Skip to main content

Schneider s'avère le morceau manquant du casse-tête en supériorité

LNH.com @NHL

MONTREAL - Guy Carbonneau estime que l'acquisition de Mathieu Schneider n'est pas l'unique explication au réveil du jeu de puissance du Canadien, qui a fourni sept buts en 12 occasions dans les trois matchs que le vétéran défenseur a joués. Le Tricolore est passé de la 25e place à la 17e, à ce chapitre, avec un taux d'efficacité de 18 pour cent.

"Ce que Mathieu a principalement amélioré, ce sont les entrées de zone, a relevé l'entraîneur. Il peut transporter la rondelle de derrière notre but jusque dans le territoire adverse."

Carbo a également noté que Schneider, parce qu'il affectionne décocher des tirs, déteint sur ses coéquipiers.

"J'ai remarqué un changement d'attitude. Les joueurs tentent de l'imiter et on dirige plus de lancers vers le but. Les Patrice Brisebois et Andrei Markov lancent davantage."

Schneider est à toutes fins utiles le défenseur de la trempe de Mark Streit, qu'on n'avait pu remplacer en début de saison.

"Jusqu'à maintenant, c'est le rôle qu'il joue au sein de l'équipe."

Alex Kovalev a souligné que la présence de Schneider en supériorité ajoute plusieurs possibilités.

"Il peut faire beaucoup de choses en possession de la rondelle et nos rivaux ne savent pas trop sur quel pied danser. ??a ouvre le jeu pour tout le monde", a affirmé le Russe.

(...)

Guy Carbonneau espère que la victoire de samedi va marquer un tournant dans la saison du Canadien.

"C'est la victoire qu'on désirait obtenir depuis un bon moment, a-t-il souligné. Chacune des équipes doit composer avec des hauts et des bas. Disons que nous avons eu notre lot de bas cette saison, pour diverses raisons.

"Les joueurs ont réalisé l'importance de la situation et je crois que la concentration va être nettement plus facile à obtenir de leur part."

(...)

L'absence de Matt D'Agostini au tout début de la séance d'entraînement avait déjà mis quelques journalistes sur les dents. Rien de sérieux, D'Agostini s'est pointé en retard parce qu'on a dû lui enrubanner un doigt, a-t-on indiqué.

(...)

Guy Carbonneau ne fera pas cabale de sitôt afin que le Canadien aille jouer en Europe, au début d'une saison. Les quatre entraîneurs des équipes qui sont allés en Europe en octobre dernier ont tous été congédiés, Tom Renney des Rangers de New York étant le dernier en lice.

"Peut-être est-ce une coïncidence, a-t-il commenté. Si on observe la même tendance au cours des prochaines saisons, il y a un entraîneur à un moment donné qui va s'objecter à ce que son équipe se rende en Europe. C'est éprouvant pour les joueurs ces longs voyages outre-mer."

Carbonneau a corroboré l'analyse selon laquelle les entraîneurs sont davantage susceptibles d'écoper en raison de la difficulté des équipes à effectuer des échanges.

"C'est assurément un facteur. Plusieurs équipes sont prises avec les joueurs qu'elles ont."

(...)

Mike Gillis a le feu vert des propriétaires des Canucks, mais le directeur général recrue n'envisage pas de bouger à la date limite des transactions, la semaine prochaine. Si ce n'est qu'afin d'ajouter de la profondeur à l'équipe.

Gillis est heureux de la composition des Canucks, actuellement cinquièmes dans l'Ouest avec 68 points en 59 rencontres. Il ne veut surtout pas affecter l'atmosphère positive qui règne au sein de l'équipe, qui se présente à Montréal forte d'une série de huit victoires en neuf matchs en février.

"Si nous perdons un élément important dans nos quatre derniers matchs avant la date limite, nous ferons de notre mieux afin de surmonter cet obstacle, a commenté Gillis. Nous sommes satisfaits du groupe que nous avons sous la main et nous jouons bien dans le moment. Nous sommes confiants."

En voir plus