Skip to main content

Poolers : Le premier trio a besoin de renfort à Nashville

Le premier trio et le quatuor défensif des Predators ont fait leurs preuves, mais la profondeur en attaque soulève des questions

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Predators de Nashville :

Les Predators de Nashville ont atteint la Finale de la Coupe Stanley pour la première fois de leur histoire, grâce au rendement de tous leurs éléments importants. Le premier trio composé de Viktor Arvidsson, Ryan Johansen et Filip Forsberg a été dominant, surtout en deuxième moitié de saison. Les quatre premiers défenseurs de l'équipe n'ont plus besoin de présentation, alors que Roman Josi, P.K. Subban, Ryan Ellis et Mattias Ekholm forment probablement le meilleur top-4 de la ligue. Cependant, derrière le premier trio, les trois attaquants qui ont amassé le plus de points avec les Predators la saison dernière ne sont plus avec l'équipe (Mike Fisher, James Neal et Colin Wilson). Qui va profiter de cette chance pour rehausser ses statistiques?

Survol des Predators pour les poolers :

Sous-évalué : Nick Bonino - Bonino a été embauché sur le marché des joueurs autonomes et devient de facto le centre numéro deux des Predators en raison de la retraite du capitaine Mike Fisher. Dans ce rôle, il évoluera avec des ailiers décents en plus d'être présent sur la deuxième vague du jeu de puissance. Il ne devrait avoir aucun mal à égaler la production de Fisher (18 buts, 42 points), et pourrait s'approcher ou même dépasser son sommet en carrière de 49 points établi en 2013-14 avec les Ducks d'Anaheim s'il développe une chimie avec un jeune joueur comme Kevin Fiala.

Surévalué : Mattias Ekholm - Ekholm fait partie intégrante de l'impressionnant quatuor qui patrouille la ligne bleue de Nashville, et à ce titre, il joue un rôle important dans les succès de l'équipe. Il est toutefois le membre de ce quatuor dont la contribution pour les poolers est la plus marginale. Les poolers ne doivent pas le sélectionner en fonction des 11 points en 22 matchs qu'il a récoltés en séries éliminatoires ou de sa saison 2015-16 qu'il a conclue avec 35 points en 82 matchs. Il devrait terminer la campagne avec au maximum 30 points, lui qui n'obtient pas un temps de glace optimal en avantage numérique, et comme il ne s'illustre pas au chapitre des mises en échec, des tirs et des minutes de punition, il devient un défenseur moins attirant dans la plupart des formats.

Carte cachée : Kevin Fiala - L'attaquant suisse n'a malheureusement pas pu se mettre en évidence en séries éliminatoires la saison dernière puisqu'il s'est fracturé le fémur dès le premier match de la deuxième ronde contre les Blues de St. Louis, mais il aura un rôle important à jouer dans l'attaque des siens. Au cours de ses deux séjours dans la LAH cette saison, Fiala a montré qu'il était prêt à passer au prochain niveau avec une récolte de 19 points (sept buts, 12 passes) en 22 matchs, en plus de décocher en moyenne 3,5 tirs par rencontre. Il évoluera sur le deuxième trio en plus d'évoluer sur le jeu de puissance, et il pourrait conclure la saison avec 15 buts, 45 points et 225 tirs.

31 en 31 Predators: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Prêt à rebondir : Craig Smith - Les Predators souhaitent de tout cœur que Smith parvienne effectivement à rebondir, lui qui a été limité à 12 buts et 29 points en 2016-17 après avoir atteint le plateau des 20 buts à chacune des trois saisons précédentes. Pour renouer avec le succès, lui qui a notamment récolté 24 buts et 52 points en 2013-14, Smith doit recommencer à lancer au filet avec régularité. Après avoir dirigé 252 tirs en 2014-15, il n'a pu faire mieux que 199 tirs en 2015-16, puis 155 la saison dernière. S'il parvient à retrouver son instinct de tireur et qu'il touche le filet adverse au moins 200 fois, il va terminer la saison avec 20 buts et 45 points.

Espoir à surveiller : Pontus Aberg - À l'image de Fiala, Aberg a démontré dans la LAH la saison dernière qu'il pouvait passer à la prochaine étape, alors qu'il a amassé 52 points, dont 31 buts, en 56 parties. Il ne va pas reproduire de telles statistiques avec les Predators, mais il est l'un des rares jeunes joueurs de l'équipe qui pourra faire le saut l'an prochain et apporter une certaine contribution à l'attaque. Après avoir obtenu deux points en 15 matchs de saison régulière, il a haussé son jeu d'un cran en séries avec deux buts et trois passes en 16 rencontres. Une récolte de 15 buts et 35 points serait réaliste dans son cas.

Situation des gardiens : Pekka Rinne a connu un début de saison plutôt difficile avant de se replacer à partir du mois de janvier, et il a montré en séries éliminatoires qu'il pouvait encore faire partie des meilleurs de sa profession. En effet, il a été l'un des principaux artisans du long parcours des siens en séries avec une fiche de 14-8, une moyenne de buts alloués de 1,96 et un pourcentage d'arrêts de ,930. Tout gardien qui se retrouve derrière la solide brigade défensive des Predators représente une bonne option pour les poolers, mais il ne faut pas oublier que Rinne est un gardien de 34 ans qui a été blessé à quelques reprises au cours des dernières saisons. Son entraîneur pourrait être tenté d'alléger sa charge de travail, et Juuse Saros est prêt à assumer un plus grand rôle. Le gardien au petit gabarit (5 pieds 11 pouces, 180 livres) a affiché d'impressionnantes statistiques en 22 matchs dans la LNH, en plus de complètement dominer la LAH la saison dernière. Il pourrait éclore cette saison en cas d'absence prolongée de Rinne.

En voir plus