Skip to main content

Poolers : Zucker en feu, Neal en arrache

La situation des gardiens est plutôt inhabituelle à Boston et à Buffalo

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque semaine, nous allons donc répertorier un joueur par position dont la valeur est en hausse, et un autre pour lequel la valeur est en baisse.

 

ATTAQUANTS
Hausse : Jason Zucker, Wild du Minnesota -
Le Wild connaît énormément de succès cette saison, et l'attaque de l'équipe est méconnaissable depuis l'arrivée de Bruce Boudreau derrière le banc. Zucker est l'un des principaux bénéficiaires de cette transformation offensive, et ce, même s'il n'est pour ainsi dire jamais employé en avantage numérique. Le trio qu'il complète avec Mikko Koivu et Mikael Granlund à forces égales fait flèche de tout bois depuis la pause de Noël. Zucker maintient une moyenne d'un point par match à ses 21 dernières parties (10 buts, 11 passes), ce qui lui confère le deuxième rang chez le Wild et une égalité en 10e place dans toute la ligue. Néanmoins, seulement un de ces points a été obtenu en supériorité numérique. Son excellent rendement à 5-contre-5 lui a également permis d'afficher un différentiel de plus-14 au cours de cette période.

Baisse : James Neal, Predators de Nashville - Habitué d'évoluer aux côtés des gros canons offensifs de l'équipe comme Ryan Johansen ou Filip Forsberg, Neal se retrouve depuis plusieurs matchs aux côtés de Calle Jarnkrok et Colin Wilson à forces égales. Neal a atrocement ralenti depuis Noël avec une récolte de quatre points en 16 parties, lui qui a d'ailleurs été ennuyé par une blessure qui lui a fait rater cinq matchs. Blanchi à ses cinq dernières rencontres, Neal n'a également qu'un point en avantage numérique à ses 19 derniers matchs malgré le fait qu'il est toujours employé sur la première vague du jeu de puissance. Tant qu'il ne sera pas réuni à l'un des moteurs offensifs des Predators, Neal va éprouver des ennuis, lui qui n'a jamais été reconnu pour générer lui-même sa production offensive.

DÉFENSEURS
Hausse : Matt Niskanen, Capitals de Washington -
Malgré le retour en santé de John Carlson il y a cinq matchs, Niskanen est toujours le défenseur le plus utilisé en avantage numérique chez les Capitals. Niskanen a quelque peu forcé la main à son entraîneur en amassant 13 points (deux buts, 11 passes) à ses 12 derniers matchs, dont sept ont été obtenus sur le jeu de puissance. Niskanen a tout fait pour ne pas se faire évincer par Carlson depuis le retour de ce dernier avec une récolte de cinq points, dont quatre en avantage numérique, au cours des cinq derniers matchs. L'attaque massive de Washington fonctionne à 34,3 pour cent depuis le début de la séquence fructueuse de Niskanen, ce qui ne poussera certainement pas l'entraîneur Barry Trotz à y apporter des changements draconiens.

Baisse : Sami Vatanen, Ducks d'Anaheim - Avant d'être incommodé par une blessure au bas du corps qui l'a forcé à agir comme spectateur au cours des deux derniers matchs, Vatanen ne connaissait pas les meilleurs moments de sa saison. Il n'a pas trouvé le fond du filet à ses 20 derniers matchs, a été blanchi à ses neuf dernières parties et a été limité à deux points à ses 16 dernières rencontres. Pas étonnant que le jeu de puissance d'Anaheim ne fonctionne qu'à un rythme de 13,6 pour cent au cours de ces 16 parties.

GARDIENS
Hausse : Robin Lehner, Sabres de Buffalo -
Buffalo est toujours dans la course pour une place en séries, et cela est en partie attribuable au rendement de Lehner depuis le début de l'année 2017. En neuf départs depuis le Nouvel An, Lehner a conservé une fiche de 5-2-1, en plus de conserver un pourcentage d'arrêts de ,930, bon pour le quatrième rang parmi les gardiens de la ligue ayant pris part à au moins huit matchs au cours de cette période. Lehner reçoit en moyenne 35 lancers par match depuis le début du mois de janvier, un sommet dans la LNH.

Baisse : Tuukka Rask, Bruins de Boston - Bien des partisans et des joueurs des Bruins ont été déçus de voir Claude Julien être congédié mardi, mais si le nouvel entraîneur Bruce Cassidy parvient à resserrer la défensive de Boston, Rask ne pourra qu'être heureux. Depuis le 10 janvier, Rask n'est plus l'ombre du gardien qui a remporté le trophée Vézina en 2013-14. Malgré une fiche positive (5-4-1) à ses 12 derniers matchs, Rask affiche le pire pourcentage d'arrêts parmi les gardiens de la LNH (,850) et la troisième pire moyenne de buts alloués (3,49). Les Bruins ne sont qu'à un point d'une place en séries, mais il leur sera difficile de se qualifier pour le tournoi printanier si leur gardien numéro un ne redresse pas la barre, surtout qu'il est très mal soutenu par les gardiens auxiliaires de l'organisation

En voir plus