Skip to main content

Simon Després apprend en côtoyant de meilleurs joueurs chez les Penguins

LNH.com @NHLdotcom

MONTREAL - Le jeune défenseur Simon Després connaît un très bon camp d'entraînement jusqu'ici avec les Penguins de Pittsburgh, a indiqué Marc-André Fleury, lundi, quelques minutes avant le match préparatoire contre le Canadien au Centre Bell. Selon le gardien des champions en titre de la Coupe Stanley, le jeune défenseur qui a été repêché au premier tour, l'été dernier, a d'excellents atouts.

"C'est un bon joueur, qui patine bien, a une bonne vision et fait une super bonne première passe", a dit Fleury du Lavallois de 18 ans.

"J'apprends à chaque jour. Tu deviens meilleur quand tu joues avec des joueurs qui sont meilleurs que toi, a dit Després de son séjour au camp jusqu'ici. Je viens à l'aréna à tous les jours dans le but d'apprendre."

Després, un jeune homme réservé, a reconnu qu'il était un brin intimidé la première fois qu'il est entré dans le vestiaire habité par les Sidney Crosby, Evgeni Malkin et compagnie.

"Ils ont été très gentils avec moi et ils m'ont vite mis à l'aise, et ça va bien maintenant."

Després ne se fait pas d'illusions. Il s'attend à retourner avec les Sea Dogs de Saint-Jean dans la LHJMQ, cette saison. Ce qui ne signifie pas que le camp lui est présentement inutile, bien au contraire.

"Je veux leur laisser une bonne première impression cette année, a-t-il dit. Et après, je vais être excité de retourner à Saint-Jean, où une grosse saison nous attend. On devrait être plusieurs à y retourner, alors ça devrait être intéressant."

Després avait six invités spéciaux dans les gradins du Centre Bell, lundi soir, pour son premier match de la LNH à Montréal. Un événement qui était évidemment bien spécial.

"C'est comme un rêve. Je vais surtout être nerveux la première fois que je vais embarquer sur la patinoire", a-t-il déclaré avant d'enfiler l'uniforme des Penguins.

(...)

La liste des joueurs blessés au camp du Canadien comprenait, lundi: Kyle Chipchura (épaule), Alex Henry (main), Georges Laraque (bas du corps), Paul Mara (bas du corps), Roman Hamrlik (virus) et Olivier Fortier (épaule).

Laraque, qui serait blessé au bas du dos, a patiné avec le soigneur, lundi matin à Brossard. Il n'a pris part à aucun match préparatoire jusqu'ici mais Jacques Martin s'est quand même dit optimiste à son sujet.

"Il se sent beaucoup mieux, il progresse bien, a dit l'entraîneur du Canadien. Il devrait être en mesure de patiner avec l'équipe prochainement, mercredi ou jeudi."

La remise en forme de Hamrlik sera plus longue, a indiqué Martin, puisque contrairement à Laraque, il n'a même pas participé à la première portion du camp. Il pourrait quand même affronter les Sabres de Buffalo, samedi.

"Il (Hamrlik) a fait un peu de travail de conditionnement physique pour la première fois (lundi), a signalé Martin. Dans son cas, la progression va être plus lente et son retour va probablement attendre à la fin de la semaine."

Selon Martin, Hamrlik devrait quand même être prêt à temps pour le début du calendrier régulier.

Henry, lui, aurait subi une fracture à la main dans un combat contre Matt Carkner, vendredi, dans la victoire du Tricolore contre les Sénateurs d'Ottawa au Centre Bell.

(...)

Seulement sept joueurs qu'on pourrait qualifier de réguliers n'ont pas enfilé l'uniforme du Canadien même s'ils étaient en santé, lundi, soit le gardien Jaroslav Halak, les défenseurs Hal Gill et Ryan O'Byrne ainsi que les attaquants Tomas Plekanec, Glen Metropolit, Travis Moen et Sergei Kostitsyn.

(...)

Marc-André Fleury en est un autre, chez les Penguins, qui a réussi un exploit digne de mention lors du septième match de la dernière finale de la Coupe Stanley, et qui fera jaser longtemps. Son arrêt dans les dernières secondes de la rencontre, aux dépens de Nicklas Lidstrom, est en voie de contribuer à lui forger une nouvelle réputation.

"Ca fait encore bizarre de voir les images et les photos, a dit le gardien des champions, lundi, à son arrivée au Centre Bell. C'est sûr que ç'a toujours été un rêve pour moi de réussir quelque chose du genre - depuis les jours où je jouais dans la rue avec mes amis."

Fleury a affirmé que ses exploits dans les séries n'ont pas changé le regard de ses coéquipiers à son endroit. Même si certains journalistes l'accusaient parfois de faiblir dans les moments importants, le gardien a toujours joui de la confiance des autres joueurs des Penguins.

"Je ne pense pas qu'ils aient changé leur attitude à cause du dernier arrêt que j'ai fait, a-t-il dit de ses coéquipiers. On a toujours affronté les défis en équipe, on a toujours eu du plaisir ensemble, et c'est plaisant de retrouver ça encore cette année."

(...)

Marc-André Fleury est bien au courant de la guigne qui suit parfois les équipes championnes de la Coupe Stanley, la saison après leur conquête. Une guigne qu'on attribue en partie à la fatigue engendrée par une longue saison et un été très achalandé.

Le gardien affirme toutefois que le sujet a déjà été abordé par les entraîneurs durant le camp.

"Ils nous ont dit que c'est important de ne pas oublier que c'est nous qui avons gagné, qu'on a connu une belle saison, mais qu'en même temps, c'est du passé et qu'il faut recommencer à zéro.

"Dans mon cas, je me sens bien, et je ne m'inquiète pas pour l'instant de la façon dont je vais me sentir en janvier ou février."

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.