Skip to main content

#Bobvousrépond: Les séries pour les Golden Knights?

Notre journaliste principal fait des suggestions à Jim Rutherford des Penguins pour l'obtention d'un centre numéro trois

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Salutations aux amateurs de hockey. C'est le début d'une nouvelle saison et, avant d'entrer dans le vif du sujet, souhaitons-nous en une excellente, pleine de rebondissements. J'ai à nouveau le plaisir de me prêter au jeu de répondre à vos questions. Je constate qu'elles sont nombreuses pour ce premier rendez-vous. C'est une bonne habitude à créer. Passez le mot à vos amis et collègues, on va jaser entre nous. Je n'ai pas la prétention de tout savoir, loin de là. Je tenterai simplement de vous répondre au meilleur de mes connaissances, parfois avec une pointe d'humour ou d'ironie. Et si je ne vous réponds pas immédiatement, c'est possible que je le fasse la fois suivante. Soyez patients. Et n'oubliez jamais : le hockey est un jeu, faut bien s'amuser un peu. 

À tout seigneur tout honneur, une première question de Guillaume Marc Auger sur Facebook au sujet de l'équipe de première année dans la LNH: Les Golden Knights de Vegas ont-ils une chance de faire les séries?

Non, les Golden Knights ne participeront pas aux séries. Ce n'est pas qu'ils ne sont pas piqués des vers. C'est une bonne équipe d'expansion. Ils connaissent tout un début de saison, le meilleur de l'histoire de la LNH pour une équipe de première année. Malheureusement pour eux, ils seront rattrapés par leur manque de profondeur. Déjà, ils ont perdu les services du vétéran gardien Marc-André Fleury. L'inexpérimenté Malcolm Subban le remplace. On ne parle pas de la même qualité de gardiens. La situation va éventuellement se produire à l'attaque et en défense. L'organisation commence à marcher, sa profondeur reste à bâtir. 

L'avantage que Vegas possède, c'est d'évoluer dans la section Pacifique, dite moins compétitive que la section Centrale dans l'Association de l'Ouest. Ça pourrait lui permettre d'engranger des points plus facilement face à des rivaux comme les Coyotes de l'Arizona et les Canucks de Vancouver. Mais ce sera insuffisant. 

La deuxième question est de Yanick Casgrain sur Facebook: Quel troisième centre serait réaliste pour les Penguins? 

Voilà un dossier qui sera fort intéressant à suivre cette saison. Le directeur général Jim Rutherford ne cache pas être à la recherche d'un troisième centre afin de combler le vide provoqué par la perte de Nick Bonino, rendu chez les Predators de Nashville. 

On parle pour parler. Le prototype parfait du centre énergique efficace des deux côtés de la rondelle serait Phillip Danault des Canadiens de Montréal ou Jean-Gabriel Pageau des Sénateurs d'Ottawa. Mais Rutherford peut rêver. Il n'obtiendra ni l'un ni l'autre. Danault fait partie des plans d'avenir du CH et le salaire de Pageau (3 millions $) est un obstacle. Rutherford dispose actuellement d'une marge de manœuvre de 2 millions $ sous le plafond salarial. 

Ma cible serait Chris Tierney des Sharks de San Jose. Tierney est âgé de 23 ans et il en est à sa dernière année contractuelle au salaire de 735 000 $. Rutherford devra être prêt à payer un bon prix aux Sharks s'il le veut. 

Il pourrait se tourner vers les Sabres de Buffalo et Johan Larsson, 25 ans, qui est sous contrat jusqu'à la fin de la saison 2018-19 au salaire annuel de 1,475 millions $. Il pourrait regarder du côté des Flyers de Philadelphie et Scott Laughton, 23 ans, qui gagne 962 000 $ pour cette saison et la suivante. 

C'est moins sa tasse de thé d'être actif à la date limite des échanges, mais Rutherford pourrait lorgner un vétéran avant le dernier droit. Pourquoi pas Tomas Plekanec des Canadiens, Derek MacKenzie des Panthers de la Floride ou même Pierre-Édouard Bellemare des Golden Knights de Vegas? 

Mathieu Galarneau sur Facebook est curieux de savoir combien de points cette saison va amasser Nico Hischier des Devils du New Jersey? 

Réglons d'abord une chose : Hischier est très talentueux, mais le premier choix au repêchage de juin n'est pas un surdoué comme Connor Mcdavid des Oilers d'Edmonton ou Auston Matthews des Maple Leafs de Toronto. 

Cela dit, j'aimerais bien le voir connaître une saison de 80 points parce que je l'ai choisi dans mon « pool ». Mais je n'y crois pas. Une récolte d'une quarantaine de points, avec une quinzaine de buts, serait plus réaliste. 

Dany Lafleur sur Twitter me demande si un échange impliquant Alex Galchenyuk des Canadiens de Montréal et Kyle Turris des Sénateurs d'Ottawa pourrait se faire? 

Pas bête comme proposition. Turris pourrait s'avérer être un bon second pour Jonathan Drouin chez le CH, mais le directeur général Marc Bergevin doit viser plus gros. Tant que le dossier de John Tavares des Islanders de New York ne sera pas réglé, mon idée est qu'il va patienter. Il n'a pas le choix de toute façon, la valeur de Galchenyuk est actuellement à peu près au même niveau que celle qu'avait le défenseur Nathan Beaulieu à la fin de la saison dernière. 

Turris va exiger un salaire annuel avoisinant les 6 millions $ s'il décide de se prévaloir du statut de joueur autonome sans compensation à la conclusion de la saison. 

L'avantage dans le cas de Galchenyuk, c'est qu'il est sous contrat pour cette saison et les deux suivantes au salaire annuel moyen de 4,9 millions $. 

Alex Ovechkin est en feu et Charles St-Jean sur Facebook veut savoir combien de points il va avoir à sa fiche à la fin de la saison? 

« Ovi » s'est présenté aminci au camp des Capitals de Washington et il vole littéralement sur la patinoire. Neuf buts en six matchs, il ne conservera pas le rythme, mais c'est annonciateur d'une fructueuse saison. 

Il est assurément animé du désir de prouver qu'il n'est pas un joueur fini à l'âge de 32 ans, après n'avoir marqué que 33 buts la saison dernière. Je le vois flirter de nouveau avec le plateau des 50 buts et des 80 points. 

On doit toutefois s'attendre à ce qu'il connaisse une baisse de régime pendant les Jeux olympiques d'hiver parce qu'il aura la tête à Pyeongchang, en Corée du Sud.

En voir plus