Skip to main content

Poolers : Les défenseurs des Ducks au premier rang

Les arrières d'Anaheim occupent une place importante dans l'analyse de la formation pour les poolers

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Ducks d'Anaheim:

L'attaque des Ducks d'Anaheim repose toujours en très grande partie sur les épaules d'un groupe de vétérans mené par la valeur sûre Ryan Getzlaf, qui demeure à 32 ans l'un des meilleurs passeurs de la LNH. Mais pour les poolers, peu d'équipes offrent autant d'options intéressantes que les Ducks à la ligne bleue, ce qui explique pourquoi les arrières d'Anaheim occupent une place prépondérante dans l'analyse de la formation.

Voici un survol des Ducks pour les poolers :

Sous-évalué : Cam Fowler - Le nom de Fowler n'apparaît jamais dans le haut du classement des pointeurs des défenseurs de la ligue. En effet, Fowler n'a pas atteint le plateau des 40 points depuis sa saison recrue en 2010-11. Il s'est toutefois arrêté à 39 points en 80 parties la saison dernière, et sa prolongation de contrat de huit ans et 52 millions $ qu'il a paraphée au cours de la saison morte confirme son statut de défenseur numéro un des Ducks. Il apporte de plus une belle contribution dans les colonnes des tirs bloqués et des tirs au but, ce qui augmente sa valeur dans les pools multicatégories. Il a été le joueur le plus utilisé des siens sur le jeu de puissance la saison dernière, et la situation devrait être bien semblable à cet égard cette saison. Je ne serais pas surpris de voir Fowler approcher du plateau des 50 points cette saison, dont 25 seront obtenus sur l'attaque massive.

Surévalué : Hampus Lindholm - Lindholm va entreprendre le camp d'entraînement sur la liste des blessés, et sa production offensive pourrait à nouveau être limitée en raison de sa grande polyvalence. Il est en effet l'un des meilleurs arrières des Ducks quand vient le temps de neutraliser les meilleurs éléments adverses, ce qui lui fait amorcer un plus grand pourcentage de présences dans son territoire que n'importe quel autre défenseur des Ducks. La présence de Brandon Montour, Sami Vatanen et Cam Fowler va également réduire son utilisation sur le jeu de puissance, lui qui n'a été utilisé en moyenne que pendant 1:52 par match en avantage numérique la saison dernière. Le choix de première ronde des Ducks en 2012 (6e au total) devrait donc avoir de la difficulté à atteindre le plateau des 30 points pour une troisième campagne de suite.

Carte cachée : Patrick Eaves - Il est rare que je suggère comme carte cachée un attaquant de 33 ans qui vient à cet âge de connaître la meilleure saison de sa carrière, mais la situation d'Eaves est particulière. En 2016-17, avec les Stars de Dallas et les Ducks, il a inscrit 33 buts, soit plus qu'au cours de ses cinq saisons précédentes combinées, au cours desquelles il n'a pas été épargné par les blessures. À son arrivée à Anaheim à la date limite des transactions, après une courte période d'adaptation, il a développé une chimie avec le centre Ryan Getzlaf, et il ne peut se produire que de bonnes choses lorsque vous vous entendez bien avec l'un des meilleurs passeurs de la ligue. Il a ainsi inscrit neuf buts à ses 11 derniers matchs de la saison, avant d'ajouter quatre points (deux buts, deux passes) en sept matchs des séries éliminatoires. Il a accepté une prolongation de contrat de trois ans avant d'obtenir le statut de joueur autonome sans compensation, et le fait de pouvoir évoluer avec Getzlaf a sûrement pesé lourd dans la balance. En effet, l'entraîneur Randy Carlyle semble vouloir aller de l'avant avec son plan de séparer Getzlaf et Perry, ce qui permettra à Eaves de continuer à patiner à la droite de l'imposant joueur de centre.

31 en 31 Ducks: Aperçu de la saison | Grands enjeux | Meilleurs espoirs 

Prêt à rebondir : Corey Perry - Les saisons de 40 buts et plus du vétéran Perry appartiennent fort probablement au passé, mais les poolers peuvent s'attendre à le voir surpasser facilement son total de 19 buts de la saison dernière, son plus faible pour une saison de 82 matchs depuis la campagne 2006-07. Son pourcentage de tirs de 8,8 pour cent affiché la saison dernière représentait en effet environ la moitié de celui qu'il a présenté au cours des trois dernières campagnes, et plus de 4 pour cent inférieur à son pourcentage de tirs en carrière (13,2 pour cent). Il demeure un élément central de l'attaque massive des Ducks, lui qui a récolté au moins 20 points en avantage numérique pour une deuxième saison de suite l'an dernier. Une saison de 30 buts et 65 points ne serait pas surprenante dans son cas.

Espoir à surveiller : Brandon Montour - En l'absence de Fowler au cours des dernières séries éliminatoires, Montour a participé à 17 matchs, récoltant sept mentions d'aide alors qu'il était employé en moyenne 19:11 par match. Le départ de Theodore lui permet de gagner un rang dans la hiérarchie à la ligne bleue, et l'absence de potentielle de Lindholm et de Vatanen en début de saison lui assure d'être de l'alignement pour le match d'ouverture, et de piloter l'une des deux premières vagues du jeu de puissance. Il a montré depuis son arrivée dans la LAH qu'il était un défenseur à caractère offensif avec une récolte de 99 points en 118 rencontres, et une moyenne de près de trois lancers par match.

Situation des gardiens : John Gibson est sans aucun doute le gardien du présent et de l'avenir de l'organisation, mais il devra trouver un moyen de demeurer en santé pendant une saison de 82 matchs. Il a conservé une fiche de 46-29-13, une moyenne de buts alloués de 2,15 et un pourcentage d'arrêts ,923 en plus d'inscrire 10 blanchissages au cours des deux dernières campagnes, des statistiques qui le placent parmi l'élite des gardiens de la ligue. Il n'a toutefois pas encore connu une saison de 50 départs ou plus, ce qui représente la seule ombre au tableau dans le cas du gardien de 24 ans. Gibson a pu compter sur l'excellent rendement de son auxiliaire Jonathan Bernier la saison dernière, et ce sera à Ryan Miller d'occuper ce rôle cette saison. Le vétéran Miller occupera également le rôle de mentor auprès de Gibson, et lui suggérera quelques ajustements à son style afin d'éliminer certains risques de blessures. Miller n'a pas obtenu les statistiques espérées à Vancouver, mais il pourra profiter d'une défensive plus solide à Anaheim. Mais pour la première fois de sa carrière, il va devoir se contenter d'une trentaine de départ, et il ne sera plus sur le radar des poolers.

En voir plus