Skip to main content

Rangers, Flyers, Canadiens : que la « véritable » équipe se lève

Ces formations ont toutes montré deux visages à l'opposé jusqu'ici cette saison

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

Les Rangers de New York, les Flyers de Philadelphie et les Canadiens de Montréal peuvent tous aspirer à rejoindre les Capitals de Washington et des Penguins de Pittsburgh dans la course pour les deux places de quatrième as dans l'Association de l'Est. Et qu'ont ces trois formations en commun ?

Elles ont toutes montré qu'elles sont capables du meilleur comme du pire jusqu'ici cette saison.

C'est ainsi que les Flyers ont mis fin à une séquence de 10 revers… au moyen d'une série de trois victoires toujours en cours, quelques heures avant les matchs de vendredi. Résultat : Philadelphie n'est qu'à six points des Penguins, détenteurs de la deuxième place de quatrième as, avec un match en mains. Pas si mal pour un club qui vient d'égaler un record d'équipe datant de 2008 pour les défaites consécutives.

Les Rangers, eux, ont corrigé en partie un piètre début de saison qui avait été notamment été ponctué d'une séquence de cinq revers en octobre en y allant d'une séquence de quatre victoires, suivie presque immédiatement d'une autre série de six gains, du 31 octobre au 26 novembre. Et les voilà à trois points des Penguins avec trois matchs de plus à disputer.

Les Canadiens, de leur côté, ont commencé à faire oublier une séquence de sept défaites en octobre et une autre de cinq revers en novembre à l'aide d'une série de cinq victoires qui s'est terminée le 2 décembre. Le club montréalais est à cinq points de Pittsburgh, mais est aussi dans la course pour la troisième place dans la section Atlantique, occupée avant les rencontres de vendredi par les Bruins, avec le même nombre de points, mais quatre matchs de plus à disputer pour Boston.

Des Bruins qui, incidemment, ont aussi une personnalité à la Jekyll et Hyde, comme le montre leur séquence de quatre défaites survenue du 8 au 15 novembre, qui a été immédiatement suivie d'une série de quatre victoires jusqu'au 24 novembre.

Il faut que certains ingrédients bien particuliers soient présents pour qu'une équipe ne se laisse pas abattre par une mauvaise séquence en début de campagne.

Par exemple, à Montréal, on le sait, le fait que le gardien Carey Price ait retrouvé ses repères a sonné l'éveil à Montréal. Et redonné confiance aux joueurs devant lui.

Ce qui a empêché l'équipe de paniquer, aussi, c'est sans doute la présence d'un entraîneur chevronné en Claude Julien. Comme c'est le cas chez les Rangers avec Alain Vigneault, d'ailleurs.

« C'est facile de pointer les autres du doigt quand ça va mal », a dit l'attaquant des Rangers Rick Nash à Fox Sports en début de saison, au moment où son équipe avait une fiche de 1-5-0 et occupait le dernier rang dans l'Association de l'Est. « Mais les bonnes équipes traversent les épreuves comme celles-ci et deviennent encore meilleures. »

« Rien n'a changé en ce qui concerne la façon dont nous voulons faire les choses, a indiqué Vigneault plus récemment, dans un reportage publié par l'agence de la chaîne de journaux Times. « Mais l'exécution est meilleure maintenant. Et parce que l'exécution est au rendez-vous, ça ne débouche plus sur des erreurs coûteuses, et on a pu bâtir là-dessus. »

Une des clés chez les Rangers a été l'éveil de Chris Kreider. Limité à trois buts et trois passes en octobre, il avait tendance à écoper de pénalités en zone offensive. Puis, en novembre, il a contribué à l'éveil du trio complété par Mika Zibanejad et Pavel Buchnevich en y allant de sept buts et trois aides. Zibanejad a subi une commotion cérébrale à la fin du mois, toutefois.

À Philadelphie, la présence d'un trio de joueurs de qualité comme Jakub Voracek (sept buts, 30 passes), Sean Couturier (14 buts, 14 passes) et Claude Giroux (12 buts, 20 passes), joueurs qui sont tous parmi les 25 premiers marqueurs dans la LNH, nous fait dire que la séquence de 10 défaites s'avère une anomalie qui ne se reproduira plus.

« On a changé certaines choses dans notre façon de jouer ainsi qu'au point de vue de notre identité d'équipe, et tout le monde a adhéré à la nouvelle approche, a indiqué Giroux après la victoire de 4-1 des siens à Vancouver, jeudi. On a beaucoup plus de plaisir. »

Reste maintenant à voir qui, parmi ces équipes, saura prolonger le plaisir le plus longtemps.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.