Skip to main content

Poolers : Trocheck impressionne avec les Panthers

Le jeune attaquant fait partie des meilleurs pointeurs de la ligue depuis deux mois

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque semaine, nous allons donc répertorier un joueur par position dont la valeur est en hausse, et un autre pour lequel la valeur est en baisse.

 

ATTAQUANTS
Hausse : Vincent Trocheck, Panthers de la Floride -
Si je vous demande de dresser la liste des 10 meilleurs pointeurs de la LNH depuis le 23 janvier, soit juste avant la pause du Match des étoiles, vous allez probablement nommer, avec raison, Sidney Crosby, Joe Thornton, Ryan Getzlaf et Anze Kopitar. Mais combien d'entre vous auriez pensé à inclure le nom de Trocheck? Auteur de 26 points à ses 26 derniers matchs (11 buts, 15 passes), Trocheck a également présenté un différentiel de plus-14 au cours de cette période. Il forme un trio très productif avec Jussi Jokinen et Reilly Smith, et ces trois joueurs profitent du fait que l'adversaire se concentre principalement sur l'unité de Jaromir Jagr, Jonathan Huberdeau et Aleksander Barkov. Il est intéressant de noter que depuis le début de son heureuse séquence, Trocheck est le deuxième attaquant le plus utilisé en moyenne par rencontre en avantage numérique (2:46) derrière Barkov.

Baisse : Nazem Kadri, Maple Leafs de Toronto - Les Maple Leafs ne se cachent pas pour affirmer qu'ils sont en pleine reconstruction, et ils offrent une audition à plusieurs de leurs jeunes joueurs depuis la date limite des transactions de la LNH. Si des jeunes comme William Nylander, Nikita Soshnikov et Zach Hyman ont profité de la chance qui s'offrait à eux pour faire écarquiller les yeux, Kadri, le meilleur pointeur de l'équipe, déçoit depuis le début du mois de mars. Il a été blanchi dans neuf de ses dix derniers matchs, et il présente un différentiel de moins-7 au cours de cette séquence, le pire de la LNH parmi les attaquants à l'exception de Michael McCarron. L'entraîneur Mike Babcock souhaite peut-être lui lancer un message, alors que cinq attaquants de l'équipe sont plus utilisés que lui en avantage numérique depuis le 3 mars. Après avoir créé bien des attentes avec 44 points en 48 matchs lors de la saison écourtée de 2012-13, le septième choix au total du repêchage 2009 de la LNH régresse chaque année depuis.

DÉFENSEURS
Hausse : Kevin Klein, Rangers de New York -
Depuis le 8 mars, les Rangers ont accordé près de trois buts en moyenne par rencontre. On ne peut toutefois pas imputer ce piètre rendement à la paire formée de Klein et Ryan McDonagh, qui présentent les deux meilleurs différentiels de la ligue depuis cette date. Pour ce qui est de Klein, non seulement trouve-t-il le moyen de maintenir un excellent différentiel, mais il trouve aussi le moyen d'afficher de sensationnelles statistiques à l'attaque. En effet, il trône au sommet des pointeurs de la ligue parmi les défenseurs depuis cette date avec une récolte de huit points (deux buts, six passes) en huit matchs, et ce, malgré une utilisation totale de 1:03 en avantage numérique. On ne peut utiliser l'excuse qu'il profite du rendement de son partenaire à la ligne bleue, puisque le capitaine des Rangers n'a amassé qu'un point au cours de cette séquence. Klein ne peut espérer maintenir ce rythme, surtout avec une utilisation presque nulle en avantage numérique, mais les poolers peuvent l'ajouter à leur alignement pendant qu'il fait flèche de tout bois dans les dernières semaines de leur calendrier.

Baisse : Dustin Byfuglien, Jets de Winnipeg - L'imposant défenseur des Jets semble manquer d'énergie depuis quelques semaines, lui qui a été limité à deux mentions d'aide à ses huit dernières rencontres, et dont le dernier but remonte au 1er mars, une disette de 12 rencontres. À l'exception des tirs, lui qui a dirigé 33 lancers au filet depuis son dernier but, Byfuglien n'aide les poolers dans aucune catégorie dernièrement. Il affiche également un atroce différentiel de moins-9 à ses huit derniers matchs, le pire de la ligue, et il n'a passé que six minutes au banc des punitions. Il est utilisé à outrance par son entraîneur Paul Maurice depuis qu'il a signé une prolongation de contrat de cinq ans le 8 février, soit près de 27 minutes par match, mais il n'est pas très bien soutenu avec le départ d'Andrew Ladd, et les blessures à Mathieu Perreault et Bryan Little.

GARDIENS
Hausse : Devan Dubnyk, Wild du Minnesota -
Le Wild est engagé dans une lutte de tous les instants avec l'Avalanche du Colorado pour l'obtention de la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley dans l'Association de l'Ouest. Il s'agit donc d'une bonne nouvelle pour le Minnesota que Dubnyk retrouve progressivement la forme qui lui a permis d'être finaliste au trophée Vézina la saison dernière. Depuis le 28 février, le gardien de 6 pieds 6 pouces et 212 livres affiche un dossier de 8-1-1 avec un pourcentage d'arrêts de ,921 et une moyenne de buts alloués de 2,18. Ses huit gains représentent un sommet dans la LNH depuis cette date.

Baisse : Petr Mrazek, Red Wings de Detroit - À l'instar de Dubnyk et du Wild, Mrazek et les Red Wings sont au plus fort de la lutte pour une place en séries éliminatoires. Detroit se trouve à égalité avec les Flyers de Philadelphie pour la deuxième place de quatrième as dans l'Association de l'Est, mais contrairement aux Flyers, les Red Wings ne traversent pas une séquence très heureuse. Il suffit de regarder les statistiques de Mrazek pour s'en rendre compte, lui qui présente une fiche de 2-4-0 avec un pourcentage d'arrêts de ,894 et une moyenne de buts alloués de 3,30 depuis le début du mois de mars. Un virus l'a affaibli au cours de la dernière semaine, et Jimmy Howard en a profité pour signer deux gains. Avec l'urgence d'engranger des victoires, Mrazek devra rapidement convaincre son entraîneur Jeff Blashill qu'il est le gardien pouvant donner les meilleures chances à son équipe de l'emporter d'ici la fin du calendrier.

 

En voir plus