Skip to main content

Poolers : Svechnikov est le moteur offensif des Hurricanes

Pulock et Jones reprennent du poil de la bête; Larkin, Petry et Murray sont en léthargie

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque jeudi, LNH.com propose aux poolers quelques joueurs dont la valeur est en hausse, et quelques autres dont la valeur est en baisse et avec lesquels les poolers devraient faire preuve de prudence.

EN HAUSSE

Andrei Svechnikov, Hurricanes de la Caroline (A) : Svechnikov commence à démontrer pourquoi il méritait d'être choisi au deuxième rang total lors du Repêchage 2018 de la LNH. Non seulement s'impose-t-il comme un attaquant de puissance exceptionnel, mais il est également le moteur offensif de l'équipe par les temps qui courent. Depuis le 9 novembre, le Russe de 19 ans a récolté 13 points (cinq buts, huit passes) en neuf matchs, dirigeant 24 tirs au but et conservant un différentiel de plus-6. En plus de faire le bonheur des poolers avec ses statistiques offensives, Svechnikov est le meneur chez les Hurricanes avec 19 mises en échec durant cette séquence. Vous trouvez que son pourcentage de tirs de 20,8 pour cent est un peu élevé au cours de cette irrésistible lancée? C'est vrai, mais Svechnikov évolue avec Teuvo Teravainen et Sebastian Aho, deux attaquants qui lui permettront tout de même de s'inscrire à la feuille de pointage s'il devait ralentir au chapitre des buts.

Video: CAR@CHI: Svechnikov double l'avance de la Caroline
 

Ryan Pulock, Islanders de New York (D) : Faites-vous partie des poolers qui ont perdu patience avec Pulock après un pénible début de saison - quatre points (deux buts, deux aides) en 14 matchs? C'est peut-être sur le point d'être payant pour ceux qui ont fait preuve de patience, car le défenseur de 25 ans vient d'obtenir six points (un but, cinq mentions d'aide), dont trois sur le jeu de puissance, lors des neuf dernières rencontres. Au cours de cette période, Pulock a continué à être une bête dans les ligues multicatégories, comme en témoignent ses 25 tirs et ses 16 tirs bloqués. Alors qu'on a vu trois défenseurs des Islanders (Devon Toews, Pulock, Nick Leddy) se partager beaucoup de temps de jeu en avantage numérique au mois d'octobre, la balance semble être en train de pencher vers Pulock, qui a passé près de six minutes de plus au total que son plus proche poursuivant (Toews) sur la glace avec l'avantage d'un homme depuis le 7 novembre. En octobre, Toews (14:21) avait joué plus de trois minutes au total que Pulock (11:08) en avantage numérique. C'est peut-être le moment de tendre une perche à Pulock.

Video: NYI@PIT: Pulock crée l'égalité d'un boulet

 

Martin Jones, Sharks de San Jose (G) : À l'image des Sharks, le début de saison de Jones a été catastrophique, mais le gardien a repris du poil de la bête. Depuis le 5 novembre, Jones a conservé un dossier de 8-1-0, alors que les Sharks ont remporté neuf de leurs 10 derniers matchs. Même si Jones a montré un pourcentage d'arrêts de ,917 et de ,964 au cours des deux derniers matchs, respectivement, ses statistiques périphériques ne sont pas des plus exceptionnelles au cours de sa bonne séquence : moyenne de buts alloués de 2,82 et pourcentage de ,896. Il vous conférera tout de même un gros avantage si votre ligue ne compte que les victoires. L'autre avantage, c'est qu'il est très utilisé comparativement à son auxiliaire Aaron Dell, qui n'a obtenu que six départs cette saison.

Video: DET@SJS: Jones frustre Larkin en fusillade

 

EN BAISSE

Dylan Larkin, Red Wings de Detroit (A) : Larkin traverse un immense passage à vide avec seulement quatre points (deux buts, deux passes) à ses 13 derniers matchs, alors qu'il est censé diriger l'attaque des Red Wings. L'attaquant de 23 ans a notamment été blanchi à ses six derniers matchs, mais il a tout de même dirigé 17 lancers au filet au cours de cette période, et la chance pourrait éventuellement tourner en sa faveur. Le problème, c'est que les Red Wings sont terriblement inconstants et peu menaçants en attaque depuis le début de la saison. À preuve, ils ont inscrit deux buts ou moins dans un match à 15 reprises. Les soirées très productives seront donc rares pour Larkin comparativement aux autres grandes vedettes de la Ligue, et ce, même s'il renverse légèrement la vapeur. Et sur le plan personnel, Larkin a aussi été très inconstant, alors qu'il a connu trois séquences d'au moins trois matchs de suite sans point cette saison.

Video: DET@LAK: Quick ferme la porte à Larkin

 

Jeff Petry, Canadiens de Montréal (D) : Petry doit avoir hâte que le mois de novembre se termine, car ç'a été le début d'une séquence difficile pour le défenseur de 31 ans. Il a récolté seulement quatre passes en 11 rencontres, dirigeant 12 lancers au but et conservant un différentiel de moins-5, le deuxième pire de son équipe. Petry a en outre terminé ses quatre derniers matchs avec un différentiel négatif. Il avait pourtant connu un excellent mois d'octobre avec huit points (deux buts, six passes) en 13 rencontres et 39 tirs. La bonne nouvelle, c'est qu'il demeure payant au chapitre des mises en échec, prenant le huitième rang (61) chez les défenseurs de la LNH à ce chapitre depuis le début de la saison. Petry bloque également plus d'un lancer par rencontre en moyenne (1,1), mais jusqu'à ce qu'il se relance offensivement, les poolers devraient aller voir ailleurs.

Video: NJD@MTL : Gallagher fait dévier le tir de Petry

 

Matt Murray, Penguins de Pittsburgh (G) : Le gardien de 25 ans a conservé un dossier de 0-1-3 avec une moyenne de 3,77 et un pourcentage de ,859 à ses cinq derniers départs. Récemment, c'est plutôt son auxiliaire Tristan Jarry qui fait gagner les Penguins, alors qu'il a obtenu trois des huit derniers départs de l'équipe. C'est d'ailleurs lui qui est venu en relève à Murray mercredi alors que son équipe tirait de l'arrière 4-2. Les Penguins sont revenus de l'arrière pour l'emporter 8-6. Il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour les poolers qui misent sur Murray, car avant le 12 novembre, Jarry avait eu seulement trois départs contre 14 pour Murray. Pittsburgh aura deux séquences de deux matchs en deux jours lors des six prochains matchs, ce qui signifie qu'on devrait continuer à voir Jarry obtenir sa part de départs.

Video: VAN@PIT: Virtnanen enfile l'aiguille contre Murray

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.