Skip to main content

Radulov va vite devenir un favori à Montréal

Le flamboyant russe est en voie de combler le vide créé par le départ de Subban

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Alexander Radulov comptait déjà plusieurs admirateurs au Québec, à Québec plus particulièrement. Il ne cesse d'en gagner à Montréal depuis le début de la saison des Canadiens.

Travailleur acharné, spectaculaire, très démonstratif et exubérant, le Russe est en voie de combler le vide créé par le départ du défenseur P.K. Subban auprès des partisans qui ne se font pas prier pour scander son nom.

Sur la glace, il récolte les fruits de ses efforts jusqu'à maintenant cette saison, avec une production de cinq points -- deux buts, trois passes -- en six matchs.

On peut qualifier son amorce de retour dans la LNH de réussie, lui qui n'avait pas évolué dans la ligue sur une base régulière depuis la saison 2007-08 - à l'exception d'un court passage de neuf matchs en saison régulière vers la fin de 2011-12.

« Ça n'a pas été facile pour moi de revenir dans la ligue, pour être honnête avec vous », a admis Radulov lundi à la suite de sa performance de trois points dans la victoire contre les Flyers. « J'apprécie la chance que le directeur général de l'équipe m'accorde. »

Il a relevé que la pression de jouer à Montréal n'est pas un facteur qui lui complique la tâche, au contraire. Il savait à quoi s'attendre pour avoir évolué chez les Remparts de Québec dans les rangs juniors entre les années 2004 et 2006.

Il dit plutôt se nourrir de l'énergie des amateurs québécois « parce qu'ils sont passionnés de hockey comme moi », tout en se concentrant sur une chose : fournir l'effort.

« Si vous travaillez fort, les gens vont le remarquer. Parfois, ça n'ira pas comme vous le voulez, mais vous devez continuer de travailler d'arrache-pied. »

L'entraîneur Michel Therrien a dit que l'explication des succès de Radulov réside dans sa capacité d'adaptation au style de jeu différent et plus rapide qu'à l'époque où il a joué dans la LNH.

« Il s'adapte très vite, a avancé Therrien. C'était la question qu'on se posait. Le rythme de jeu auquel il doit s'habituer est beaucoup plus rapide que celui qu'il avait connu. Mais ça se passe bien. C'est une bonne chose pour lui et pour nous. Il a un impact positif sur l'équipe. Il est très fort en protection de rondelle et dans les espaces restreints. »

Le gardien Carey Price a souligné que l'enthousiasme de Radulov est contagieux pour le groupe.

« Il adore jouer. Il propage beaucoup d'ondes positives dans le vestiaire de l'équipe. C'est un excellent coéquipier et joueur. Il fait de gros jeux pour nous. »

Le défenseur Shea Weber, qui a côtoyé Radulov chez les Predators de Nashville pendant plusieurs saisons, a dit qu'il n'a pas du tout changé.

 « Il n'est pas différent du joueur que j'ai connu chez les Predators, a-t-il mentionné. Il a toujours été comme ça. Il va s'améliorer vous verrez. Il est dynamique en possession de la rondelle la rondelle et il a la capacité de provoquer des choses. Nous espérons qu'il va continuer de la sorte et aider l'équipe à connaître du succès. »

Très intense, Radulov fait quasiment peur quand il est sur la patinoire à la suite d'un but des Canadiens.

Weber a confié à la blague avoir eu un mouvement de recul la première fois qu'il a vu le faciès de Radulov après un but des Predators en séries éliminatoires, à l'époque.

« Je m'y suis fait », a-t-il ajouté à la blague.

 

En voir plus