Skip to main content

Ron Tugnutt se trouve meilleur, plus les années passent

Il y a 29 ans le 21 mars 1991, le gardien des Nordiques de Québec signait une époustouflante performance de 70 arrêts au Garden de Boston

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal NHL.com

Le 21 mars n'est pas une journée comme les autres pour Ron Tugnutt. Chaque année, depuis maintenant 29 ans, la date ramène l'ancien gardien à un heureux souvenir qui lui collera à la peau jusqu'à la fin de ses jours.

C'est que le 21 mars 1991, Tugnutt a survécu à un incroyable barrage de 73 lancers au Garden de Boston, incluant 12 uniquement dans la courte période de prolongation, permettant aux Nordiques de Québec de soutirer (le mot est faible) un verdict nul de 3-3 aux Bruins.

À LIRE AUSSI: Ça s'est passé le... 20 mars | 19 mars | 18 mars 

« Je savoure vraiment cette journée-là. Ça me met un grand sourire sur mon visage en me souvenant d'une journée qui a été spéciale dans ma carrière », a-t-il affirmé dans un échange de messages textes avec LNH.com, vendredi. « Mes deux garçons, généralement sur Twitter, regardent les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux. J'aime aussi les regarder. On dirait que je suis meilleur plus je vieillis! », a-t-il lancé à la blague.

Vous ne serez pas surpris d'apprendre que les gens l'abordent encore pour lui parler de son époustouflante performance de 70 arrêts, qui n'a pu eu son égal depuis ce temps dans un match de la LNH, en saison régulière.

L'exploit de Tugnutt est répertorié au deuxième rang de l'histoire, derrière celui de 80 arrêts de Sam LoPresti, des Blackhawks de Chicago. Le 4 mars 1941, LoPresti avait été moins chanceux que Tugnutt puisqu'il avait subi la défaite 3-2 contre les Bruins, également au Garden.

« Mon nom résonne encore pour beaucoup d'amateurs comme celui du gardien de Québec qui a connu un gros match au Garden », avait confié Tugnutt à La Presse canadienne (PC), dans un texte publié à l'occasion du 20e anniversaire de son historique performance en 2011.

Video: Performance magique de Tugnutt avec 70 arrêts

Les joueurs qui ont été de la partie s'en souviennent comme si c'était hier.

« Je n'oublierai jamais », a déjà mentionné l'ancien défenseur Steven Finn. « Raymond Bourque a eu quelque chose comme 17 lancers à lui seul. Les joueurs des Bruins passaient près de lui et ils le félicitaient. Ils n'en revenaient pas, c'était débile. »

Bourque a, dans les faits, égalé le record de Gordie Howe de 19 tirs au but. Il a marqué à l'aide de son 14e, mais il a vu Tugnutt réaliser l'arrêt de la soirée à ses dépens, à huit secondes de la fin de la prolongation.

Le défenseur vedette a décoché son plus retentissant tir frappé directement de l'enclave. Tugnutt l'a gobé d'un geste vif de la mitaine.

« Cam Neely était "planté" devant moi, a déjà relaté à l'auteur de ces lignes le gardien ontarien natif de Scarborough, et quand j'ai fait l'arrêt, il m'a regardé tout sourire en me disant: "Tu te moques de moi ou quoi?" »

Incrédules, les 14 448 spectateurs se sont levés en bloc afin d'acclamer le gardien des Fleurdelisés. Sur la tribune de presse, des journalistes de Boston ont même applaudi.

Au son final de la sirène, un groupe de joueurs des Bruins, incluant Bourque, est allé féliciter Tugnutt, pendant que la foule lui réservait une ovation.

« Ron a reçu l'hommage ultime qu'un joueur puisse avoir de la part d'adversaires », a déjà commenté Joe Sakic, l'ancienne super-vedette des Nordiques. « Ce que les joueurs des Bruins ont fait ce soir-là, vous ne voyez jamais ça. »

Malade!

Pour Bourque, les marques d'appréciation faites à Tugnutt étaient pleinement méritées.

« C'est très rare, il est vrai, qu'on félicite un adversaire. Mais nous, les joueurs, comme la foule, réalisions que nous venions d'assister à quelque chose d'exceptionnel », a déjà évoqué Bourque à La Presse canadienne.

Bourque a souligné que c'est la meilleure performance d'un gardien à laquelle il ait assisté de toute sa carrière.

« Sur la petite patinoire du Garden, les lancers arrivaient très vite, a-t-il noté. Ce n'est pas uniquement le total qui est impressionnant, mais la qualité des lancers. Il a effectué plusieurs arrêts spectaculaires. C'était malade! »

La soirée de rêve de Tugnutt a été comme un léger baume sur une autre saison de misère des Nordiques qui s'achevait. Elle a également coïncidé avec le dernier tour de patinoire de Guy Lafleur à Boston.

« J'avais le sourire accroché aux lèvres », a relaté Tugnutt, maintenant âgé de 52 ans et établi dans la région de Peterborough, en Ontario. « Mais je me rappelle que les sourires étaient plus nombreux chez les Bruins que dans notre vestiaire. Les gars s'étaient sentis quelque peu humiliés. »

Tugnutt, qui a disputé 538 matchs dans la LNH au sein de huit organisations incluant les Canadiens de Montréal, a connu un autre match de 70 arrêts au cours de sa carrière, mais c'était en séries éliminatoires. Le 4 mai 2000, il s'était incliné 2-1 dans l'uniforme des Penguins de Pittsburgh face aux Flyers de Philadelphie, en cinquième période de prolongation.

« Je peux avancer sans risquer de me tromper que je suis le seul gardien qui ait connu deux matchs de 70 arrêts », fait-il remarquer, fièrement.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.