Skip to main content

Price s'en veut d'avoir sabordé une bonne sortie de ses coéquipiers

Le Tricolore a réalisé le tour de force de limiter les Maple Leafs à 22 lancers

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Pour une fois que les Canadiens de Montréal marquaient trois buts, ils ont trouvé le moyen d'en accorder quatre. 

C'est à peu près en utilisant ces mots que l'entraîneur Claude Julien a commenté la quatrième défaite en cinq sorties de ses troupiers. 

Peu de temps auparavant, le gardien Carey Price avait carrément accepté le blâme du revers. 

« Nous avons peut-être joué notre meilleur match de la saison. Nous avons super bien fait et je n'ai malheureusement pas connu mon meilleur match. Si j'avais mieux joué, l'analyse qu'on ferait de la rencontre serait différente », a déclaré Price. 

Les Canadiens ont tout de même réalisé le tour de force de limiter les Maple Leafs à 22 lancers. Les visiteurs s'étaient présentés au Centre Bell en affichant la meilleure moyenne de tirs par rencontre (41,3). 

Price a été dérouté sur la séquence du premier but, James van Riemsdyk frappant quasiment l'air, et il a mal paru sur le premier but d'Auston Matthews en perdant l'équilibre en raison d'une fissure dans la glace. Même sur le troisième but, celui de Patrick Marleau en deuxième période, il a vu le disque bifurquer entre ses jambières. 

Price a vu sa moyenne de buts alloués grimper à 3,45 et son pourcentage d'arrêts diminuer à ,885 en cinq matchs. 

« Il y a un peu de frustration, a-t-il admis du bout des lèvres. Tout ce qui compte actuellement, c'est de passer au travers. J'ai un prochain match à jouer dans quelques jours. Qu'est-ce qu'on peut faire autrement que d'aller de l'avant? 

« C'est toujours agréable d'aller en Californie », a-t-il ajouté en retrouvant brièvement le sourire, quand on lui a demandé si le voyage de trois matchs sur la côte ouest américaine de l'équipe tombait au bon moment. 

Le jeu chancelant de Price a eu comme conséquence de faire paraître plus grosses les erreurs qu'on a commises devant lui. 

Pour le vétéran défenseur Karl Alzner, ce sont toutes des erreurs qui sont facilement corrigibles. 

« Nous sommes à quelques erreurs en moins de commencer une série de victoires, a-t-il annoncé. C'est ce qui fait toute la différence au monde. » 

Alzner s'est dit assuré que le retour du balancier pour ses coéquipiers et lui c'est pour bientôt. 

« À un moment donné pendant la saison, nous allons vivre la situation complètement opposée et on va rire de cette mauvaise séquence, a-t-il opiné. Malheureusement pour nous, elle survient en début de saison. J'ai déjà fait partie d'équipes qui ont vécu une situation semblable et surmonter l'adversité tôt dans la saison est habituellement une bonne chose. » 

Mete ne ralentit pas 

Le jeune défenseur Victor Mete ne montre aucun signe de ralentissement, peu importe les défis qu'on lui présente. 

Il est en voie de mériter sa place pour de bon chez le bleu-blanc-rouge à l'âge de 19 ans. Samedi, il a été le deuxième joueur le plus utilisé de l'équipe derrière Shea Weber, avec 22:26 minutes de temps de glace. Il a dominé avec six tirs bloqués sur les 27 au total de l'équipe. L'unique note discordante c'est qu'il a été crédité de deux revirements sur les 20 commis par l'équipe. 

« Il joue très bien. Nous sommes extrêmement satisfaits de son rendement, a mentionné Julien. Il prouve qu'il peut jouer avec nous et il n'y a aucune raison de croire que nous pourrions le retourner dans les rangs juniors. » 

Cela dit, Julien a rappelé que l'organisation pouvait le céder à son équipe junior, les Knights de London, dans la Ligue de l'Ontario, à tout moment et que les choses peuvent parfois évoluer rapidement en cours de saison. 

Le CH va quitter Montréal pour la Californie, dimanche. Le premier rendez-vous de son périple de trois matchs est contre les Sharks de San Jose, mardi.

En voir plus