Skip to main content

Sheary marque tôt en prolongation

Les Penguins défont les Sharks 2-1 dans le match no 2 de la Finale

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Les Penguins de Pittsburgh ont installé un sérieux doute chez les Sharks de San Jose en prenant les devants 2-0 dans la Finale de la Coupe Stanley, mercredi.

Conor Sheary a marqué à 2:35 de la prolongation et les Penguins l'ont emporté 2-1 au Consol Energy Center.

 

Sheary a reçu la passe de Kristopher Letang à la suite de la mise au jeu remportée par Sidney Crosby face à Joel Ward. L'ailier recrue a décoché un lancer depuis l'enclave, qui a battu Martin Jones du côté de la mitaine.

Video: Sheary donne la victoire aux Penguins en prolongation

« C'est un sentiment surréaliste que de marquer en surtemps, a lancé Sheary. "Sid" avait tout planifié en disant à tout le monde où se positionner avant la mise au jeu. La seule chose qu'il n'avait pas prédit c'est que je marquerais », a-t-il ajouté à la blague.

Letang savait donc que Sheary quitterait sa position le long de la bande avant de se diriger vers l'enclave.

« J'ai feint de décocher un tir frappé pour que les joueurs des Sharks aient un moment d'hésitation. J'ai envoyé la rondelle dans le coin où Sheary devait être. »

Le défenseur québécois, qui a récolté une aide sur le but gagnant dans un deuxième match de suite, était tout autant emballé du résultat que son jeune coéquipier américain.

« Ça ne peut être mieux comme sentiment. Je n'ai moi-même jamais réussi de but en prolongation en Finale de la Coupe Stanley, mais le simple fait d'y avoir contribué, c'est super. Ça nous donne une grosse dose de confiance. »

Sheary est le premier joueur recrue qui tranche en prolongation d'une rencontre de la Finale depuis Brian Skrudland des Canadiens de Montréal en 1986.

Dominés pendant la majeure partie du temps réglementaire, les Sharks étaient parvenus à créer l'égalité avec 4:05 à écouler au troisième vingt.

Les Penguins n'avaient pas pu préserver l'avance que Phil Kessel leur avait procurée à 8:20 du deuxième tiers. Pour Kessel, c'était son 10e filet ce printemps.

Le défenseur Justin Braun avait créé l'impasse à l'aide d'un lancer qui a trompé la vigilance de Matt Murray du côté de la mitaine.

Les Penguins ont eu l'avantage dans les tirs, 30-22, dans une 11e rencontre d'affilée. Jones a été excellent, même s'il a reçu l'aide de ses poteaux trois fois.

Les Sharks n'ont jamais remporté une série dans laquelle ils ont tiré de l'arrière 2-0 dans leur histoire de 25 ans, soit en neuf occasions. À l'inverse, les Penguins ont gagné 14 des 16 séries qu'ils ont menées 2-0.

« Le premier match a connu son dénouement dans les trois dernières minutes de jeu et le match de ce soir en prolongation. Attendons un peu avant de planifier les funérailles. Il reste encore beaucoup de hockey à jouer », a affirmé l'entraîneur des Sharks Peter DeBoer.

Dans l'histoire de la LNH, ce n'est arrivé que cinq fois qu'une équipe ait surmonté un retard de 2-0 en Finale. Les Bruins de Boston ont été les derniers en 2011 contre les Canucks de Vancouver.

La série se déplace en Californie où les Sharks tenteront de renverser la vapeur devant leurs partisans au SAP Center pour les troisième et quatrième confrontations, samedi et lundi.

Qu'à un tir!    

Les Sharks n'avaient encore pas trouvé de solution à l'énigme que représentent les Penguins après 40 minutes de jeu.

Malgré que le rythme en général ait été moins soutenu par rapport au duel de lundi, la tendance observée est demeurée la même.

Les Penguins ont pu de nouveau imposer leur style, dominant 23-11 dans les tirs. Ils ont de plus frappé le poteau à deux reprises. La bonne nouvelle pour les Sharks, c'est qu'ils n'étaient qu'à un lancer de créer l'égalité.

Le trio HBK a frappé en deuxième période. Kessel a mis la touche finale à une action concertée avec ses deux comparses, à 8:20. Le défenseur Roman Polak des Sharks a fait bondir la rondelle mollement en tentant de la remettre à son partenaire Brenden Dillon de l'autre côté. Kessel a provoqué le revirement dont Hagelin a hérité, avant de refiler le disque à Bonino. Le joueur de centre a vu sa tentative de passe vers Kessel être déviée par le bâton de Polak. Kessel s'est assuré que la rondelle irait au fond du but.

Le trio HBK a d'ailleurs fait mal paraître le duo Polak-Dillon en défense, en plus d'occasionner des maux de tête à l'entraîneur des Sharks Peter DeBoer.

En troisième, les Sharks ont affiché plus de fougue. Chris Tierney est passé proche de faire 1-1 après s'être moqué du défenseur Olli Maatta, son ancien coéquipier des Knights de London dans les rangs juniors. Son lancer des poignets a heurté la barre horizontale du but.

Les Penguins ont bien réagi en ne mettant pas la pédale douce. Le jeu s'est animé. Bonino a frappé le poteau à la droite de Jones, au terme d'une descente.

DeBoer a apporté quelques retouches à ses trios, mutant Joel Ward avec Logan Couture. La décision a rapporté des dividendes à 15:55. Braun, qui a vu son tir décoché de loin se frayer un chemin au travers de la circulation dense. L'acharnement de Couture derrière le but a pavé la voie au lancer de Braun.

Les champions de l'Ouest ont même failli se sauver avec le gain au cours de la dernière minute du troisième tiers.

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.