Skip to main content

Shea Weber emballé par sa visite à Montréal

Le défenseur veut se fondre dans le groupe au plus tôt chez les Canadiens

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

TERREBONNE, Qc - Shea Weber descendait l'escalier au Club de golf Le Mirage avec un chandail rouge des Canadiens de Montréal, orné du numéro six à l'arrière et avec un A de brodé à l'avant. Le défenseur vedette était entouré du capitaine du Tricolore Max Pacioretty, de l'entraîneur Michel Therrien et du propriétaire de l'équipe Geoff Molson. Le quatuor a pris place devant la horde de journalistes présents afin qu'on immortalise le moment. Avant de quitter avec Therrien et Molson, Pacioretty a glissé à l'oreille de son nouveau coéquipier: « Good luck ».

Puis, Weber a amorcé sa première rencontre officielle avec les journalistes de Montréal en disant en français : « Bonjour tout le monde ».

La nouvelle acquisition des Canadiens a par la suite répondu aux questions pendant une douzaine de minutes.

Comme premier bain de foule, à l'occasion mardi de sa participation au tournoi de golf de l'entraîneur des Canadiens de Montréal Michel Therrien, ç'a été une réussite sur toute la ligne.

Weber est ravi par son séjour à Montréal, au cours duquel il fait la rencontre de ses nouveaux coéquipiers et qu'il se familiarise avec son nouvel environnement de hockeyeur. Les Weber ont déjà déniché la résidence où ils emménageront. Le défenseur s'est dit heureux que son fils âgé de deux ans puisse apprendre le français.

« Cette visite est une bonne chose parce je manquerai une bonne partie du camp d'entraînement en raison de ma participation au tournoi de la Coupe du monde, a-t-il expliqué. J'ai pu rencontrer plusieurs nouveaux coéquipiers et membres du personnel de soutien. »

Lundi, au complexe d'entraînement des Canadiens à Brossard, Weber a revêtu son nouvel uniforme pour la première fois pour une séance de photos et de vidéos sur la patinoire.

« Ç'a été incroyable », a-t-il commenté quand on lui a demandé quels sentiments l'avaient habité en enfilant son nouveau chandail. « De s'imprégner de l'histoire de l'équipe, de voir toutes les photos des anciennes vedettes dans le vestiaire à Brossard, j'en avais des frissons. »

Weber, qui fêtera son 31e anniversaire de naissance la semaine prochaine, s'est dit enchanté de poursuivre sa carrière au Canada, dans « La Mecque du hockey ». Il a dit voir ça comme un défi stimulant sur le plan personnel, après avoir passé 11 ans au sein de la même équipe - les Predators de Nashville, où l'engouement pour le hockey est moins fort.

« Il y aura un ajustement à faire, c'est certain, a-t-il reconnu. Les gens mangent du hockey. Ce sont des passionnés, ils veulent tout savoir, tout connaître sur leur équipe. »

L'entraîneur Michel Therrien a eu une discussion sur le sujet avec Weber.

Video: Therrien au sujet de Weber

« Jouer à Montréal, c'est différent. C'est ce qui fait que c'est le 'fun'. J'ai dit à Shea que tous les matchs sont importants, même ceux les mardis soirs, a dit Therrien. Il y aura une période d'ajustement pour lui. Je ne suis pas inquiet, il va bien gérer ça, comme il le faisait avec les Predators de Nashville et qu'il le fait avec Équipe Canada. Ce n'est pas de la pression pour moi. Je vois davantage ça comme du plaisir. »

Le capitaine Max Pacioretty l'a également mis au parfum de ce qui l'attend au cours d'un souper que les deux hommes ont partagé, lundi.

« On raconte plein de choses à travers la ligue au sujet de la pression de jouer à Montréal et de l'omniprésence des médias. Ce n'est pas nécessairement le véritable portrait. Dès qu'un nouveau joueur arrive à Montréal, il tombe immédiatement en amour avec l'équipe et la ville. Il en vient à composer avec la pression et les journalistes. La passion des partisans, ça vous garde dans le droit chemin et vous aide à fournir le maximum de vous-mêmes. »

Weber a simplement répété quant à lui qu'il y a de la pression, peu importe où un athlète évolue. Il a ajouté qu'il reste très détaché de ce qu'on peut raconter à l'extérieur de la glace. Il n'a pas été sans savoir que son acquisition pour les services de P.K. Subban a suscité des réactions négatives.

« Je n'ai pas suivi ça, je n'étais pas ici de toute façon. Je comprends que P.K. était populaire et que les partisans sont des passionnés, a-t-il dit. Moi je veux uniquement me concentrer à aider l'équipe à connaître du succès. Je veux vite m'intégrer dans le groupe. »

Le gaillard qui mesure 6 pieds 4 pouces et qui pèse 236 livres, natif de la Colombie-Britannique, va s'avérer un précieux allié pour Pacioretty dans ses tâches de capitaine, comme le nouvel attaquant Andrew Shaw.

« Je suis totalement d'accord avec cette affirmation, a répondu Pacioretty. J'estime que Shea est un des meilleurs leaders de la Ligue nationale. C'est ce que j'ai entendu de joueurs qui ont joué avec lui ou même contre lui. Il m'a déjà aidé uniquement qu'à lui parler. Shaw est également un leader. Il a déjà deux conquêtes de la Coupe Stanley à son palmarès. Il a joué avec le meilleur capitaine de la ligue en Jonathan Toews. Il a acquis de l'expérience inestimable. »

Pacioretty a dit qu'il n'a pas envisagé de céder son C à Weber. L'entraîneur Therrien a ajouté plus tard que la possibilité de remplacer Pacioretty par Weber comme capitaine n'a pas du tout été soupesé par l'organisation.

« Shea Weber va faire de Max Pacioretty un meilleur capitaine, a argué Therrien. `Patch' a beaucoup appris la saison dernière. Tu apprends de situations difficiles. Ç'a été le cas de toute l'équipe. D'avoir Weber à ses côtés, avec toute son expérience, ça ne peut que lui être bénéfique. Weber va aussi aider nos jeunes vétérans parce qu'il impose le respect de la façon qu'il se comporte sur la glace et à l'extérieur. »

Therrien a réitéré sa confiance à l'endroit des aptitudes de leader de Pacioretty.

« Nous sommes allés `luncher' ensemble cet été. Max a beaucoup appris et tu deviens inévitablement meilleur quand tu es conscient que tu as appris. Ça fait partie du processus. »

Weber s'est dit honoré de s'être vu confier un rôle d'adjoint à Pacioretty, qui a confié ne pas s'être attardé à dresser de bilan de sa première saison au poste de capitaine.

Pacioretty s'est par ailleurs dit très heureux des changements qu'on a effectués cet été parce qu'ils vont combler les principales lacunes de l'équipe qui sont le jeu de puissance, le manque de mordant à l'attaque et le manque de hargne et de combativité.

Il se réjouit particulièrement de la mise sous contrat de l'ailier Alexander Radulov.

« Il est peut-être actuellement un des cinq meilleurs joueurs les plus talentueux de la planète, a-t-il avancé. Dès que j'ai su que nous l'avions engagé, j'ai visionné des séquences de jeux de lui sur `Youtube'. J'en avais des frissons. »

En voir plus