Skip to main content

Sept joueurs qui ont impressionné à la Coupe Hlinka-Gretzky

Notre journaliste offre ses impressions sur les espoirs qui ont gagné des points au cours du tournoi

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

EDMONTON -- La première édition de la Coupe Hlinka-Gretzky en sol canadien s'est conclue, samedi, avec une victoire de 6-2 du Canada face à la Suède.

Mais au-delà de la 22e médaille d'or du Canada en 28 participations à ce tournoi, on retient surtout l'excellent rendement de plusieurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH.

« Il semble que ce sera une année de repêchage avec beaucoup de profondeur parce que plusieurs joueurs que nous avions identifiés ont fait grimper leur valeur au cours du tournoi », a déclaré Dan Marr le directeur du Bureau central de dépistage de la LNH.

« Ç'a été un très bon tournoi pour se faire une meilleure idée de certains joueurs et nous avons pu voir que plusieurs d'entre eux se dirigent dans la bonne direction. »

Voici, en ordre alphabétique, sept espoirs en vue du repêchage de 2019 qui ont augmenté leur valeur au cours du tournoi :

Philip Broberg, D, Suède 

Doté d'un excellent coup de patin, l'imposant défenseur (6-3, 198) en a mis plein la vue avec ses montées à l'emporte-pièce et ses relances efficaces. Il a inscrit trois buts, dont un en avantage numérique en cinq rencontres.

« Il a solidifié son statut comme l'un des meilleurs joueurs disponibles, a dit Marr. Il sera certainement dans les conversations concernant les premiers choix du repêchage. »

Maxim Cajkovic, AD, Slovaquie

Sans démontrer beaucoup de constance, on a pu constater que le rapide attaquant avait de bonnes habiletés en possession de rondelle. Auteur de deux buts et deux aides en quatre matchs, il s'est largement démarqué chez les Slovaques.

« Je suis rapide, mais je dois continuer d'améliorer mon coup de patin, a fait valoir Cajkovic. Je crois qu'il y a encore beaucoup de place à l'amélioration. Je veux aussi prendre du poids, c'est important pour moi. »

Dylan Cozens, C, Canada

On savait déjà que Cozens faisait partie de l'élite, mais il a confirmé son statut encore davantage. Bon fabricant de jeu, imposant (6-3,181) et rapide, le centre a récolté deux buts et trois aides en cinq matchs.

« Il est très rapide pour récupérer les rondelles libres en se servant de son imposant gabarit, il peut gagner des mises au jeu... Il y a plusieurs raisons de lui faire confiance », a indiqué l'entraîneur canadien André Tourigny.

Kirby Dach, C, Canada

Le grand joueur de centre (6-4, 185) a amplement contribué aux succès d'Alexis Lafrenière dans ce tournoi, et vice versa. Dach, qui a enregistré deux buts et cinq aides en cinq matchs, semble avoir tous les attributs nécessaires pour occuper un rôle de premier plan dans la LNH.

« Je veux essayer de devenir davantage une double menace, a expliqué Dach, qui a récolté sept buts et 39 aides avec Saskatoon (WHL). Je pense à la passe en premier, mais je veux travailler sur mon tir pour avoir plus de cordes à mon arc. »

À LIRE AUSSI : Lafrenière et le Canada remportent l'or | Lafrenière affiche un leadership incontesté | Le petit quelque chose de Justin Barron

Vasili Podkolzin, AD, Russie

Sans contredit le marqueur naturel du tournoi. Il a inscrit au moins un but à chacun des matchs de la Russie et en a totalisé huit, prenant les choses en main lors du match pour le bronze avec un tour du chapeau. Décidément un joueur qui peut changer l'allure d'un match à lui seul.

« Plusieurs joueurs russes ont fait augmenter leur valeur, a expliqué Marr. C'est tellement un gros pays et c'est difficile de les évaluer à plusieurs reprises dans différentes situations. Il semble y avoir plus de profondeur en Russie cette année. »

Victor Söderström, D, Suède

La Suède sait décidément former de bons défenseurs offensifs. Söderström était l'un des meilleurs arrières des siens avant de se blesser face à la Suisse lors du deuxième match, terminant le tournoi avec un but et une aide.

« Il a de bonnes qualités offensives, c'est mon homme de confiance en avantage numérique à la pointe, a vanté l'entraîneur suédois Magnus Hävelid. Il doit encore améliorer son jeu défensif, mais depuis un an, il a fait des pas de géant. »

Ryan Suzuki, C, Canada

À l'instar de son frère Nick (Golden Knights de Vegas), Ryan fait preuve d'une intelligence hors du commun sur la patinoire. Il sait repérer ses coéquipiers lorsque les options sont moindres et il peut se sortir de situations difficiles avec ruse. Il a été le deuxième meilleur pointeur du Canada (un but, sept aides).

« Je crois que mon sens du hockey est l'une de mes forces sur la patinoire, a affirmé Suzuki. Je crois que je suis un meilleur patineur que mon frère, mais il a un meilleur tir et il est plus marqueur que moi. »

Mentions honorables en vue du repêchage de 2020

Justin Barron, D, Canada : L'imposant défenseur canadien s'est montré fort solide en jeu de transition et il sait diriger un jeu de puissance de main de maître.

Alexander Holtz, AD, Suède : Le jeune Suédois a démontré qu'il ne fallait pas lui laisser la rondelle près du filet. Même s'il n'a inscrit que deux buts, il possède un tir qui peut faire des ravages.

Alexis Lafrenière, AG, Canada : Il a reçu les éloges de Wayne Gretzky en plus de terminer à égalité au premier rang classement des pointeurs du tournoi. Que dire de plus?

Lucas Raymond, AG, Suède : À l'instar de Holtz, il s'est avéré une menace constante sur le premier trio de la Suède. Dynamique et rapide, il possède une excellente vision du jeu.

Théo Rochette, C, Suisse : Sans être véritablement entouré, l'attaquant canado-suisse s'est créé lui-même des occasions de marquer grâce à son sens du hockey.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.