Skip to main content

Poolers : Les jeunes Jets vont montrer des dents en attaque

Winnipeg pourra compter sur une panoplie de jeunes attaquants talentueux pour épauler les vétérans

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Jets de Winnipeg :

Le directeur général des Jets de Winnipeg Kevin Cheveldayoff répète depuis le retour de l'équipe au Manitoba qu'il allait construire l'équipe grâce au repêchage, et après avoir pris part aux séries éliminatoires une seule fois en six saisons, la patience des partisans est sur le point d'être récompensée. Les Jets ont pris le septième rang de la ligue avec 246 buts marqués la saison dernière, et leur groupe d'attaquants prometteurs, qui comptait déjà sur Nikolaj Ehlers et Patrik Laine, devrait miser sur de nouvelles arrivées. Ces joueurs vont aider un groupe mené par Blake Wheeler et Mark Scheifele à remplir le filet adverse avec régularité. Si l'équipe parvient à accorder moins de buts, elle participera au tournoi printanier très souvent au cours des prochaines saisons.

Survol des Jets pour les poolers :

Sous-évalué : Jacob Trouba - Trouba a été impliqué dans un bras de fer contractuel avec les Jets au début de la dernière saison, ce qui lui a coûté les 15 premières parties de la campagne. Il a ensuite eu de la difficulté à trouver son rythme avec seulement trois points à ses 15 premières rencontres. À la lumière de ces informations, sa collecte de 33 points en 65 parties devient plus impressionnante. Il a dépassé Tyler Myers dans la hiérarchie des arrières de l'équipe du côté droit, et il va diriger la deuxième vague du jeu de puissance. De plus, Trouba s'illustre dans les statistiques périphériques avec 2,5 lancers par match, et environ deux mises en échec et deux lancers bloqués par rencontre. Avec un camp d'entraînement et un autre contrat à négocier au terme de la saison, attendez-vous à voir Trouba s'établir comme l'un des bons arrières à posséder dans les ligues multicatégories.

Surévalué : Tyler Myers - Si la valeur de Trouba est fortement en hausse, celle de Myers est en chute libre. Il a disputé les 11 premiers matchs des siens la saison dernière avant de se blesser au bas du corps, et il a passé le reste de la campagne à se remettre de cette blessure. Les Jets ont fait preuve d'un bel optimisme à son endroit en le protégeant dans le cadre du repêchage d'expansion de la LNH, mais les poolers ne doivent pas les imiter. Il a non seulement été devancé par Trouba à forces égales et en supériorité numérique, il n'a pas récolté plus de 28 points depuis sa deuxième saison dans la ligue en 2010-11. Son incapacité à demeurer en santé devrait être source d'inquiétude pour les poolers.

Carte cachée : Josh Morrissey - Avec tous les bons jeunes joueurs qui s'imposent avec les Jets, la saison recrue de Morrissey est un peu passée sous silence. Il a été utilisé pendant près de 20 minutes par match (19:29), a récolté 20 points malgré un temps d'utilisation minime en avantage numérique (0:37), en plus de terminer parmi les meneurs des siens dans les colonnes des tirs bloqués (139) et des mises en échec (145). Avec plusieurs des défenseurs des Jets avec un état de santé incertain (Myers et Tobias Enstrom entre autres), Morrissey pourrait recevoir de plus en plus de responsabilités à sa deuxième saison dans la LNH, et améliorer chacune de ses statistiques.

31 en 31 Jets: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Prêt à rebondir : Mathieu Perreault - Il peut sembler bizarre d'inscrire dans cette catégorie le nom d'un joueur qui vient d'établir un sommet en carrière la saison dernière avec 45 points en 2016-17. Il a toutefois amassé ce total en seulement 65 matchs, en plus de surmonter un atroce début de saison de trois points en 17 parties. Perreault a explosé en fin de saison avec 28 points à ses 23 derniers matchs. Il excelle en avantage numérique, et il a prouvé qu'il pouvait suivre le rythme avec des compagnons de trio de premier plan. Le seul point d'interrogation se trouve du côté de sa santé, et j'avance ici que 2017-18 sera l'année où Perreault va disputer plus de 75 matchs, et qu'il va approcher le plateau des 60 points. 

Espoir à surveiller : Kyle Connor - La plupart des équipes auraient fait une place de choix dans leur formation à un espoir comme Connor la saison dernière, mais les Jets misaient sur tellement de profondeur à l'attaque qu'ils ont cédé l'attaquant de 20 ans dans la LAH après un séjour de 20 rencontres. En 52 parties dans la Ligue américaine, Connor a récolté 25 buts et 44 points, démontrant ainsi qu'il était en mesure de connaître du succès dans les rangs professionnels après avoir dominé la NCAA la saison précédente. Connor se joindra à Ehlers et Laine pour former l'un des meilleurs groupes de jeunes attaquants de la LNH. Avec une utilisation régulière sur la deuxième vague de l'avantage numérique, il pourrait obtenir près de 50 points.

Situation des gardiens : Si les multiples blessures subies par les défenseurs des Jets la saison dernière expliquent en partie pourquoi Winnipeg a terminé au 27e rang du circuit avec 255 buts accordés, le rendement des gardiens n'a pas du tout été à la hauteur. L'organisation n'a pas renouvelé son association avec le vétéran Ondrej Pavalec, et pour épauler l'espoir numéro un de l'équipe devant le filet Connor Hellebuyck, les Jets ont embauché Steve Mason sur le marché des joueurs autonomes. Après des débuts spectaculaires dans la LNH en 2015-16, Hellebuyck en a arraché l'an dernier avec une moyenne de buts alloués de 2,89 et un pourcentage d'arrêts de ,907. Mason n'a guère fait mieux avec les Flyers de Philadelphie la saison dernière avec une moyenne de 2,66 et un taux d'efficacité de ,908, mais il a déjà agi à titre de gardien numéro un et peut encore occuper ce rôle lorsqu'il est en santé. Son contrat de deux ans indique que l'équipe voit en lui une mesure de transition, où il va probablement obtenir une majorité de départs cette saison tout en servant de mentor à Hellebuyck, avant de céder les rênes de l'équipe à Hellebuyck l'an prochain. Un tandem qui se sépare le boulot comme celui-là n'est pas très attrayant pour les poolers, mais dans les ligues à long terme (keepers), Hellebuyck demeure un très bon choix, surtout en raison du potentiel de l'équipe.

En voir plus