Skip to main content

Poolers : Sortir des sentiers battus avec les Penguins

Tout le monde est familier avec les gros noms à Pittsburgh, mais qui sont les joueurs moins connus qui pourraient aider les poolers ?

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Penguins de Pittsburgh :

Les doubles champions en titre de la Coupe Stanley, les Penguins de Pittsburgh, sont menés par un noyau de vedettes en attaque qui n'ont plus besoin de présentation. Les Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Patric Hornqvist et Phil Kessel sont depuis longtemps des joueurs que s'arrachent les poolers. Ils ont été rejoints par de jeunes joueurs prometteurs qui ont explosé la saison dernière comme Jake Guentzel et Conor Sheary. Tous ces noms risquent d'être réclamés très rapidement au cours de votre prochain repêchage, mais quelques options pourraient également être intéressantes au sein de cette équipe pour vos dernières rondes.

Survol des Penguins pour les poolers :

Sous-évalué : Ian Cole - Cole est le partenaire de Justin Schultz à la ligne bleue, et l'entraîneur Mike Sullivan a eu tendance à bien protéger cette paire de défenseurs en les envoyant sur la glace contre les éléments les moins menaçants de leurs adversaires, en plus de leur permettre d'amorcer souvent leurs présences en zone offensive. Dans ce contexte, il n'est pas surprenant que Cole ait établi un sommet en carrière avec 26 points en 81 matchs, mais il a également offert une belle contribution dans les catégories périphériques avec un différentiel de plus-26, 164 mises en échec, 194 tirs bloqués et 72 minutes de punition. Seuls trois autres arrières de la LNH ont récolté au moins 150 mises en échec, 150 tirs bloqués et 50 minutes de punitions, et parmi eux, seulement un (Rasmus Ristolainen) a récolté plus de points que Cole. Une option très intéressante pour le poste de cinquième ou sixième défenseur dans les pools multicatégories.

Surévalué : Carl Hagelin - Hagelin a fait une entrée remarquée sur le radar des poolers en 2015-16 lorsque le désormais célèbre trio « HBK » a été assemblé, et qu'il a récolté 20 points à ses 23 derniers matchs de saison régulière avant de jouer un rôle important dans la première de deux conquêtes consécutives de la Coupe Stanley par les Penguins avec 16 points en 24 parties des séries. La saison dernière, il a toutefois déçu les poolers qui avaient misé sur cette torride fin de campagne, lui qui a été limité à 22 points en 61 rencontres. Les blessures ont joué un rôle dans cette baisse de rendement, tout comme le fait que le trio « HBK » n'a pas été réuni très souvent. En fait, sans un troisième centre de qualité, les Penguins risquent de réunir tous leurs gros canons sur les deux premiers trios, ce qui n'aidera pas Hagelin à augmenter ses statistiques. Une récolte d'environ 35 points est tout ce que les poolers peuvent espérer de Hagelin cette saison.

Carte cachée : Bryan Rust - Chose surprenante, le compagnon de trio le plus fréquent de Rust la saison dernière a été Crosby, ce qui signifie que Sullivan fait confiance à Rust pour prendre la relève de joueurs au profil plus offensif. Rust va évoluer sur le troisième trio quand tout le monde sera en santé, mais il sera le premier à être appelé en renfort en cas de blessures, et plusieurs joueurs des Penguins sont des habitués de l'infirmerie. Il a montré qu'il pouvait offrir une production honnête dans son rôle d'attaquant de soutien l'an dernier avec 15 buts et 28 points en 57 parties, en plus d'engranger tout près de deux tirs et deux mises en échec par match. Un joueur à placer sur sa liste de surveillance, et vers qui il pourrait être payant de se tourner en cas de blessure à une vedette établie des Penguins.

31 en 31 Penguins: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Prêt à rebondir : Kris Letang - Les blessures n'ont pas seulement forcé Letang à mettre un terme à sa saison le 21 février, elles l'ont empêché de s'exprimer librement pendant toute la campagne. En effet, il a admis au cours de sa journée de célébration avec la Coupe Stanley cet été qu'il avait été ennuyé toute l'année par une blessure subie au cours des séries 2016 lorsqu'il avait été frappé par Ryan Callahan du Lightning de Tampa Bay au cours de la finale de l'Association de l'Est. Il a traîné cette blessure au camp d'entraînement et pendant la saison avant d'abdiquer et de se faire opérer. En santé, il ne fait aucun doute qu'il pourrait doubler sa récolte de 34 points en 41 matchs de la saison dernière, et une campagne de 82 matchs de sa part pourrait lui valoir une nomination pour le trophée Norris.

Espoir à surveiller : Zach Aston-Reese - Jamais repêché, Aston-Reese a été le meilleur buteur de la NCAA la saison dernière avec 31 buts en 38 matchs à l'Université Northeastern, ce qui lui a permis d'être finaliste au trophée Hobey-Baker. L'attaquant de 23 ans a ensuite accepté une entente de deux ans avec les Penguins, et a très bien fait à ses débuts dans la LAH avec trois buts et huit points en 10 parties. Il est aussi capable d'apporter une contribution au chapitre de la robustesse, comme en font foi ses 72 minutes de punition à sa dernière saison dans les rangs universitaires, et il pourrait s'avérer un bon remplaçant pour Chris Kunitz, qui a quitté l'équipe sur le marché des joueurs autonomes au cours de la saison morte. Il ne faut pas fixer des attentes trop élevées à son endroit cette année, mais Aston-Reese pourrait être le prochain jeune joueur à prendre les poolers par surprise en provenance de Pittsburgh.

Situation des gardiens : Il y a beaucoup moins d'incertitude devant le filet des Penguins qu'à pareille date l'an dernier. L'ère Marc-André Fleury est officiellement terminée à Pittsburgh, lui qui a été réclamé par les Golden Knights de Vegas au repêchage d'expansion de la LNH. Matt Murray est enfin le numéro un incontesté, lui qui a remporté deux fois la Coupe Stanley alors qu'il portait le titre de recrue. Il devra prouver qu'il peut demeurer en santé, mais s'il y parvient, il ne devrait avoir aucune difficulté à améliorer sa fiche de 32-10-4, en plus de maintenir sa moyenne de buts alloués de 2,41 et son pourcentage d'arrêts de ,923. Son nouvel auxiliaire, Antti Niemi, ne représente pas une menace du tout, lui qui a connu une fin de séjour désastreuse avec les Stars de Dallas, qui ont racheté la dernière année de son contrat au terme de la dernière saison. Niemi n'est là que pour fournir un repos occasionnel à Murray, et il se pourrait très bien qu'il ne soit pas l'homme de confiance de l'équipe si Murray devait se blesser et être absent pour une longue période. En effet, l'espoir Tristan Jarry pourrait très bien être celui qui sera appelé en renfort à titre de partant.

En voir plus