Skip to main content

Sidney Crosby « très heureux d'être de retour »

Le capitaine des Penguins marque à son retour après avoir raté six matchs en raison d'une commotion cérébrale

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

PITTSBURGH - Il est correct, le Kid.

Sidney Crosby est revenu au jeu à la suite d'une commotion cérébrale et il a eu l'air de lui-même, mardi.

Il a marqué pendant un avantage numérique dans la victoire de 3-2 des Penguins de Pittsburgh contre les Panthers de la Floride au PPG Paints Arena, décochant un tir des poignets de l'enclave et amorçant ainsi la remontée des siens, qui étaient alors en déficit de 2-0.

Video: FLA@PIT: Crosby marque en A.N. à son retour au jeu

Il a donné une mise en échec. Il a encaissé une mise en échec. Il a fait une jolie passe du revers. Il s'est servi de son patin pour ramener le disque vers son bâton lors d'une poussée à l'attaque. Il a contourné un défenseur afin d'y aller d'un tir et il a remporté une épreuve de force contre un autre opposant dans le but de se rendre au filet. Il a été le meneur de son équipe pour les tirs au but, avec quatre.

Selon ses propres standards, il a juste été « correct». Il avait raté les six premiers matchs des Penguins et il n'avait pris part qu'à une séance d'entraînement complète en plus de deux semaines.

« Je crois que le synchronisme et le niveau d'exécution, je dois travailler un peu là-dessus », a-t-il déclaré.

Mais a-t-il le moindre doute en ce qui a trait à sa capacité de retrouver le niveau de jeu qu'il affichait pendant la deuxième moitié de la saison 2015-16?

« Ça ne va pas arriver du jour au lendemain, a-t-il dit. Mais je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas. »

Et ça, c'est énorme. Parce qu'on parle ici du niveau de jeu le plus élevé qui soit dans le monde du hockey.

À partir du 18 décembre dernier, un peu après que les Penguins eurent embauché Mike Sullivan au poste d'entraîneur, Crosby a recommencé à faire la preuve qu'il est le meilleur joueur au monde. Il a inscrit 30 buts et 36 aides à l'occasion des 50 derniers matchs des Penguins la saison dernière. Il a terminé deuxième au scrutin du trophée Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe dans la LNH.

Il a ensuite remporté le trophée Conn Smythe attribué au joueur le plus utile à son équipe dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley, alors que les Penguins ont décroché le championnat. Il a ensuite été nommé joueur par excellence du tournoi quand Équipe Canada a remporté la Coupe du monde de hockey 2016.

Puis il est arrivé quelque chose le 7 octobre - Crosby et les Penguins ne veulent pas dire quoi au juste - à sa deuxième séance d'entraînement avec les Penguins après son retour de la Coupe du monde. Il s'est réveillé avec un mal de tête le 8 octobre et il n'a pas participé au dernier match préparatoire des Penguins. Il a pris part à un événement promotionnel avec les partisans de l'équipe le 9 octobre et raté l'entraînement du 10 octobre, afin de subir des examens qui ont amené les médecins à poser un diagnostic de commotion cérébrale.

Il y avait lieu de s'inquiéter, même si Crosby s'est assez bien senti pour patiner seul le lendemain et pour continuer à patiner presque quotidiennement dans les jours qui ont suivi. On ne sait jamais avec les commotions cérébrales, et les blessures, dont deux commotions cérébrales, l'avaient déjà privé de 161 matchs au faîte de sa carrière. Cela lui avait déjà coûté le trophée Hart, et aussi le trophée Art Ross remis au champion marqueur de la LNH, à au moins deux reprises.

Crosby avait marqué 32 buts et amassé 66 points après 41 matchs en 2010-11. Cela signifie qu'à ce rythme, il aurait totalisé 64 buts et 132 points, des chiffres que la LNH a vus pour la dernière fois dans les années 1990. Mais c'est alors qu'il a subi sa première commotion cérébrale et qu'il a dû rater le reste de la saison.

Il est revenu au jeu en novembre 2011, mais il n'a disputé que huit matchs avant de devoir s'arrêter de nouveau parce que des symptômes liés à une commotion cérébrale ont de nouveau fait surface. Il a dû se contenter de 22 rencontres en 2011-12.

Il avait 15 buts et 41 aides après 36 matchs au cours d'une saison 2012-13 qui comptait 48 rencontres. Il était le favori, et de loin, pour remporter le trophée Hart de nouveau. Il s'est toutefois fracturé la mâchoire, a raté le dernier quart de la campagne et a terminé deuxième au scrutin.

Et cette fois? Pendant combien de temps serait-il absent? Quel serait le prix à payer pour celle-ci? Il avait 29 ans. Il n'allait pas être au sommet de ses moyens pour toujours.

Il faudrait être un neurologue et connaître tous les détails de son cas pour porter un jugement complètement éclairé. Mais il semble que tout s'est bien passé avec cette commotion cérébrale, autant dans la façon dont on l'a gérée que dans la manière dont Crosby y a réagi. Tout ça est très important compte tenu de la nature de la blessure, des antécédents de Crosby et de sa responsabilité d'être un exemple pour les autres, autant ceux qui évoluent à l'extérieur de la LNH que ceux qui en font partie.

Les Penguins n'ont pas dit que Crosby a eu une « blessure au haut du corps » ou une « légère commotion cérébrale ». Ils ont annoncé que Crosby avait subi une commotion cérébrale et ils n'ont pas établi d'échéancier pour son retour au jeu, affirmant que son statut serait révisé sur une base quotidienne.

Crosby savait à quoi s'attendre en ce qui a trait au processus à suivre. Il savait surtout qu'il fallait être patient, même si c'est difficile d'y arriver. Son état de santé a progressé de façon constante. Il a subi beaucoup d'examens. Il n'a pas tenu pour acquis qu'il allait bien simplement parce qu'il venait de connaître une journée ou deux sans symptômes, sachant qu'il pourrait y avoir régression à tout moment. C'est seulement quand il a connu une période de quatre ou cinq jours sans symptômes, y compris la journée qui a suivi cette première séance d'entraînement complète, lundi, qu'il s'est dit persuadé qu'il était prêt.

À sa première présence sur la glace, mardi, il a patiné en plein vers le défenseur des Panthers Jason Demers le long de la bande, a baissé l'épaule gauche et fait tomber Demers à la renverse. À sa deuxième présence, il a initié le contact avec le joueur de centre des Panthers Jared McCann et remporté une bataille pour la rondelle.

« Je crois que lorsque tu t'absentes pour une aussi longue période, tu essaies tout simplement de t'impliquer rapidement, que ce soit en donnant ou en recevant une mise en échec, a affirmé Crosby. Je suis tellement content d'être de retour, de pouvoir essayer de m'impliquer tout de suite. »

Il n'a pas semblé hésitant durant les 18:02 qu'il a passées sur la patinoire, et il ne peut se permettre d'être hésitant en raison de la façon dont il joue, à force de foncer en zone adverse, dans les coins et dans l'enclave.

« J'ai trouvé qu'il a connu un très bon départ ce soir, a commenté l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. Il n'était pas en retard dans le jeu du tout. Il remportait des mises en jeu. Il livrait des batailles pour la rondelle profondément en zone adverse. Il a donné de la vitesse au match. Il a marqué un gros but pour nous. Alors, il n'y a aucune raison [de croire qu'il ne peut retrouver son niveau d'avant]. Je pense que Sid va être correct. »

Le reste de la LNH a pris une longueur d'avance sur Crosby. Avant les matchs de mardi, quatre joueurs étaient à égalité en tête du classement des marqueurs de la ligue avec neuf points. Mais maintenant, Crosby a un point et il lui reste 75 matchs pour combler l'écart.

« C'est une longue saison, a souligné Crosby. Mais j'ai juste… »

Il s'est arrêté un moment.

« Je suis heureux d'être de retour au jeu, a-t-il continué. C'est mon premier match, en espérant que je pourrai disputer le reste de la saison. »

 

En voir plus