Skip to main content

Shea Weber a donné ce que Marc Bergevin souhaitait

Après une bonne saison régulière, place au véritable test pour le vétéran défenseur du Tricolore

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

MONTRÉAL - C'est un trio en défense qui n'est comparable à aucun autre dans la LNH, et jusqu'à maintenant il procure au directeur général des Canadiens de Montréal Marc Bergevin le rendement qu'il souhaitait il y a un peu plus de neuf mois.

Mais le véritable test commence maintenant.

L'association entre le gardien Carey Price et les défenseurs Shea Weber et Andrei Markov a créé comme une muraille pour les Canadiens vers la fin de la saison régulière, soit depuis que l'entraîneur Claude Julien a décidé de jumeler Weber et Markov le 25 février. Le duo a comme tâche de maîtriser les meilleurs attaquants des adversaires.

Après une courte période d'adaptation l'un à l'autre de deux matchs, Weber et Markov ont amorcé une séquence de 15 matchs entre les 28 février et 1er avril au cours de laquelle ils n'ont été sur la glace que pour deux buts des rivaux à cinq-contre-cinq. Les Canadiens ont cédé 21 buts à cinq-contre-cinq pendant tout ce temps.

Weber et Markov ont eu à découdre avec Connor McDavid et les Oilers d'Edmonton, Patrick Kane et les Blackhawks de Chicago et à trois reprises contre les Sénateurs d'Ottawa qui leur ont constamment opposé le défenseur Erik Karlsson et le joueur de centre Kyle Turris.

« C'est l'aspect du jeu que j'apprécie le plus et un défi que j'ai hâte de relever à chacun des matchs, dit Weber. Je suis habituellement confronté aux meilleurs joueurs de l'équipe adverse et l'objectif est d'essayer de restreindre leurs chances à l'attaque. »

Weber s'attelle à la tâche non sans s'astreindre à une préparation soignée. Il dit qu'il garde en mémoire un fichier sur les tendances des joueurs, mais que son système de stockage de données était principalement centré sur les joueurs de l'Association de l'Ouest.

Il a passé cette saison à actualiser sa banque d'informations sur les joueurs de l'Association de l'Est, et les attaquants des Rangers de New York peuvent être assurés que Weber sera fin prêt à les affronter en amorce de la série de premier tour au Centre Bell, mercredi (19h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

« J'ai tellement joué contre des gars de l'Ouest que je sais ce qu'ils vont faire ou ce qu'ils peuvent faire, a dit Weber. J'ai dû parfaire mon apprentissage, surtout avec tous ces jeunes loups qui arrivent dans la ligue. Je demande parfois à nos jeunes joueurs ce qu'ils savent d'un joueur en particulier. J'essaie simplement d'acquérir des connaissances et de faire les ajustements nécessaires. »

Quand Bergevin a échangé le populaire défenseur P.K. Subban aux Predators de Nashville afin d'acquérir Weber le 28 juin, c'est ce qu'il envisageait d'obtenir, un défenseur à caractère défensif dans la plus pure tradition.

Au moment où le sport privilégie la mobilité et la finesse, même en défense, Weber est un défenseur d'une autre époque, un défenseur qui ferme la porte à double tour et remarquablement efficace dans ce qu'il fait.

Combien efficace? Parmi tous les patineurs ayant joué pendant au minimum 750 minutes à cinq-contre-cinq cette saison, aucun n'a été sur la glace pour moins de buts des adversaires par 60 minutes de temps de jeu que Weber, selon Corsica.hockey.

Aucun défenseur ne s'est véritablement approché de lui, Weber terminant avec 1,27 but contre par 60 minutes de jeu et Nate Schmidt des Capitals de Washington pointe en deuxième position à 1,49. L'écart entre Weber et Schmidt est le même que l'écart entre Schmidt et le 10e défenseur de la liste, Andrej Sekera des Oilers d'Edmonton, qui a été sur la glace pour 1,71 but par 60 minutes.

Vous ne serez peut-être pas surpris d'apprendre que Weber a également profité du meilleur pourcentage d'arrêts (,954) de son gardien à cinq-contre-cinq parmi les défenseurs de la LNH. Il serait facile d'attribuer le mérite des succès de Weber à Price.

N'allez pas dire ça à Price.

« Il est excellent pour déblayer la façade du but et pour repousser les joueurs », a réagi Price, quand on lui a évoqué la statistique du pourcentage d'arrêts. « Dans les situations à un-contre-un, il est très dur à battre parce que, un, il est très habile avec le bâton et, deux, si vous essayez de le doubler, il va probablement vous sortir du jeu en vous mettant en échec. » 

L'attaquant Gustav Nyquist des Red Wings de Detroit l'a appris à ses dépens au cours du match du 21 mars disputé au Centre Bell. Au moment où les Red Wings menaient 1-0, Nyquist s'est vu offrir une occasion unique quand le gardien Al Montoya a fait bondir un retour de tir jusqu'à lui dans l'enclave.

L'ouverture était béante et Nyquist n'avait qu'à y envoyer la rondelle.

« Vous obtenez une chance, le retour vous parvient directement », a commenté Nyquist à l'issue de la victoire de 2-1 des siens en prolongation. « Puis, on vous pousse par derrière. »

La poussée en question est venue de Weber, qui a utilisé son bâton à l'horizontal afin d'appliquer ce qu'on appelle un double-échec qui est resté impuni.

Quand on a demandé à Weber le lendemain s'il se rappelait du jeu en question, il n'était pas sûr. On lui a alors mentionné que Nyquist s'est retrouvé avec la rondelle sur la lame du bâton prêt à viser dans l'ouverture béante. La mémoire lui est finalement revenue.

« Et puis il s'est retrouvé sur la glace?, a-t-il demandé avec le sourire. Comment ç'a pu se produire? »

Weber pouvait s'amuser de l'incident parce qu'il avait été sans conséquence néfaste pour l'équipe. Il avait été sans conséquence en raison du geste qu'il avait posé.

« J'étais mal positionné, avait-il admis. J'aurais dû être en avant de lui. J'ai donc dû faire ce que je devais faire. »

Weber fait ce que les Canadiens s'attendaient de lui plus souvent qu'autrement cette saison.

L'équipe a besoin qu'il continue son travail efficace au plus important moment de l'année.

Son dernier match en séries éliminatoires a viré au cauchemar, l'an dernier. Weber a été sur la glace pour les cinq buts accordés par les Predators dans la défaite de 5-0 encaissée face aux Sharks de San Jose, dans le match no 7 de la série de deuxième tour de l'Association de l'Ouest.

Les Canadiens souhaitent voir à l'œuvre le défenseur qui a empêché Corey Perry des Ducks d'Anaheim d'inscrire un seul but dans la série de premier tour qui a atteint la limite des sept matchs.

Weber a réussi l'exploit en privant Perry de venir dans son endroit de prédilection sur la glace, la façade du filet.

« Il s'impose physiquement différemment des autres, a relevé Price. Il n'est pas du genre à y aller pour de percutantes mises en échec au centre de la glace. Ce n'est pas son style. Il est plus efficace quand il coince ses rivaux devant le but. Il se positionne entre eux et le filet, et il leur bloque la voie.

« Je peux comprendre que ça soit très frustrant pour un joueur talentueux. »

Particulièrement si ce joueur talentueux doit l'affronter à tous les deux soirs. Weber a très hâte de faire l'étalage de son potentiel en séries pour la première fois pour sa nouvelle équipe.

« Uniquement qu'à entendre les gars parler de l'atmosphère qui règne en séries, l'importance que ça revêt pour la ville, c'est enivrant », a mentionné Weber. « J'ai eu la chair de poule quand j'ai fait mes débuts dans cet amphithéâtre comme membre des Canadiens. C'était très particulier.

« Je peux imaginer combien l'atmosphère sera électrique en séries. »

En voir plus