rangers John Gilmour, dont la tâche était de couvrir Laine. Stastny ne l'a pas poussé ou commis de l'obstruction. Il a plutôt conservé son erre d'aller en entraînant Gimour avec lui sur quelques pieds.

Video: WPG@NYR: Laine ouvre la marque d'un tir précis

« Il n'a pas foncé dans le joueur ni commis de l'obstruction, donc il n'a pas été puni », a expliqué l'entraîneur des Jets Paul Maurice. « C'est un jeu correct. »

En possession de la rondelle, Laine a suivi Stastny au cercle. Gilmour étant aux prises avec Stastny, Laine a eu tout le temps et l'espace pour décocher un tir du cercle des mises en jeu. Il n'a pas raté la cible.

« Il nous donne cette demi-seconde de plus, a dit Laine. Et c'est suffisant sur ce genre de jeux. »

Stastny et ses compagnons de trio, Laine et Nikolaj Ehlers, affichent un total combiné de 19 points (10 buts, neuf assistances) en quatre matchs depuis l'échange. Stastny a cinq points (deux buts, trois aides), Laine en a 10, dont sept buts, et Ehlers en quatre, un filet et trois passes.

La production offensive n'est qu'une des raisons pour lesquelles Stastny est si important pour les Jets, qui sont au deuxième rang de la section Centrale avec 89 points, six de moins que les Predators de Nashville en première position et six de plus que le Wild du Minnesota, qui occupe la troisième place.

« Il fait tellement de choses que Ronnie Francis avait l'habitude de faire », a affirmé Maurice, faisant référence au joueur de centre membre du Temple de la renommée qu'il a dirigé pendant six saisons avec les Hurricanes de la Caroline. « Il a tellement une bonne compréhension de ce qui se passe sur la glace, des ajustements que fait l'autre équipe et de l'action qui se déroule autour de lui. »

La nature cérébrale de Stastny lui a permis de s'entendre rapidement avec Laine et Ehlers, deux joueurs intelligents et dynamiques qui sont à leur mieux lorsqu'ils suivent leur instinct. Stastny leur permet de jouer de cette façon en pensant à leur place, comme il l'a fait pour Laine contre les Rangers et comme il a promis de le faire pour Ehlers.

« J'ai dit à Nicky d'attendre si on obtenait un deux contre deux, que j'allais prendre le défenseur au milieu et qu'il aurait une seconde de plus pour tirer en coupant vers le filet », a expliqué Stastny.

« Mon approche est de leur permettre de jouer leur style de jeu sans réfléchir. Je m'occuperai de penser pour eux ou de réparer les erreurs. Eux, ils font ce qu'ils font de mieux et tu te sers de cela. »

Stastny offre également à Maurice un avantage pour les confrontations qu'il n'avait pas auparavant.

Au lieu de n'utiliser que Bryan Little face à la meilleure unité adverse, Maurice peut maintenant jongler entre Stastny et Little. Il utilise parfois même Mark Scheifele ou Andrew Copp, l'actuel quatrième centre des Jets.

Scheifele a subi une blessure au haut du corps contre les Rangers et n'a pas joué en troisième période. Maurice a dit avoir bon espoir que Scheifele serait en bonne santé, mais son statut pour le match face aux Devils du New Jersey jeudi (19 h HE, MSG+, TSN3, NHL.TV) est incertain.

« Il essaie de nous faire jouer contre qui il veut », a dit Ehlers.

En plus de tout ça, Stastny permet aux Jets de compter sur un autre joueur de centre bon dans les deux sens de la patinoire, qui peut remporter des mises en jeu des deux côtés en zone défensive. Voilà un détail très important qui permet aux Jets de créer des confrontations favorables à la maison, où ils ont l'avantage du dernier changement, ou sur la route, lorsque ce n'est pas le cas.

Stastny a remporté 61,9 pour cent (39 en 63) de ses mises en jeu avec les Jets, dont 78,9 pour cent en zone défensive (15 en 19). Il montrait une efficacité de 55,2 (677 en 1227) au cercle des mises en jeu en 63 parties avec les Blues.

« Ça change la donne, parce que notre ligne peut être confrontée à un deuxième ou un quatrième trio, ou encore la deuxième ou la troisième paire de défenseurs », a mentionné Scheifele avant le match de mardi. « Tu regardes les bonnes équipes comme les Penguins de Pittsburgh, ils comptent sur quatre lignes et c'est comme ça qu'ils ont remporté des Coupes Stanley. C'est ce dont tu as besoin dans cette Ligue. »

Les Jets étaient l'une des meilleures équipes dans la LNH pendant les trois quarts de la saison, et ce, sans Stastny. Peut-être qu'ils se seraient rendus loin sans lui, mais parfois, une équipe ne se rend pas compte de ses faiblesses avant de compter sur un joueur qui les comble.

Stastny fait des Jets une formation plus complète et il a déjà un impact considérable pour qu'on affirme sans se tromper qu'ils ont de meilleures chances de se rendre loin en séries éliminatoires maintenant qu'auparavant.

Si vous avez besoin d'une preuve, retournez voir le jeu qu'a fait Stastny sur le premier but de Laine mardi.

« S'il ne fait pas ça, Gilmour utilise son bâton et Patty doit se retourner ou tirer du revers, a noté Ehlers. C'est un très bon jeu. C'est ce qu'il peut faire, mais ce n'est pas tout ce qu'il nous amène. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.