Skip to main content

Ryan Poehling avait très hâte d'obtenir un autre but

L'attaquant recrue des Canadiens a marqué pour la première fois lundi depuis son premier match mémorable dans la LNH, la saison dernière

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Ryan Poehling l'admet : il avait très hâte d'obtenir un autre but. On peut comprendre le jeune attaquant américain des Canadiens de Montréal. Dix-neuf matchs sans marquer, c'est long pour un gars qui a réussi un tour du chapeau à ses débuts dans la LNH.

À LIRE AUSSI: Un pas de plus vers le bout du tunnelLes Flames sont tombés dans le piège

« J'y pensais forcément, c'est dur de ne pas le faire », a reconnu Poehling après avoir brisé la glace à son 20e match cette saison, lundi, dans le gain de 2-0 du CH contre les Flames de Calgary. Le but qu'il a marqué, le deuxième de l'équipe en troisième période, était son premier point.

Video: CGY@MTL : Poehling marque après la mise en jeu

Rappelez-vous, Poehling avait connu une première soirée mémorable dans la LNH. C'était au dernier match des Canadiens, la saison dernière. Le joueur homme, fraîchement issu des rangs universitaires américains, s'était offert une performance de trois buts dans la victoire de 6-5 des siens contre les Maple Leafs de Toronto. Il avait ajouté la cerise sur le gâteau, en obtenant le but décisif dans la séance des tirs de barrage.

Cette soirée de rêve était peut-être la pire chose qui pouvait lui arriver. Du haut du piédestal que les partisans de l'équipe lui ont érigé, on lui a injustement accolé l'étiquette de marqueur. Ce qu'il n'est pas forcément. 

« Je veux simplement jouer de la bonne façon, a-t-il avancé lundi. Je retire une grande fierté à le faire. C'est le type de joueur que je suis, tout en cherchant à ajouter mon grain de sel à l'attaque. Le match de ce soir a été une belle illustration. 

« Dernièrement, je gagnais en aisance et je me disais que c'était une question de temps avant que je marque. »

Évoluant à la gauche du jeune centre Jesperi Kotkaniemi, Poehling a patiné avec aisance et il s'est impliqué dans l'action. Ça fait d'ailleurs quelques matchs qu'on le remarque davantage. 

Adaptation peu commode

Poehling s'est présenté au camp d'entraînement, en septembre dernier, animé de la volonté de mériter un poste dans l'équipe. Il a malheureusement pour lui subi une commotion cérébrale dans un match préparatoire, qui l'a contraint à l'inactivité pendant environ une semaine, et il n'a pas pu se faire justice. Cédé à l'équipe-école de Laval pour le début de la saison, il a de son propre aveu eu de la difficulté à accepter la décision.

Il s'est ressaisi et le CH lui a fait signe pour la première fois en novembre. Il a été peu visible dans les quatre matchs qu'il a joués. On l'a retourné dans la Ligue américaine, avant de le rappeler de nouveau en décembre. Il est avec l'équipe depuis ce temps.

« J'ai eu besoin d'une période d'adaptation toutes les fois que j'ai changé de calibre de jeu, a-t-il noté. Cette saison est beaucoup plus longue que les précédentes pour moi. J'espère que je continuerai de progresser et de gagner en confiance jusqu'à la fin. »

L'entraîneur Claude Julien l'utilise surtout à l'aile gauche, lui qui est un joueur de centre. Il admet que ça lui a pris du temps avant de s'y faire.

« J'avais toujours joué à la position de centre, c'est différent à l'aile surtout pour le jeu dans notre territoire et les sorties de zone. J'ai dû faire des ajustements pendant les cinq à dix premiers matchs. Avec le temps, je sais davantage à quoi m'attendre et à mieux réagir face à la pression que les adversaires exercent. »

À défaut de noircir les feuilles de score, l'entraîneur Claude Julien lui a confié des tâches en infériorité numérique, en l'absence de joueurs comme Joel Armia et Paul Byron, qui sont blessés. Il relève le défi avec brio.

« J'adore ça, c'est super, a affirmé Poehling. C'est un aspect du jeu qui me procure beaucoup de satisfaction et un aspect très important pour l'équipe. J'affectionne de frustrer les adversaires. Ça vous permet également de voir plus d'action. »

Julien a dit que le jeune attaquant travaille à son goût depuis quelque temps.

« Il fonce vers le filet adverse et il redouble d'ardeur dans les coins de patinoire. En raison des blessures, nous essayons de trouver les bons jumelages dans les trios. Tant mieux s'il crée plus d'espace pour Kotkaniemi, mais les deux jeunes sont différents. L'autre membre du trio, Nick Cousins, n'est pas un rapide patineur, mais il est expérimenté et doté d'une belle intelligence au jeu. Nous essayons d'équilibrer les trios. Lundi, nous avons pu utiliser les quatre trios et nous avons joué à un rythme plus soutenu. Nous sommes à notre mieux quand nous roulons à quatre trios parce que le niveau d'énergie est très élevé. Ç'a été le cas contre les Flames. »

Lucic : cul par-dessus tête

Un autre jeune joueur du Tricolore s'est fait remarquer lundi. Le défenseur Cale Fleury a envoyé l'imposant attaquant des Flames Milan Lucic les quatre fers en l'air, à la suite d'un contact près de la ligne bleue des Canadiens en troisième période.

Tweet from @CanadiensMTL: Cale sait comment donner une mise en ��chec. 💥The kid can hit.#GoHabsGo pic.twitter.com/PuifLGFPgR

« Le jeune a un visage angélique, mais il pince des rivaux d'aplomb tout le temps, a soumis le vétéran défenseur Ben Chiarot. Il est très solide sur ses patins même s'il n'est âgé que de 21 ans. Avec plus de poils au menton et plus de muscle, il sera encore plus fort. »

Quand on a demandé à Julien s'il avait été surpris de voir Lucic être renversé de la sorte, l'entraîneur qui a dirigé Lucic chez les Bruins de Boston a répondu :

« Je pense que "Looch" a été plus surpris que moi quand il a croisé Fleury sur son chemin près de la bande. Nous l'avons vu faire souvent le coup depuis le camp d'entraînement. Il nous a fait écarquiller les yeux et c'est surprenant à voir. »
 

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.