Skip to main content

Quelqu'un pourra-t-il arrêter ces jeunes Penguins en pleine ascension?

LNH.com @NHL

TORONTO (PC) - L'équipe qui sera la plus à plaindre au moment d'amorcer les prochaines séries sera sans doute celle qui affrontera les Penguins de Pittsburgh au premier tour éliminatoire.

C'est maintenant devenu une évidence au sein de la communauté du hockey: "Sid le Kid" et les autres blancs-becs des Penguins sont en bonne voie de se qualifier pour les séries. La seule question qui demeure, c'est jusqu'où seront-ils en mesure de se rendre.

"Nous croyons que si nous jouons de la bonne façon, nous pouvons battre n'importe qui en ce moment", a déclaré l'attaquant Mark Recchi, le vieux sage de l'équipe à 39 ans. "Nous sommes confiants à ce point."

Le vestiaire de la plus jeune équipe de l'Association est transpire en effet la confiance, notamment grâce à sa séquence actuelle de 11-0-2. Les Penguins (29-17-9) étaient quatrièmes dans l'est avec 67 points, dimanche, et ils pourraient même bientôt souffler dans le cou des Devils du New Jersey, les détenteurs du premier rang dans la section Atlantique.

"Nous jouons du très bon hockey, a déclaré le joueur de deuxième année Sidney Crosby. Tout le monde contribue à nos succès. Nous ne voulons pas regarder trop loin vers l'avenir, nous tentons seulement de profiter de l'élan que nous donne cette confiance que nous sommes en train de bâtir."

Il est très tentant de comparer cette équipe en pleine ascension aux équipes des Oilers d'Edmonton du début des années 1980. A cette époque, Wayne Gretzky, Mark Messier et Paul Coffey composaient le jeune noyau d'une formation qui devait dominer la décennie et remporter la coupe Stanley à cinq reprises.

Maintenant, on a Crosby, Evgeni Malkin et Jordan Staal, qui ont tous moins de 21 ans, mais qui progressent à la vitesse de l'éclair. Ce qui fait qu'il ne semble pas y avoir de limites à ce que ces Penguins pourraient accomplir.

"Ce n'est pas une confiance qui frise l'arrogance ou rien de cela, c'est juste que lorsque nous amorçons une rencontre et que nous suivons notre plan de match, nous jouons du hockey typique des Penguins", a souligné Colby Armstrong, un attaquant du troisième trio.

Du hockey typique des Penguins, cela signifie de la vitesse et un rythme de jeu effréné. Lorsqu'on parvient à contrer le premier trio composé de Crosby, Recchi et Ryan Malone, comme ce fut le cas samedi soir à Toronto - Crosby a alors été limité à une mention d'aide - le deuxième trio formé de Malkin, Staal et Michel Ouellet prend alors la relève, comme lors de la victoire de 6-5 en prolongation contre les Maple Leafs. Dans ce match, Staal a permis à Crosby de souffler un peu en y allant de son premier tour du chapeau en carrière.

"L'an dernier Sid a connu une grande année, mais maintenant nous avons deux trios dangereux et ça semble fonctionner, a indiqué Staal, 18 ans, qui a déjà 23 buts. Evgeni est un excellent joueur de hockey, il voit très bien le jeu, alors j'essaie simplement de me libérer et ça semble fonctionner."

Bien peu de gens croyaient que les Penguins seraient quatrièmes dans l'est à la mi-février, après qu'ils eurent terminé au 29e rang sur 30 équipes la saison dernière.

"L'une des choses dont nous avons parlé à notre première réunion du camp d'entraînement, c'était de changer l'attitude qui régnait à l'intérieur de l'organisation, a déclaré Armstrong, un autre joueur de deuxième année. (Le dg) Ray (Shero) s'est amené et a embauché de nouveaux joueurs. Nous avons recommencé à neuf avec un nouveau système et tout le monde a embarqué. C'a pris un peu de temps mais nous avons appris ensemble."

La clé, selon Recchi, qui a fait partie de l'équipe des Penguins qui a remporté la première coupe Stanley de l'histoire de la concession en 1990-91, est de ne pas se satisfaire trop vite. Les matchs les plus importants sont encore à venir.

"Nous voulons continuer à repousser nos limites, a dit Recchi. Nous continuons de nous améliorer en tant qu'équipe, à apprendre comment gagner. Notre plus grand défi maintenant est de rester constants et concentrés, et de s'assurer de ne pas connaître de baisse de régime à court terme."

S'ils continuent de jouer du hockey typique des Penguins, les victoires suivront.

"Quand nous patinons comme ça, nous rendons la tâche très difficile à l'autre équipe, a affirmé Recchi. Nous n'avons pas vraiment été à notre meilleur ces derniers temps, mais nous trouvons des façons de gagner et ça nous permet d'apprendre."

En voir plus