Skip to main content

Price facilite la tâche de ses défenseurs

Le gardien affirme qu'il essaie de s'impliquer dans l'action le plus souvent qu'il peut

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Carey Price a indéniablement retrouvé ses repères devant le filet. Plus personne n'a le moindre doute. Il est dominant comme il l'était avant de se blesser. Ce qui est plus impressionnant encore, c'est son jeu autour du but qu'il semble avoir fait passer à un palier supérieur.

Dans la courte victoire contre les Maple Leafs de Toronto, samedi, le gardien vedette des Canadiens a été fort actif près de son but. Il a distribué la rondelle à ses coéquipiers et il a été à la base d'innombrables relances.

Heureusement parce que la vitesse des Maple Leafs a embêté le Tricolore.

Price est passé maître dans l'art d'effectuer la fameuse première passe dont on parle souvent dans le jargon du hockey. Il est un « troisième défenseur » comme l'était Martin Brodeur à l'époque.

« Ça ne faisait pas partie du plan face aux Maple Leafs. Ç'a plutôt à voir avec la façon dont le match se déroulait », a relevé le défenseur Jeff Petry.

« Il peut très bien manier la rondelle. Il nous facilite tellement la tâche au chapitre du jeu de transition. Ses passes sont habituellement directement sur la palette. Je n'ai jamais vu un gardien aussi habile de la sorte. »

Pas nerveux pour cinq sous, Price a tout de même failli se faire prendre à son jeu à quelques reprises. À la première occasion, il s'est repris en repoussant le lancer de Nazem Kadri, ce qui a même mené au premier but des Canadiens.

« J'ai fait quelques jeux absurdes qui auraient pu s'avérer coûteux, a-t-il commencé par dire. J'essaie de m'impliquer le plus souvent que je peux. Je cherche à enlever de la pression sur les défenseurs. Dans le hockey moderne, il n'y a pas d'obstruction et les attaquants adverses s'amènent à 100 milles à l'heure. De pouvoir diminuer la pression peut contribuer à ce que les défenseurs encaissent moins de dures mises en échec. Je me dis que ça ne peut qu'être bénéfique sur une longue période », a expliqué Price.

Pour ce qui est de son travail devant le but, Price a expliqué qu'il se laisse guider par son instinct, tout en se concentrant à bien repérer la rondelle. Ça lui permet après cinq sorties - cinq victoires - d'afficher une moyenne de buts accordés par match de 1,40 et un pourcentage d'arrêts de ,954.

« Sa lecture du jeu est inégalable, a noté Shea Weber. Il fait paraître les arrêts si faciles. Il est toujours bien positionné et en contrôle dans ses déplacements. »

Petry a ajouté que Price sait toujours où se trouve la rondelle et qu'il ne regarde jamais à sa gauche ou à sa droite en désarroi ou en confusion.

« Notre tâche essentiellement est de soulever les bâtons de nos adversaires et de les tasser afin de lui permettre de mieux voir. Il est très vocal. Il dirige la circulation. C'est facile pour nous de savoir de quel côté on doit tasser les joueurs », a résumé Petry.

 

En voir plus