Skip to main content

Radulov se familiarise avec son nouvel environnement

Le nouvel attaquant des Canadiens rencontre Michel Therrien et ses nouveaux coéquipiers à Brossard

par Sean Farrell / Correspondant NHL.com

BROSSARD, Québec - Avec un bébé à la maison et quatre saisons très productives dans la KHL sous la ceinture, Alexander Radulov est fin prêt et veut profiter de sa deuxième chance de jouer dans la LNH avec les Canadiens de Montréal.

Radulov a paraphé une entente d'une saison d'une valeur de $5,75 millions avec les Canadiens le premier juillet dernier. Il s'est envolé vers Montréal samedi et s'est entraîné lundi avec ses nouveaux coéquipiers, dont le capitaine Max Pacioretty, Sven Andrighetto, Stefan Matteau, Mike Condon et Torrey Mitchell, au centre d'entraînement de l'équipe à Brossard.

« C'est un grand honneur et je suis très heureux de me retrouver ici dans ce merveilleux centre d'entraînement avec mes nouveaux coéquipiers afin de nous préparer en vue de la nouvelle saison », a avoué Radulov, qui a passé les mois de juin et juillet en Italie. « C'est amusant et je suis très excité. »

Depuis ses derniers coups de patins dans la LNH en 2012, l'attaquant de 30 ans a marqué 78 buts et récolté 238 points en 181 parties en quatre saisons avec le CSKA Moscou de la KHL.

« Premièrement, je suis heureux d'être de retour dans la LNH et avec les Canadiens de Montréal, un club légendaire, un des six clubs originaux, une ville de hockey et une organisation qui veut remporter la Coupe Stanley chaque année, a-t-il dit. C'est pour cela que j'ai choisi Montréal. Je veux jouer et je veux gagner la Coupe Stanley. »

Radulov a eu l'opportunité de rencontrer et de discuter une première fois avec l'entraîneur-chef des Canadiens Michel Therrien avant de rencontrer les membres des médias montréalais.

« Je n'étais pas ici au cours des quatre dernières années et je sais que les amateurs attendent beaucoup de moi, a mentionné Radulov. Je sais qu'ils ne m'ont pas vu jouer au cours des quatre dernières saisons, mais je suis prêt et je veux prouver à tous ainsi qu'à moi-même que je peux encore jouer ici , que je peux bien jouer et aider l'équipe. »

Radulov a compté trois buts et amassé quatre aides en neuf matchs lors de son second séjour avec les Predators de Nashville en 2011-12. Il a marqué un but et récolté cinq mentions d'aide lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley en 2012 avant d'être suspendu par les Predators pour avoir raté un couvre-feu.

Choix de première ronde (15e au total) des Predators lors du repêchage de 2004, Radulov a évolué deux ans avec les Remparts de Québec de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il était de la formation quand les Remparts ont gagné la Coupe Memorial en 2006 et avait été choisi le joueur le plus utile du tournoi.

Radulov a joué deux ans avec Nashville de 2006 à 2008 avant de retourner en Russie où il a passé quatre ans avec le Salavat Yulaev Ufa de la KHL.

Il a compté 47 buts et amassé 102 points en 154 parties au cours de ses deux séjours à Nashville.

« J'ai toujours dit que la LNH était la meilleure ligue au monde avec les meilleurs joueurs », a indiqué Radulov.

Quand on lui a demandé s'il regrettait d'avoir quitté les Predators de la façon dont il l'a fait, Radulov a tout simplement indiqué qu'il avait tourné la page.

« Cela fait très longtemps, j'étais plus jeune et la situation était fort différente, a-t-il indiqué. Je dois vivre avec cela. C'est du passé. Je passe maintenant à autre chose et je veux aider à bâtir cette équipe et gagner avec elle. »

Il a hâte de retrouver les patinoires de la LNH qui sont plus petites que les patinoires internationales que l'on retrouve dans la KHL.

« C'est une ligue différente car les patinoires sont plus grandes, a mentionné Radulov. C'est complètement différent. Le jeu est plus rapide ici et vous avez plus de chances de marquer puisque la patinoire est plus petite. Si vous devancez votre adversaire, vous avez une chance de compter. Là-bas, si vous battez votre adversaire dans le coin, vous avez encore quatre joueurs devant vous, donc c'est fort différent. »

En voir plus