Skip to main content

CH: problèmes de concentration et de motivation

Le rendement de Galchenyuk a été l'unique aspect positif d'une soirée misérable

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Phillip Danault n'a pas emprunté de détour quand on lui a demandé de faire l'évaluation de sa soirée de travail.

« J'ai été pourri », a rétorqué le jeune attaquant qui renouait avec la tâche de joueur de centre du trio principal en compagnie de Max Pacioretty et d'Alexander Radulov.

« J'ai très mal joué. Ça arrive. Il faut se retrousser les manches et faire mieux au match suivant. »

Disant être très exigeant envers lui-même, Danault a admis qu'il s'est imposé une pression additionnelle parce qu'il voulait relancer les deux principaux rouages à l'attaque de l'équipe.

« C'est psychologique. Je ne dois pas modifier mon style parce que j'évolue avec deux gars talentueux. Je dois foncer vers le but et garder les choses simples. »

Pacioretty a mentionné que Danault lui a dit à quelques reprises qu'il voulait tellement bien faire pour Radulov et lui.

« Il n'a pas à penser de la sorte, a-t-il dit. C'est un super bon joueur avec lequel tout le monde veut jouer. C'est une question de cohésion. Nous faisions bien ensemble jusqu'à tout dernièrement. Ce soir, après une première période difficile, ç'a mieux été par la suite. »

Le hockeyeur natif de Victoriaville, qui n'a pas grand-chose à se reprocher cette saison, a confié qu'il a cédé à la frustration pour aucune raison, et que ç'a affecté son rendement.

Il n'a pas été le seul. L'entraîneur Claude Julien a blâmé tout le groupe pour la contre-performance, la deuxième de suite depuis les deux importantes victoires acquises contre les Sénateurs d'Ottawa.

« Les deux matchs émotifs contre les Sénateurs n'ont rien à voir dans le fait que nous gaspillons des points. C'est plutôt la façon dont nous jouons, a souligné Julien. Nous allons perdre des matchs, c'est inévitable. C'est la façon dont tu perds qui est parfois inacceptable et ç'a été le cas ce soir. La concentration n'y était pas. »

Danault a laissé entendre que la motivation a fait défaut, comme lors de la défaite contre les Red Wings de Detroit mardi.

« L'émotion a été forte en fin de semaine dernière, mais ce n'est pas une excuse. Il faut trouver de la motivation pour ces matchs-là sinon ça ne fonctionnera pas en séries éliminatoires. »

L'unique aspect positif du match a été la performance de Galchenyuk à l'aile gauche du trio complété par Andrew Shaw et Artturi Lehkonen.

« Au centre ou à l'aile, je peux connaître du succès aux deux positions », n'a pas manqué de souligner Galchenyuk.

« Il a paru plus à l'aise à l'aile, a relevé Pacioretty. Shaw a bien fait sur les mises au jeu importantes ainsi que dans notre zone. »

L'entraîneur Julien a souligné que Galchenyuk avait livré une bonne performance.

« Il a eu de bonnes chances de marquer, outre le but qu'il a marqué. Il semblait très à l'aise. Il a accepté son rôle et il a bien réagi. C'est ce que nous voulons voir. J'ai apprécié sa réaction. »  

Le Tricolore a vu les Sénateurs rétrécir l'écart à un point avant la confrontation entre les deux équipes, samedi. Pacioretty a tenu à dédramatiser la situation.

« Nous demeurons dans une bonne position. Il n'y a pas lieu d'être alarmiste ou quoi que ce soit. J'aime notre groupe. Ce soir, nous n'avons pas connu un bon match. Il y a des aspects que nous pouvons améliorer, mais n'exagérons rien. »

Plus tard, Pacioretty a ajouté : « J'ai comme le sentiment que les gens souhaiteraient que je rédige un poème afin d'exprimer les émotions que je ressens actuellement ».

Les Canadiens ont encore des croûtes à manger et Julien beaucoup de pain sur la planche, à huit matchs de la conclusion de la saison régulière.

« Nous apprenons en jouant des matchs semblables, a résumé Pacioretty. Il n'y avait pas d'espace en zone neutre et en territoire offensif. C'est arrivé à quelques reprises, quand Radulov était en possession de la rondelle derrière le but des Hurricanes, que j'avais un rival devant moi qui me regardait droit dans les yeux. Il faisait dos au jeu en ayant son bâton directement sur moi. C'est le style de jeu des séries éliminatoires. Nous devons trouver des façons de nous démarquer. »

En voir plus