Skip to main content

Poolers : McCann s'éclate sur le premier trio des Penguins

Des séquences fructueuses pour Bishop et Theodore; Dubois, Ristolainen et Rinne sont au ralenti

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque jeudi, LNH.com propose aux poolers quelques joueurs dont la valeur est en hausse, et quelques autres dont la valeur est en baisse et avec lesquels les poolers devraient faire preuve de prudence.

POOLERS : Des nouvelles de l'infirmerie | Le top-50 des défenseurs

EN HAUSSE

Jared McCann, Penguins de Pittsburgh (A) : Les poolers qui misent sur les ailiers du joueur de centre Sidney Crosby ont généralement la main heureuse. Les 35 buts et 66 points de Jake Guentzel depuis le début de la saison sont là pour le prouver, et depuis le 2 mars, c'est Jared McCann qui complète l'explosif duo de Pittsburgh. Le joueur de 22 ans vient d'obtenir huit points (quatre buts, quatre passes) à ses six derniers matchs et seulement trois de ces points ont été obtenus sans l'aide de Guentzel ou Crosby. McCann plaira également aux poolers participant à des ligues multicatégories avec sa moyenne de plus de deux tirs par match au cours de cette séquence et son différentiel de plus-6, le deuxième meilleur chez les Penguins, à égalité avec Erik Gudbranson. C'est la blessure au bas du corps à Bryan Rust qui a ouvert la porte à McCann. Rust, qui a complété le duo Crosby-Guentzel durant la majorité de la saison, est à l'écart à long terme, et tant que McCann conservera cette place dans la formation, il devrait être payant pour les poolers. En plus, il n'a été réclamé que dans 22 pour cent des ligues standards de Yahoo.

Video: BOS@PIT: McCann mystifie Halak en échappée en DN

Shea Theodore, Golden Knights de Vegas (D) : Depuis le 22 février, le défenseur de 23 ans est le troisième meilleur marqueur des Golden Knights en vertu d'une récolte de sept points (deux buts, cinq passes), dont deux ont été obtenus sur le jeu de puissance, en huit rencontres. Theodore a d'ailleurs été le deuxième joueur le plus employé sur l'avantage numérique (2:15) au cours de cette séquence, jouant plus que ses compagnons à la défense Nate Schmidt (1:48) et Colin Miller (1:33), à qui il a dû concéder beaucoup de temps de glace avec l'avantage d'un homme plus tôt durant la saison. Theodore a également dirigé 29 lancers au filet et affiché un différentiel de plus-4 lors de ces huit matchs. L'avantage de miser sur Theodore, en plus de ses bons chiffres dans les catégories périphériques, est qu'il marque beaucoup de buts (11, à égalité au 13e rang chez les défenseurs de la LNH), la catégorie la plus difficile à combler chez les défenseurs dans un pool.

Video: CGY@VGK: Theodore frappe avec un lancer puissant

Ben Bishop, Stars de Dallas (G) : Quatre victoires en autant de matchs, dont trois blanchissages consécutifs… Non, ce ne sont pas les statistiques de votre gardien en mode carrière à NHL 19 sur votre console de jeux vidéo, mais bien la fiche de Bishop à ses quatre plus récents départs. Au cours de cette séquence fructueuse, le portier de 32 ans a stoppé 123 des 124 tirs dirigés vers lui (pourcentage d'arrêts de ,992). Il est fortement improbable que Bishop continue d'aligner les jeux blancs de la sorte, mais les victoires, elles, pourraient continuer de s'ajouter. D'ici à la fin du mois de mars, les Stars croiseront le fer deux fois avec les Canucks de Vancouver et affronteront également le Wild du Minnesota, l'Avalanche du Colorado, les Panthers de la Floride et les Oilers d'Edmonton, toutes des équipes qu'ils doivent vaincre s'ils veulent assurer leur place en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. En plus, cinq des six prochaines parties de Dallas seront disputées dans le confort du American Airlines Center, là où Bishop est dominant avec un dossier de 15-6-2, une moyenne de buts alloués de 1,97, un pourcentage d'arrêts de ,936 et cinq jeux blancs.

Video: COL@DAL: Landeskog se bute à Bishop en troisième

EN BAISSE

Pierre-Luc Dubois, Blue Jackets de Columbus (A) : L'attaquant québécois de 20 ans connaît un passage à vide en ayant été blanchi dans huit de ses neuf derniers matchs. Au cours de cette séquence, il a récolté une seule passe et affiché un différentiel de moins-4. Est-ce que l'arrivée massive de renforts à la date limite des transactions chez les Blue Jackets est la cause des problèmes de Dubois? Chose certaine, ça coïncide avec sa léthargie. Même s'il demeure employé à 5-contre-5 avec Cam Atkinson et Artemi Panarin, Dubois a dû céder sa place sur la première vague du jeu de puissance au nouveau venu Matt Duchene. La bonne nouvelle est que Dubois est beaucoup plus productif à forces égales, ayant obtenu seulement neuf points en avantage numérique cette saison, donc il pourrait se relancer sous peu. Mais un fait demeure : l'arrivée de Duchene et de Ryan Dzingel combinée à l'émergence de Josh Anderson offre plus de munitions à l'entraîneur John Tortorella, qui n'a plus à miser uniquement sur le gros trio de Panarin, Dubois et Atkinson pour générer de l'offensive.

Rasmus Ristolainen, Sabres de Buffalo (D) : Voilà maintenant un mois que Ristolainen est au neutre. Le joueur de 24 ans a été blanchi dans 12 de ses 15 dernières sorties et il n'a que trois petites mentions d'aide au cours de cette séquence en plus d'afficher un exécrable différentiel de moins-18, le pire de son équipe. Ristolainen connaissait pourtant une bonne saison avec 36 points (cinq buts, 31 passes) en 54 matchs avant cette léthargie et il avait amassé 12 points avec l'avantage d'un homme (deuxième chez les Sabres) avec un temps de glace moyen de 3:15 sur le jeu de puissance. Toutefois, depuis le début de sa mauvaise séquence, son coéquipier Rasmus Dahlin (3:50) passe plus de temps que lui (3:04) sur la patinoire en supériorité numérique. Ristolainen continue de tirer au but (36 lancers) et de frapper comme un train (51 mises en échec), mais c'est tout ce qu'il donnera aux poolers s'il ne se relance pas offensivement.

Pekka Rinne, Predators de Nashville (G) : Depuis le 23 février, Rinne alterne les victoires et les défaites (2-3-0) et il présente une moyenne de 3,35 et un taux d'efficacité de ,868 au cours de cette séquence. Au total, il a accordé 17 buts sur 129 tirs, et ce, même si les Predators viennent au deuxième rang de la LNH pour le moins de tirs accordés (233) au cours de cette même période. Le portier de 36 ans a notamment accordé 12 de ces buts à forces égales, ce qui lui donne le cinquième pire pourcentage d'arrêts à forces égales (,892) chez les gardiens de la LNH qui ont joué au moins quatre parties au cours de cette séquence. Les poolers doivent également garder en tête que les Predators ont toute une commande qui les attend lors des prochains matchs. Ils affronteront notamment les Penguins, deux fois, les Sharks de San Jose, les Maple Leafs de Toronto et les Blue Jackets de Columbus d'ici la fin du mois de mars. Les choses pourraient donc se corser pour Rinne s'il ne retrouve pas ses repères.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.