Skip to main content

Repêchage 2021 : Beniers devient le premier choix de l'histoire du Kraken

Le centre du Michigan, sélectionné au deuxième rang, pratique un style semblable à celui du DG de Seattle Ron Francis

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

Matthew Beniers a effectué ses recherches après l'embauche de Ron Francis à titre de directeur général de l'équipe de Seattle le 18 juillet 2019, alors que l'équipe d'expansion de la LNH n'avait même pas encore de nom. Il a regardé des vidéos, et a vu qu'il portait le numéro 10 et qu'il pratiquait un style de jeu efficace dans les deux sens de la patinoire, comme le faisait Francis au cours de sa carrière.

Le Kraken de Seattle a aussi fait ses recherches peu de temps après, et a vu quelque chose en Beniers, et vendredi, Francis a annoncé que Beniers était le premier joueur sélectionné au repêchage amateur de l'histoire de l'équipe, au deuxième rang du Repêchage de la LNH 2021.

REPÊCHAGE 2021 : Les Sabres optent pour Power avec le premier choix | LHJMQ : Zachary Bolduc, premier de classe | Luke Hughes rejoint son frère Jack chez les Devils

« J'imagine que je joue un peu comme il jouait », a noté Beniers alors qu'il arborait une casquette du Kraken dans son domicile de Hingham, au Massachusetts. « C'est très plaisant. »

Beniers aura fort à faire pour devenir le prochain Ron Francis, même si Francis a indiqué, lorsqu'il a été questionné au sujet de cette comparaison, qu'il « aurait bien aimé patiner aussi vite ».

Francis a été intronisé au Temple de la renommée du hockey, a remporté la Coupe Stanley à deux reprises et a reçu le trophée Selke à titre de meilleur attaquant défensif de la LNH. Il occupe le deuxième rang de l'histoire de la ligue pour les mentions d'aide (1249), le cinquième pour les points (1798) et le cinquième pour les matchs joués (1731). La barre est haute.

Il s'agissait toutefois d'un moment important pour le Kraken, deux jours après avoir sélectionné leur formation initiale au cours du Repêchage d'expansion de la LNH 2021, et Beniers représentait un choix idéal alors que l'équipe cherche à établir sa culture et son identité.

« Il cochait toutes les cases de notre liste », a indiqué le directeur du dépistage amateur Robert Kron depuis la salle de repêchage du Kraken située dans la Space Needle. « C'est un jeune homme qui travaille extrêmement fort, un joueur de hockey extrêmement talentueux, un jeune très intelligent, qui possède une attitude très positive. Il est très excitant à regarder jouer. Nous sommes donc très heureux de l'avoir avec nous. »

Mel Pearson, l'entraîneur de Beniers à l'Université du Michigan, a qualifié ce dernier de rêve de tout entraîneur, parce qu'il joue de la bonne manière. Il possède de bons instincts offensifs, mais il ne triche pas afin de générer de l'attaque. Il joue de la même manière sur la route comme à domicile, et contre les équipes de tête ou de bas de classement. Il est le type de joueur et de personne autour de qui vous voulez bâtir une équipe.

« Lorsque vous parlez de culture et de mise en place de cette culture, vous ne pouvez pas vraiment espérer mieux que Matt Beniers, que ce soit sur la glace ou en dehors, avec la manière dont il se comporte, a expliqué Pearson. Il est très sociable. Lorsqu'il franchit la porte, vous voulez lui parler tout de suite, parce qu'il est tellement positif. Il est extroverti, il attire les gens à lui. Il rend votre vestiaire meilleur avant même de sauter sur la glace, en raison du type de personne qu'il est. »

La question est de savoir si Beniers est prêt pour la LNH ou s'il a encore besoin d'un peu de temps dans les rangs universitaires.

« Je ne sais pas totalement à quel point je suis loin de la LNH, mais je crois que je suis assez près, a confié Beniers. Je crois que si je continue à travailler fort, j'y arriverai bientôt. »

Tweet from @SeattleKraken: Revealed from the top of the @space_needle. Welcome to the #SeaKraken family, @Matty_Beniers10! pic.twitter.com/QRWw7W4ac4

D'un côté, Beniers a démontré ce qu'il pouvait faire en récoltant 24 points (10 buts, 14 passes) en 24 matchs en tant que joueur de première année au Michigan la saison dernière, tout en aidant les États-Unis à remporter la médaille d'or au Championnat mondial junior de la FIHG et en affrontant des hommes au Championnat du monde.

Une équipe d'expansion comme le Kraken offre une occasion immédiate.

D'autre part, Beniers ne soufflera ses 19 bougies que le 5 novembre. Il mesure 6 pieds 1 pouce et pèse 174 livres, et il doit devenir plus gros et plus fort. Pearson a soutenu qu'il pourrait être plus explosif sur patins et continuer de s'améliorer sur les mises en jeu.

Pearson s'est servi de Cole Caufield comme exemple. Le jeune attaquant, qui est revenu jouer à l'Université du Wisconsin pour une deuxième saison, a remporté le trophée Hobey Baker avant de jouer un rôle important avec les Canadiens de Montréal en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« Il doit revenir et ne pas seulement être le meilleur joueur de notre ligue, mais tenter d'être le meilleur joueur universitaire américain, a dit Pearson. Il peut encore s'améliorer. Il est un très bon joueur présentement, il n'est pas loin de jouer dans la Ligue nationale de hockey, mais tu veux dominer à chaque niveau avant d'essayer de faire ton chemin dans la meilleure ligue au monde. »

Beniers pourrait avoir la chance de jouer dans une équipe qui déborde de talent. Le Michigan est devenu la première équipe à voir cinq de ses joueurs être sélectionnés en première ronde - et quatre dans le top-5. Le défenseur Owen Power a été choisi au tout premier rang par les Sabres de Buffalo, le défenseur Luke Hughes a été choisi par les Devils du New Jersey au quatrième rang, le centre Kent Johnson a été le choix des Blue Jackets de Columbus au cinquième rang, et l'attaquant Mackie Samoskevich a sélectionné au 24e rang par les Panthers de la Floride.

« Je veux évidemment tenter de remporter un championnat national », a dit Beniers.

Au final, ce qui compte le plus, c'est ce qui est le mieux pour le développement à long terme de Beniers. Il se doit de devenir un joueur autour duquel le Kraken pourra bâtir dans les années à venir.

« Chaque jeune joueur est différent, et la clé est de faire ce qu'il y a de mieux pour le jeune homme et s'assurer de ne pas lui mettre de pression, a mentionné Francis. La LNH est toute une ligue. Les joueurs sont gros, forts et rapides. Tu veux t'assurer qu'au moment où tu les amènes [dans la Ligue], tu leur donnes la chance de connaître du succès. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.