Skip to main content

Soirée de rêve pour Anthony Beauvillier

Le Québécois marque le but de la victoire contre l'équipe de son enfance

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - S'il avait voulu écrire cette histoire, Anthony Beauvillier n'aurait pas pu faire mieux. À son tout premier match au Centre Bell, à son tout premier tir dirigé vers le filet de son équipe d'enfance, l'attaquant québécois a trouvé le fond du filet contre nul autre que « le meilleur gardien au monde », Carey Price.

Encore mieux, son sixième filet de la saison s'est avéré celui de la victoire dans un gain de 3-0 des siens contre les Canadiens de Montréal, jeudi.

« Tous les buts sont importants, c'est arrivé comme ça, a dit le principal intéressé, tout sourire. Mais je n'ai jamais été aussi content que les Canadiens ne marquent pas quand je viens au Centre Bell. »

Nul besoin de préciser que le Sorelois était toujours sur un nuage quelques instants après avoir été ovationné par la foule montréalaise quand il a été nommé première étoile du match. Même ses coéquipiers ont reconnu ce qu'il venait d'accomplir en lui octroyant le manteau de la rencontre - un vétuste « jacket » en cuir aux couleurs de l'équipe.

Et il n'était pas le seul à afficher un large sourire. Rencontrés dans les coulisses du Centre Bell, les parents du no 72 des Islanders, Sylvain et Dominique Cardin, avaient peine à réaliser ce que venait de leur faire vivre le cadet de la famille.

« J'étais très ému, a dit le paternel à propos de la réaction qu'il a eue après le but de son fils. On ne pouvait pas demander mieux. C'est une soirée mémorable. On se disait, s'il faut qu'il marque ça va être beaucoup d'émotions. Et là, en plus, la première étoile... On ne pouvait pas demander mieux. »

On a aussi senti le jeune homme de 19 ans émotif lorsqu'on lui a parlé de la réaction de ses parents qu'il venait de voir à la télévision.

« Ça veut tout dire, a-t-il répondu. C'est en grosse partie à cause de mes parents que je suis rendu ici avec tous les sacrifices qu'ils ont faits. Toutes les dépenses pour mon frère et moi, le voyagement, le soutien. C'est vraiment incroyable. 

« Je n'ai pas de mots pour décrire ça. La famille, ça représente tout et c'en est une autre preuve ce soir. Je ne pourrai jamais les remercier assez. Ce sont des moments vraiment spéciaux et on va s'en souvenir toute notre vie. »

Le capitaine fier de son protégé

À quelques pieds de Beauvillier dans le vestiaire, le capitaine John Tavares s'est dit très heureux de la tournure des évènements pour son jeune coéquipier, qui pivotait le deuxième trio en compagnie de Brock Nelson et Ryan Strome.

Les émotions vécues par le Québécois, jeudi, lui ont rappelé celles qu'il a ressenties à son tout premier match au Air Canada Centre.

« Je me souviens du sentiment que tu ressens lorsque tu joues dans ta ville pour la première fois, a dit le natif de la région de Toronto. J'ai grandi en allant aux matchs des Maple Leafs à Toronto et le seul fait de finalement pouvoir fouler la glace, ça rappelle de nombreux souvenirs. 

« Ça te fait réaliser à quel point tu as travaillé pour te rendre ici et que tu as réalisé ton rêve. Le fait d'être à l'endroit où ce rêve a pris naissance, c'est très excitant et je suis content pour lui. »

Les Islanders seront de retour en action samedi contre les Blue Jackets de Columbus, ce qui laissera probablement à Beauvillier assez de temps pour se remettre de ses émotions.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.