Skip to main content

Portrait des Golden Knights de Vegas au terme du repêchage d'expansion

La nouvelle équipe de la LNH devrait être solide devant le filet, jeune à la ligne bleue et peu menaçante en attaque

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Bien qu'il soit tôt pour tirer des conclusions définitives, et même si bien des choses vont se produire qui vont avoir une incidence sur les listes de protection de chacune des 30 équipes de la LNH qui devront en soumettre une, il est possible de dresser les grandes lignes de l'alignement des Golden Knights de Vegas en vue de la saison 2017-18.

Une simple étude du format de la liste de protection nous permet de savoir où se situeront les forces et les faiblesses de la nouvelle équipe d'expansion de la LNH. Rappelons que chaque équipe peut protéger un total de sept attaquants, trois défenseurs et un gardien, ou encore un total de huit patineurs, peu importe leur position, et un gardien.

Le fait que chaque équipe ne peut protéger qu'un gardien représente une excellente nouvelle pour le directeur général de Vegas Georges McPhee et son équipe. En effet, ils auront ainsi le loisir de choisir parmi un vaste éventail de vétérans établis et de jeunes espoirs prometteurs qui n'ont pas encore eu leur chance. 

Tout d'abord, le gardien des Penguins de Pittsburgh Marc-André Fleury a accepté de lever sa clause de non-mouvement, et il pourra donc être réclamé par les Golden Knights et devenir leur gardien numéro un. 

Ensuite, des équipes comme les Hurricanes de la Caroline et les Stars de Dallas ont procédé à l'ajout d'un gardien depuis la fin de la saison, ce qui signifie que les vétérans sous contrat Cam Ward, Eddie Lack, Kari Lehtonen et Antti Niemi seront exposés. De prometteurs espoirs comme Malcolm Subban, Joonas Korpisalo et Philipp Grubauer ne seront assurément pas protégés en raison de la présence de vedettes établies devant eux dans la hiérarchie de leur équipe, tandis que des vétérans comme Mike Smith, Semyon Varlamov ou Roberto Luongo pourraient être laissés sans protection au profit de gardiens plus jeunes.

En défensive, les Golden Knights devraient être en mesure d'assembler un groupe intrigant. Comme la majorité des formations vont protéger trois défenseurs, Vegas va pouvoir mettre la main sur plusieurs arrières établis capables d'évoluer sur les deux premières paires. 

Les Golden Knights auront la chance de réclamer des vétérans qui ont vu neiger et qui pourraient exercer du leadership au sein d'une équipe qui part de zéro. Plusieurs équipes vont privilégier leurs jeunes arrières sur leur liste de protection, et des joueurs comme Josh Gorges, Luke Schenn et Marc Methot pourraient être disponibles.

Vegas devrait également ajouter plusieurs jeunes défenseurs qui ne se sont pas encore imposés avec leur formation actuelle et qui attendent leur tour dans la Ligue américaine de hockey ou sur le troisième duo de leur équipe. Des joueurs comme Ryan Pulock, Xavier Ouellet, Josh Manson et Nathan Beaulieu s'inscrivent dans ce profil.

C'est à l'attaque que ça se complique pour Vegas. Avec une majorité d'équipe qui va protéger la totalité de leurs deux premiers trios, parfois plus avec les recrues qui n'ont pas à être protégées, le bassin d'attaquants de qualité sera mince pour les Golden Knights. Ils pourraient devoir se contenter d'une panoplie de joueurs de troisième trio, du calibre des Riley Sheahan et Benoît Pouliot, et de vétérans au salaire trop élevé pour leur production qui seront laissés sans protection (allô, Tomas Plekanec!). 

Les équipes qui vont protéger quatre défenseurs vont offrir des attaquants de qualité, mais il s'agit plus de l'exception que de la règle. Il existe la possibilité qu'un joueur comme James Neal soit laissé sans protection à Nashville, sinon les Predators vont offrir des joueurs comme Colin Wilson ou Craig Smith aux Golden Knights. Si les Islanders décident de protéger quatre défenseurs, cela ferait en sorte que Ryan Strome puisse atterrir à Vegas.

Ce n'est probablement pas à cette étape que Vadim Shipashyov va trouver de prolifiques ailiers, à moins que les Golden Knights ne parviennent à s'entendre avec des joueurs autonomes sans compensation convoités au cours de la courte période d'exclusivité qui leur sera accordée. Le bassin est déjà mince, et il le sera encore plus quand les directeurs généraux auront procédé à quelques transactions pour maximiser le retour sur leurs actifs, du genre de celle qui a fait passer Jonathan Drouin du Lightning de Tampa Bay aux Canadiens de Montréal.

En voir plus