Skip to main content

Poolers : Le Wild pourra-t-il faire aussi bien en attaque?

L'offensive du Minnesota a fonctionné à plein régime la saison dernière, mais est-ce que tous les joueurs de l'équipe pourront maintenir le rythme?

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, le Wild du Minnesota :

Le Wild du Minnesota a subi l'influence de son nouvel entraîneur Bruce Boudreau en 2016-17, et est devenu l'une des puissances offensives de la ligue avec 266 buts marqués, 50 de plus que la saison précédente, ce qui leur a valu le deuxième rang de la ligue à ce chapitre. Cette explosion en offensive a évidemment fait gonfler les statistiques de plusieurs joueurs, et la question est maintenant de savoir si l'équipe pourra maintenir le rythme en 2017-18. Les vétérans Mikko Koivu, et Zach Parise ont pendant longtemps été les moteurs de l'offensive, mais plusieurs jeunes ont fait des pas de géants pour les soutenir la saison dernière, avec notamment l'éclosion de Mikael Granlund. Certains de ces joueurs vont-ils régresser, ou vont-ils plutôt passer à une autre étape?

Survol du Wild pour les poolers :

Sous-évalué : Nino Niederreiter - Depuis son arrivée avec le Wild des Islanders de New York en retour de Cal Clutterbuck, soit l'une des pires transactions à sens unique de l'histoire récente de la LNH, Niederreiter ne cesse de progresser. Cette progression a été encore plus nette au cours des trois dernières saisons, alors que son nombre de points, de tirs et de minutes de punition a augmenté chaque année. À 24 ans, il est encore fort possible qu'il franchisse une autre étape en 2017-18, et qu'il devienne l'un des rares attaquants capables de récolter 30 buts, 65 points, 50 minutes de punition, 150 mises en échec et 200 tirs. L'imposant attaquant pourrait faire faire des cauchemars à Garth Snow pendant quelques saisons encore.

Surévalué : Eric Staal - Staal a représenté l'une des belles histoires de la LNH en 2016-17, et la plupart des amateurs de hockey et des poolers ont été très heureux de le voir rebondir de la sorte après une saison difficile avec les Hurricanes de la Caroline et les Rangers de New York. Les poolers ne doivent maintenant pas tomber dans le piège et croire que Staal va bâtir sur cette saison, ou simplement l'égaler en 2017-18. À 32 ans, sa progression est terminée depuis quelques années, et sa récolte de 28 buts, son plus haut total depuis 2010-11, et de 65 points, un sommet depuis 2011-12, représente l'exception plutôt que la règle pour les saisons à venir. Il a notamment touché la cible sur 13,3 pour cent de ses lancers, près de 3 pour cent de plus que sa moyenne en carrière. Il ne faudrait pas se surprendre d'un retour à une récolte de 20 à 25 buts et d'environ 55 points pour le vétéran attaquant.

31 en 31 Wild: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Carte cachée : Joel Eriksson Ek - Le parcours d'Eriksson Ek en 2016-17 a été pour le moins atypique. Il a en effet amorcé la saison avec le Wild, récoltant notamment cinq points à ses quatre premiers matchs, mais il a été prêté à l'équipe suédoise de Farjestad après neuf rencontres. L'attaquant de 20 ans a ensuite rejoint le Wild au terme de sa saison en Suède, et il a finalement conclu la campagne avec une récolte de sept points en 15 parties avant d'obtenir neuf points en sept parties au Championnat du monde de la FIHG avec la Suède. Eriksson Ek aura à nouveau la chance de se tailler un poste sur les trois premiers trios dès le camp d'entraînement, et il pourrait également surprendre dans la colonne des mises en échec, lui qui a distribué 1,5 mise en échec par rencontre la saison dernière. Ce chiffre pourrait augmenter alors qu'il va trouver son rythme dans la LNH, et une saison de 20 buts, 40 points et 150 mises en échec n'est pas à écarter dans son cas.

Prêt à rebondir : Tyler Ennis - Ennis a été sévèrement touché par les blessures depuis le début de sa carrière, mais il aura la chance de rebondir avec le Wild, qui a fait son acquisition des Sabres de Buffalo en retour notamment de Jason Pominville. À ses deux dernières saisons en santé, Ennis a atteint le plateau des 20 buts avec des éditions des Sabres qui étaient très limitées en talent. En évoluant sur l'un des trois premiers trios du Wild, il pourra miser sur des compagnons de trio de qualité, et si la malchance cesse de s'acharner sur lui, autant au chapitre des blessures que de son pourcentage de tirs (5,6 pour cent l'an dernier, comparativement à sa moyenne en carrière de 10,1 pour cent), il pourrait renouer avec une récolte de 20 buts en plus d'établir un sommet en carrière pour les points.

Espoir à surveiller : Luke Kunin - Capitaine de la formation américaine qui a remporté l'or au dernier Championnat mondial junior de la FIHG, Kunin a fait le saut chez les professionnels au terme de sa deuxième saison à l'Université du Wisconsin. Il n'a pas tardé à trouver ses repères avec une récolte de cinq buts et huit points en 12 parties avec Iowa dans la Ligue américaine de hockey. Il ne percera peut-être pas l'alignement du Wild dès le camp d'entraînement, mais s'il affiche des statistiques aussi étincelantes dans la LAH, il pourrait rapidement être rappelé au Minnesota, surtout que Boudreau pourrait être séduit par la qualité de son jeu en défensive. Au sein d'une équipe de vétérans comme le Wild, une production modeste est à prévoir cette saison, mais Kunin pourrait intéresser grandement les poolers qui évoluent dans les ligues à long terme (keepers).

Situation des gardiens : Dubnyk a confirmé la saison dernière que son retour en force n'était pas un feu de paille en signant 40 victoires, un sommet en carrière, et en égalant son sommet personnel avec cinq blanchissages. Il a de plus affiché une moyenne de buts alloués de 2,25 et un pourcentage d'arrêts de ,923. Il n'a rien à se reprocher pour l'élimination des siens en cinq matchs devant les Blues de St. Louis première ronde des séries éliminatoires, lui qui a maintenu une moyenne de 1,86 et un taux d'efficacité de ,925. Il va de nouveau obtenir plus de 60 départs et représenter l'une des meilleures options devant le filet pour les poolers, que ce soit au chapitre des victoires ou des statistiques périphériques. Son nouvel adjoint Alex Stalock sera là pour lui donner les soirées de repos dont il a besoin, mais ne représente absolument pas une menace pour son statut de gardien numéro un.

En voir plus