Skip to main content

Poolers: Matt Murray est de retour en force

Dur retour à la réalité pour Talbot et les Oilers

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque semaine, nous allons donc répertorier un joueur par position dont la valeur est en hausse, et un autre pour lequel la valeur est en baisse.

ATTAQUANTS
Hausse : James Neal, Predators de Nashville -
Nous sommes le 4 novembre, et les poolers désespèrent devant la production offensive de Neal, qui a été limité à un but et trois passes en dix rencontres. Nous voilà cinq matchs plus tard, et plus personne ne trouve à redire sur le rendement de l'attaquant des Predators de Nashville. En cinq rencontres, il n'a jamais été blanchi de la feuille de pointage, trouvant le fond du filet chaque fois. C'est un total de six buts et une mention d'aide qu'il a récolté depuis le début de cette heureuse séquence. Il a de plus conservé un différentiel de plus-4 et décoché 18 tirs au filet. Son trio, complété par Ryan Johansen et Filip Forsberg, est finalement sorti de la léthargie dans laquelle il était enfoncé en début de campagne.

Video: NSH@TOR: Johansen prépare le but de Neal

Baisse : Derick Brassard, Sénateurs d'Ottawa - Acquis dans une transaction au cours de la saison morte avec les Rangers de New York en retour de Mika Zibanejad, Brassard devait aider à équilibrer l'attaque des Sénateurs, en plus d'être un élément important du jeu de puissance en tant que seul centre droitier à vocation offensive de l'équipe. Il a touché la cible à son premier match dans son nouvel uniforme, mais c'est la grande sécheresse depuis. Quinze matchs sans faire vibrer les cordages, au cours desquels il a été limité à quatre passes, dont une seule en avantage numérique. C'est encore pire depuis neuf parties, alors qu'il n'a ajouté qu'une mention d'aide à sa fiche. Au cours de cette frustrante séquence, les Sénateurs ne sont pas parvenus à inscrire plus de deux buts en un match en temps réglementaire et en prolongation. Ils n'ont marqué que 35 buts cette saison, ce qui leur confère le 27e rang de la LNH. Un réveil de Brassard serait plus que le bienvenu à Ottawa.

DÉFENSEURS
Hausse : Andrei Markov, Canadiens de Montréal -
Discrètement, le vétéran défenseur des Canadiens fait ce qu'il fait depuis maintenant plus d'une décennie dans la LNH : amasser des points et faire fonctionner le jeu de puissance. Markov a amassé au moins un point à ses six dernières parties, avec une récolte de deux buts et six passes, dont trois en avantage numérique. L'attaque massive du Tricolore occupe maintenant le septième rang de la LNH avec un rendement de 23,5 pour cent. Les talents de passeur de Markov jumelés à la puissance du tir de Shea Weber font bien des dommages depuis que les deux joueurs ont été réunis sur la première vague du jeu de puissance. Bien qu'il ait ralenti, l'arrière de 37 ans se dirige encore une fois vers une récolte de 40 points et plus en 2016-17.

Video: Markov décoche un lancer balayé et bat Crawford

Baisse : Jake Muzzin, Kings de Los Angeles - Après deux saisons de 40 points avec les Kings, et au moins 13 points sur le jeu de puissance à chacune de ces saisons, il était normal de s'attendre à mieux qu'un but et une passe après 17 matchs de la part de l'arrière de 27 ans. Il avait été l'un des deux seuls défenseurs de la ligue avec 35 points, 135 lancers bloqués, 135 mises en échec, 160 tirs, 10 points en avantage numérique et 60 minutes de punition l'an dernier, ce qui avait fait la joie des poolers dans les ligues multicatégories. Si les statistiques périphériques sont toujours au rendez-vous depuis le début de la présente campagne, son manque d'offensive fait de lui une option beaucoup plus marginale jusqu'ici cette saison.

GARDIENS
Hausse : Matt Murray, Penguins de Pittsburgh -
Après avoir vu son début de saison être retardé par une fracture à la main subie au cours de la Coupe du monde de hockey 2016 alors qu'il portait les couleurs d'Équipe Amérique du Nord, Murray a pris les grands moyens pour démontrer que son parcours en séries éliminatoires de la Coupe Stanley la saison dernière n'avait rien d'un feu de paille. En quatre départs cette saison, il montre une fiche parfaite de 4-0-0, une moyenne de buts alloués de 1,25 et un pourcentage d'arrêts de ,961, en plus d'avoir signé un jeu blanc. Les Penguins de Pittsburgh misent sur une équipe en santé, et ils forment de nouveau une puissance dans l'Association de l'Est. Murray partage la tâche de manière presque égale avec Marc-André Fleury pour l'instant, mais avec de telles statistiques, l'entraîneur Mike Sullivan risque de se tourner vers le gardien recrue de plus en plus souvent, à moins que le rendement de Murray ne précipite une transaction impliquant Fleury.

Video: TOR@PIT: Murray prive Martin d'un but en infériorité

Baisse : Cam Talbot, Oilers d'Edmonton - Après un début de saison spectaculaire, Talbot et les Oilers redescendent tranquillement sur terre. En fait, l'atterrissage est plutôt brutal pour Talbot depuis que la page du calendrier a été tournée. En octobre, Talbot a mené la ligue avec sept victoires, et il affichait de solides statistiques avec une moyenne de buts alloués de 2,06 et un pourcentage d'arrêts de ,936 avec deux jeux blancs. Mais depuis l'arrivée de novembre, il montre une fiche de 1-5-1, une moyenne de 3,44 et un taux d'efficacité de ,885. Il a accordé au moins trois buts à chacun de ses départs au cours de cette séquence.

 

En voir plus