Skip to main content

Mikhail Sergachev déjà sous le charme de Montréal

Le premier choix des Canadiens au récent repêchage adore sa nouvelle ville

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Les événements se bousculent dans la vie du jeune Mikhail Sergachev depuis qu'il a été le choix de premier tour des Canadiens de Montréal, le neuvième au total, le 24 juin. Deux jours après avoir paraphé son contrat d'entrée dans la LNH, le 1er juillet, le défenseur russe a enfilé le chandail bleu-blanc-rouge, dimanche, à l'occasion du début sur la glace du camp de perfectionnement annuel de l'équipe.

« C'est pas mal 'cool' », a-t-il lancé, entouré de plusieurs journalistes. « J'ai connu une bonne séance d'entraînement. J'avais les mains vives et de bonnes jambes. J'ai bien hâte de jouer des matchs simulés. »

Sergachev a fait écarquiller les yeux des amateurs (tout de même nombreux) qui se sont déplacés au Complexe sportif Bell de Brossard par un beau dimanche d'été.

Ce qu'on remarque au premier coup d'œil en le voyant avec les 43 autres espoirs sur la glace, c'est sa maturité physique. Il est imposant et très fort, à 6 pieds 2 pouces et 221 livres. Sa fluidité sur patins et ses aptitudes font également qu'il ressort du lot.

À l'extérieur de la patinoire, Sergachev a tôt fait de se sentir comme chez lui à Montréal. Arrivé en ville depuis quelques jours, il a eu l'occasion d'assister à un premier match de football - celui des Alouettes jeudi dernier - quelques heures avant « de concrétiser un rêve » en apposant sa signature au bas d'un premier contrat de la LNH.

« Montréal est une super belle ville, une des plus belles que j'aie jamais vues », a avancé celui qui est natif de Nizhnekamsk, en Russie, une ville de la République du Tatarstan d'environ 235 000 habitants. « On constate vite que c'est une ville de hockey. J'ai été surpris de voir autant de monde se déplacer ici aujourd'hui. Les gens sont aimables, j'adore jusqu'à maintenant. »

Souriant et affable, Sergachev n'est pas du type introverti. Même s'il n'est arrivé en Amérique du Nord que depuis un peu plus d'un an, sa maîtrise de l'anglais surpasse celle de plusieurs de ses compatriotes établis en Amérique depuis longtemps.

« Je suis très sollicité depuis le repêchage, avec des demandes d'entrevue et autres, mais je n'ai pas de problème avec ça. J'aime interagir avec les gens. »

Au camp de perfectionnement, le patineur des Spitfires de Windsor, dans la Ligue junior de l'Ontario (OHL), veut créer une impression favorable pour la suite des choses. Il ne cache pas qu'il nourrit l'ambition de faire le saut directement dans la LNH cette saison.

« Je veux montrer ce que je peux faire et m'améliorer. Il y a tellement de bons jeunes joueurs, desquels je peux apprendre. Au final, j'ai comme objectif de mériter un poste avec les Canadiens. On ne sait jamais. On verra tout ça au cours du camp d'entraînement de l'équipe. 

« Ce sera correct si on juge que c'est préférable que je retourne dans les rangs juniors, a-t-il ajouté. Nous aurons une excellente équipe à Windsor qui aspirera à prendre part au tournoi de la Coupe Memorial. Ma préférence est toutefois de rester à Montréal parce que je veux graduer le plus tôt possible. »

Déjà, l'entraîneur des Spitfires Rocky Thompson a suggéré aux Canadiens qu'il serait préférable que Sergachev poursuive son développement à Windsor.

Un fan de Radulov

Sergachev a réitéré qu'il veut calquer son style sur celui de Drew Doughty des Kings de Los Angeles parce que c'est le meilleur défenseur de la LNH et le défenseur qu'il idolâtre.

Chez les Canadiens, il aura un autre excellent modèle et mentor en la nouvelle acquisition Shea Weber.

« C'est un défenseur complet. Il est formidable », a-t-il réagi en parlant de Weber, quand on a évoqué le départ de P.K. Subban.

D'ici quelques saisons, Sergachev et Weber pourraient former un duo intéressant en défense. Qui sait?

En tout cas, Sergachev a applaudi à la mise sous contrat par le Tricolore de son compatriote Alexander Radulov.

« Il est le meilleur joueur de la Kontinental Hockey League (KHL) et un des meilleurs joueurs au monde. C'est toute une acquisition. Ses habitudes de travail sont impeccables, il ne ménage pas les efforts. Pour l'avoir vu à l'œuvre lors de camps d'entraînement de l'équipe nationale russe, c'est une bête. »

Lernout absent

Un seul joueur n'a pas été en mesure de chausser les patins, soit le défenseur Brett Lernout qui n'est pas rétabli de la blessure à un genou qu'il s'est infligée au cours de son premier match dans la LNH, le 2 avril, face aux Panthers de la Floride.

Le défenseur Noah Juulsen, premier choix de l'équipe en 2015, a pris part aux matchs simulés même s'il soigne une fracture de la mâchoire subie vers la fin de la saison de son équipe junior, les Silvertips d'Everett. Juulsen, qui porte un protecteur facial, devait initialement être exempté.

L'attaquant finlandais Artturi Lehkonen est demeuré dans son pays afin de poursuivre son entraînement, d'un commun accord entre l'organisation et l'espoir à l'attaque.

La jeune sensation de la Ligue élite de la Suède devrait toutefois participer au camp des recrues, qui se tiendra au début septembre. Lehkonen a remporté les honneurs du championnat suédois en compagnie de ses coéquipiers de l'équipe de Frolunda.

L'ancien défenseur du Tricolore Francis Bouillon, qui a pris sa retraite avant la dernière saison, participe au camp de perfectionnement à titre d'entraîneur invité.

« J'étais un peu mélangé. J'étais souvent tenté de participer aux exercices avec les joueurs », a lancé à la blague Bouillon.

Le camp se poursuit jusqu'à jeudi. Les joueurs sont répartis en quatre groupes qui prennent part à des séances d'entraînement en avant-midi et à des matchs simulés en après-midi, à l'exception de jeudi (9h).

En voir plus