Skip to main content

Shane Doan se retrouve dans un club très exclusif

Le capitaine des Coyotes est un des 11 joueurs de l'histoire de la LNH à passer une carrière d'au moins 20 saisons avec une seule équipe

par LNH.com @NHL / LNH.com

Shane Doan s'est joint à un club exclusif quand il a passé sa 20e saison avec la concession des Coyotes de l'Arizona en 2015-16, et l'attaquant s'est davantage distingué mardi quand il a signé un contrat d'un an pour revenir disputer une 21e saison.

Dix autres joueurs de la LNH sont demeurés avec une seule équipe pendant leur carrière d'au moins 20 saisons. D'entre les 10, quatre ont joué plus de 20 saisons. C'est un exploit notable, peu importe l'ère.

Doan a été un des leaders chez les Coyotes, qui ont déménagé en Arizona après que l'attaquant eut passé une saison avec les Jets de Winnipeg, et il les a aidés à se qualifier pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley à neuf reprises, incluant un passage en finale de l'Association de l'Ouest en 2012.

Voici les 10 autres joueurs à avoir passé leur carrière d'au moins 20 ans avec une seule organisation (en ordre chronologique):

Dit Clapper, Bruins de Boston, 20 saisons (1927-47)

Clapper a été le premier joueur de l'histoire de la LNH à jouer 20 saisons et il était membre de l'un des premiers trios à gagner un surnom. Le « Dynamite Line », composé de Clapper, Cooney Weiland et Dutch Gainor, a gagné le surnom après que les joueurs eurent fait preuve d'une chimie immédiate en 1927-28. Les attaquants ont tiré plein profit des modifications aux règles de la LNH en 1929-30 qui ont essentiellement éliminé le hors-jeu pour marquer 102 des 179 buts réussis par les Bruins en 44 matchs. Clapper, qui en a marqué 41 cette saison, a totalisé 474 points (228 buts) en 833 matchs de la saison régulière et 30 points (13 buts) en 82 matchs des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Vous pouvez rappeler son nom du film « Lancer frappé », dans la scène où Paul Newman, dans le rôle de Reggie Dunlop, dit « Du hockey comme dans l'temps... Toe Blake, Dit Clapper, Eddie Shore. » À 6 pieds 2 pouces, 200 livres, Clapper a été un géant à son époque, mais il s'est servi de sa taille sans dépasses les bornes, malgré un incident notable dans lequel il a donné un coup de poing à l'arbitre Clarence Campbell après que ce dernier n'eut pas décerné une pénalité à Dave Trottier, qui avait poussé son bâton dans le visage de Clapper.

Clapper a remporté la Coupe Stanley trois fois (1929, 1939, 1941), plus que n'importe quel joueur de l'histoire des Bruins.

George Armstrong, Maple Leafs de Toronto, 21 saisons (1949-1971)

Considéré comme étant un des meilleurs leaders des Maple Leafs, Armstrong a été capitaine pendant 13 de ses 21 saisons et a remporté la Coupe Stanley à quatre reprises. Il a ensuite été nommé un directeur général adjoint des Maple Leafs et a même servi à titre d'entraîneur pendant la saison 1988-89. Aujourd'hui, Armstrong joue le rôle de dépisteur chez les Maple Leafs à l'âge de 86 ans.

Il a inscrit 296 buts et 1187 matchs de la saison régulière, mais ses contributions en tant que leader étaient si impressionnantes que Conn Smythe a dit qu'il était « le meilleur capitaine que les Maple Leafs ont déjà eu » et a nommé un des ses chevaux à l'honneur de l'attaquant des Maple Leafs. Armstrong a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1975.

Jean Béliveau, Canadiens de Montréal, 20 saisons (1950-1971)

Béliveau a passé 18 saisons complètes chez les Canadiens. L'attaquant a effectué ses débuts dans la LNH en 1950 et a été rappelé de son équipe dans la Ligue de hockey senior du Québec, les As de Québec, pendant chacune des deux saisons suivantes avant que les propriétaires du Tricolore n'aient acheté l'équipe de la LHSQ afin de forcer Béliveau à jouer dans les rangs professionnels. La manœuvre a porté ses fruits, sans l'ombre d'un doute. En 1956, sa troisième saison complète dans la LNH, Béliveau a remporté de nombreux trophées et il est devenu le premier hockeyeur à paraître sur la couverture du magazine Sports Illustrated. Il est peut-être le joueur des Canadiens le plus vénéré à Montréal.

Originaire de Trois-Rivières, au Québec, Béliveau a remporté la Coupe Stanley 10 fois à titre de joueur et sept fois à titre de directeur, le plus de conquêtes combinées dans l'histoire de la Coupe. Il a inscrit 507 buts et récolté 1219 points en 1125 matchs de la saison régulière, ajoutant 79 buts et 176 points en 162 matchs des séries éliminatoires. Il a été intronisé au Temple de la renommée en 1972, une seule saison après sa retraite.

Alex Delvecchio, Red Wings de Detroit, 24 saisons (1950-1974)

« Fats » a été un fabricant de jeux brillant, un des grands gentilshommes du hockey et un des joueurs les plus durables de l'histoire. Une blessure à la cheville l'a obligé à rater 22 parties en 1956-57, mais il n'a raté que 17 matchs au cours de 21 autres saisons. Il a joué un total de 12 matchs pendant sa première et sa dernière saison.

Trois fois gagnant du trophée Lady Byng, Delvecchio était un joueur populaire dans le vestiaire et un fabricant efficace sur la glace jusqu'à sa dernière campagne en 1973-74. L'attaquant a atteint le plateau des 20 buts à 12 reprises et a amassé 1281 points (456 buts) en 1549 matchs de la saison régulière, ainsi que 104 points (35 buts) en 121 matchs des séries éliminatoires.

Delvecchio et Gordie Howe ont aidé l'un et l'autre à atteindre des marques notables vers la fin de la carrière de Delvecchio. Howe a récolté sa 1000e aide sur un but de Delvecchio et Delvecchio a enregistré une passe sur le 700e but de Howe. Après sa retraite, Delvecchio a servi à titre d'entraîneur des Red Wings avant de devenir un entrepreneur prospère.

Henri Richard, Canadiens de Montréal, 20 saisons (1955-1975)

Richard se retrouve parmi les joueurs les plus adorés de l'histoire des Canadiens. Le Montréalais a joué un rôle important dans 11 équipes championnes de la Coupe Stanley.

Richard a fini sa carrière avec 129 points en 180 matchs des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Il a marqué le but décisif pour remporter la Coupe deux fois (1966, 1971) et il a terminé à égalité avec Bernie Geoffrion au premier rang des Canadiens avec 12 points lorsque le Tricolore a réussi une fiche parfaite de 8-0 pendant les séries de 1960.

Surnommé « Pocket Rocket » parce qu'il était plus jeune et plus petit que son frère Maurice « Rocket » Richard, Henri a joué 1256 matchs de la saison régulière, le plus grand nombre de l'histoire des Canadiens. Il se classe au troisième rang de l'histoire de l'équipe au chapitre des points (Guy Lafleur: 1236, Béliveau: 1219). Richard a été intronisé au Temple de la renommée en 1979.

Stan Mikita, Blackhawks de Chicago, 22 saisons (1958-1980)

Mikita est un des meilleurs joueurs de l'époque des six équipes originelles de la LNH et une légende à Chicago. L'attaquant occupe le premier rang dans l'histoire des Blackhawks au chapitre des matchs joués (1394), des aides (926) et des points (1467), et ses 541 buts ne sont surpassés que par les 604 marqués par Bobby Hull.

Mikita est né en Tchécoslovaquie et il a été élevé à Saint Catharines, en Ontario. Il a aidé les Blackhawks à atteindre la Finale de la Coupe Stanley cinq fois et il a gagné la Coupe Stanley en 1961, la seule victoire de la Coupe pour la concession entre 1938 et 2010.

Mikita (5 pieds 9 pouces, 169 livres) était une sorte de pionnier; il a popularisé le bâton courbe et il était l'un des premiers joueurs à porter un casque. Quand il a pris sa retraite en 1980, seuls Gordie Howe et Phil Esposito ont eu plus de points en carrière que Mikita. Il a été intronisé au Temple de la renommée en 1983.

Ken Daneyko, Devils du New Jersey, 20 saisons (1983-2003)

Daneyko a été le deuxième joueur que le New Jersey a sélectionné en première ronde du repêchage 1982 de la LNH, et il y est demeuré un peu plus longtemps que Rocky Trottier, qui a disputé 38 matchs dans la LNH. Quand Daneyko a été repêché, l'équipe n'était pas encore surnommée les Devils parce qu'elle est venue de déménager du Colorado et elle n'avait pas encore choisi un nouveau nom. Donc, le surnom « M. Devil » était approprié pour Daneyko tant pour ses contributions sur la glace que pour sa synonymie avec l'organisation.

Daneyko était un dur-à-cuire prototypique, ayant amassé 2519 minutes de pénalité pendant sa carrière. Le défenseur a disputé chaque match des Devils en séries éliminatoires avant d'être rayé de l'alignement avant le match no 4 de la Finale de la Coupe Stanley 2003. Il a été ensuite réintégré dans l'alignement, passant la dernière présence du match no 7 sur la glace pour remporter la Coupe Stanley pour la troisième fois. Il a pris sa retraite par la suite avec une récolte de 178 points (36 buts) en 1283 matchs de la saison régulière.

Steve Yzerman, Red Wings de Detroit, 22 saisons (1983-2006)

Yzerman n'a passé aucune journée dans les rangs mineurs après que les Red Wings l'eurent sélectionné avec le quatrième choix du repêchage 1983 de la LNH. Le joueur de centre a totalisé 1755 points en 1514 matchs de la saison régulière, deuxième dans l'histoire des Red Wings (Gordie Howe, 1809 points) et septième dans l'histoire de la LNH. Il a remporté la Coupe Stanley à trois reprises, incluant une victoire en 1997 qui a mis fin à une disette de 42 ans pour l'équipe.

Il a servi à titre de capitaine pendant 19 saisons, de 1986-87 jusqu'à sa retraite à la fin de la saison 2005-06. Il a établi des records d'équipe en 1988-89 avec 65 buts et 155 points. En 1990-91, il a mené Detroit avec 108 points pour aider l'équipe à amorcer une séquence active de 25 participations consécutives aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Yzerman a poursuit sa carrière au sein de la direction de l'équipe à Detroit avant d'être nommé directeur général du Lightning de Tampa Bay en 2010.

Joe Sakic, Nordiques de Québec/Avalanche du Colorado, 20 saisons (1988-2009)

Sakic a aidé les Nordiques à s'emparer du premier rang dans l'Association de l'Est en 1994-95, leur dernière saison à Québec, avant de faciliter leur déménage au Colorado avec un triomphe de la Coupe Stanley en 1995-96.

L'Avalanche a atteint la finale de l'Association de l'Ouest six fois dans ses sept premières saisons au Colorado, remportant la Coupe Stanley à deux reprises. Sakic a mis la main sur le trophée Conn Smythe en 1996 après avoir récolté 34 points en 22 matchs des séries éliminatoires. Il a amassé 118 points pendant la saison 2000-01 avant de mener l'Avalanche à une autre victoire de la Coupe dans un septième match contre les Devils en 2001. Il a ensuite dominé la Cérémonie de remise des trophées de la LNH, remportant le trophée Hart, le trophée Lady Byng et le trophée Lester B. Pearson (aujourd'hui le trophée Ted Lindsay).

Il est le meneur de l'histoire de la concession Nordiques/Avalanche avec 1641 points et il a été intronisé au Temple de la renommée en 2012. Sakic travaille au sein de la direction de l'Avalanche depuis 2011, lui qui sert actuellement à titre de vice-président exécutif des opérations hockey.

Nicklas Lidstrom, Red Wings de Detroit, 20 saisons (1991-2012)

Lidstrom pourrait être un des plus grands vols de l'histoire du repêchage de la LNH. Le défenseur, sept fois gagnant du trophée Norris, a été sélectionné en troisième ronde (no 53) du repêchage 1989 de la LNH et a fini sa carrière avec 15 saisons d'au moins 50 points, ayant amassé 1142 points en 1564 parties.

Lidstrom a fait partie de quatre équipes championnes de la Coupe Stanley, devenant le premier capitaine européen à soulever la Coupe Stanley en 2008. Il a participé à six Finales de la Coupe Stanley et les Red Wings se sont qualifiés pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley dans chacune de ses 20 saisons dans la LNH.

Reconnu pour son calme et son leadership, il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2015.

En voir plus