Skip to main content

Rinne et les Predators sur le point d'entrer dans l'histoire

Nashville se trouve à une victoire d'une première participation en finale de l'Ouest grâce au brio du gardien

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

NASHVILLE -- Les Predators de Nashville se trouvent au milieu d'une incroyable aventure qui s'est amorcée il y a 19 ans dans une ville qui connaissait peu le hockey. Maintenant, les Predators sont à une victoire d'un premier passage en finale de l'Association de l'Ouest dans une ville qui les a pleinement adoptés.

Pekka Rinne a joué le rôle de passager pendant presque la moitié de cette aventure, lui qui en est à sa neuvième saison à titre de gardien no 1 des Predators, et il sait bien à quel point le voyage est long et ardu.

Après avoir effectué 32 arrêts dans une victoire de 2-1 lors du match no 4 de la série de deuxième ronde dans l'Association de l'Ouest face aux Blues de St. Louis mardi, devant la 45e salle comble au Bridgestone Arena cette saison, Rinne peut apercevoir la lumière au bout du tunnel, une lumière jamais aperçue ni par lui ni par les partisans devant qui il joue depuis de nombreuses années.

Les Predators mènent la série quatre de sept 3-1 et pourront accéder à la finale de l'Ouest avec une victoire dans le match no 5 au Scottrade Center vendredi (20h H.E.; TVA Sports, CBC, NBCSN).

Rinne, 34 ans, représente un élément clé des succès des Predators jusqu'ici, ayant affiché un dossier de 7-1 avec une moyenne de buts alloués de 1,33 et un pourcentage d'arrêts de ,953. C'est le meilleur taux d'efficacité présenté par un gardien qui a reçu au moins 200 lancers lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley depuis que cette statistique a été compilée pour la première fois en 1983-84, selon Hockey-Reference.com. Mais Rinne tente de ne pas en faire grand cas.

« C'est une courte séquence de matchs pour moi, a affirmé Rinne mercredi. Je tente de ne pas me préoccuper des chiffres. »

Quand Rinne a entamé sa carrière à Nashville, les télédiffusions des matchs des Predators incluaient de courtes vidéos expliquant les règlements du hockey, tels que le hors-jeu et les dégagements refusés. En troisième période du match no 4 mardi, l'attaquant des Predators Viktor Arvidsson a été ovationné par la foule après avoir immobilisé la rondelle contre la rampe en territoire offensif pour écouler de précieuses secondes d'une punition aux Predators qui conservaient une avance d'un seul but.

Les partisans n'ont plus besoin qu'on leur explique les règlements.

« Le hockey a tellement grandi ici, a commenté Rinne. Même la ville a beaucoup grandi en général en raison du nombre de personnes qui déménagent ici, mais également d'une perspective de hockey, que ce soit le nombre de partisans ou de participants au hockey mineur. C'est traditionnellement une région dominée par le football, je crois que les deux sports sont désormais égaux. Il y a beaucoup d'amateurs de hockey, et je crois fermement que nous avons les meilleurs partisans de la ligue. C'est incroyable d'en faire partie, c'est incroyable d'observer cette croissance.

« Plus que toute autre chose, nous voulons gagner pour nos partisans. »

Mais autant Rinne aimerait gagner pour la ville ou pour les partisans, son propre parcours jusqu'ici semblait être en péril il y a un an.

Il avait entamé la saison dernière après avoir fini au deuxième rang au scrutin pour l'obtention du trophée Vézina en 2014-15. Cependant, de son propre aveu, Rinne a connu des déboires et, après qu'il fut parvenu à rebondir en fin de saison régulière, les Predators ont été éliminés dans une défaite de 5-0 face aux Sharks de San Jose dans le match no 7 de la série de deuxième tour.

Le pourcentage d'arrêts de ,908 que Rinne a affiché la saison dernière était son pire dans une saison de la LNH au cours de laquelle il a disputé au moins 25 matchs.

« L'année précédente, j'ai connu une excellente saison, et j'avais donc des attentes élevées envers moi-même, alors c'était une saison très décevante, a admis Rinne. Je me rappelle ce sentiment, la grosse déception d'avoir perdu le match no 7 en deuxième ronde. Je croyais que ce n'était pas suffisant. En retournant en Finlande pendant la saison morte, j'étais déçu de ma performance pendant toute la saison. »

Rinne a rebondi cette saison en présentant une fiche de 31-19-9 avec une moyenne de 2,42 et un pourcentage d'arrêts de ,918, et il est à son meilleur au bon moment. Mais même s'il a eu une crise de confiance il y a un an, ses coéquipiers et son organisation n'ont jamais perdu confiance en lui, grâce en grande partie à sa longue histoire de succès chez les Predators.

« Depuis ma première journée ici, Rinne est le joueur par excellence de cette équipe chaque saison, a déclaré le défenseur Ryan Ellis. Il joue avec tant d'acharnement, son éthique de travail est inégalée. Je crois que ça devient contagieux. Quand tu le vois se déplacer rapidement d'un côté à l'autre lors d'un exercice à l'entraînement, ça devient contagieux et tu veux faire de même. Quand tu regardes un joueur se battre de cette façon, tu veux lui retourner l'ascenseur et travailler aussi fort. »

Rinne comprend l'occasion qui se présente à lui, et il sait également qu'il aura peu de chances d'aider les Predators à compléter leur aventure de la meilleure façon possible: une première conquête de la Coupe Stanley.

« Tu ne veux jamais regarder trop loin, mais après cette saison, il y aura deux ans restants sur mon contrat, a-t-il dit. Je comprends bien à quel point de ma carrière je me trouve. Quand tu fais ton entrée dans la ligue, tu n'y penses jamais. Tu atteins les séries et tu crois que ça se passera chaque saison. Une équipe comme celle-ci ne s'est pas construite tout d'un coup. »

Une ville de hockey comme Nashville ne s'est pas non plus construite tout d'un coup, mais elle est prête à jouir du retour de son investissement dans les Predators. Personne ne le sait mieux que Rinne, et personne n'est plus motivé à procurer cette récompense à la ville.

En voir plus