Skip to main content

Poolers : Survol de l'Association de l'Ouest

Un joueur en hausse et un joueur en baisse pour chacune des équipes de l'Association de l'Ouest

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Nous en sommes à la pause de Noël dans la LNH, et certains joueurs offrent un rendement qui ne correspond pas aux attentes placées à leur endroit. Dans certains cas, il s'agit d'une bonne chose, alors que pour d'autres, il s'agit d'une déception. LNH.com dresse une liste des joueurs dont la valeur est en hausse et en baisse pour chacune des équipes de l'Association de l'Ouest.

 

Anaheim
En hausse : Cam Fowler - L'arrière des Ducks connaît de bons moments 11 points (quatre buts, sept passes), dont cinq en avantage numérique, à ses 16 derniers matchs. Il évolue d'ailleurs sur la première vague de l'avantage numérique. Anaheim occupe d'ailleurs le deuxième rang de la ligue en supériorité numérique cette saison avec un rendement de 24,3 pour cent, et ce rendement a grimpé à 29,2 pour cent depuis le début de la séquence fructueuse de Fowler.

En baisse : Hampus Lindholm - Après avoir raté le premier mois de la saison en raison d'une dispute contractuelle, Lindholm offre un rendement bien en deçà de son rythme des dernières saisons. Il n'a noirci la feuille de pointage que dans trois rencontres cette saison, pour une récolte de quatre points en 22 parties. Il est le quatrième défenseur de l'équipe dans la hiérarchie du jeu de puissance. Certes, on lui confie des missions plus défensives, mais c'était également le cas par le passé, et il n'avait jamais amassé moins de 28 points en une campagne.

Arizona 
En hausse : Anthony DeAngelo - Ce choix de première ronde du Lightning de Tampa Bay en 2014 (19e au total) possède un flair offensif indéniable. Il a récolté six points à ses huit premiers matchs dans la LNH, et il affiche maintenant une production de neuf points, dont six en avantage numérique, en 17 parties. Il est possible que ce défenseur effectue des séjours sur la galerie de presse ou dans la Ligue américaine de hockey d'ici la fin de la saison, mais lorsqu'il est inséré dans l'alignement, il constitue toujours une menace.



En baisse : Martin Hanzal - Malgré le fait qu'il pivote le premier trio de l'équipe et qu'il soit systématiquement employé sur la première vague du jeu de puissance, Hanzal n'a pu faire mieux que quatre points à ses 17 derniers matchs, en plus d'afficher un différentiel de moins-11 au cours de cette séquence. L'imposant joueur de centre pourrait bien changer d'adresse d'ici la date limite des transactions, mais il ne fait rien pour aider son directeur général avec des performances pareilles.

Calgary
En hausse : Sean Monahan - Monahan a connu un début de saison très difficile, lui qui a été limité à huit points à ses 24 premiers matchs. Les choses se sont replacées depuis, et il a amassé 12 points (cinq buts, sept passes) en 12 parties. Il s'illustre particulièrement en avantage numérique avec sept points depuis le début de sa série de succès. Celle-ci s'est amorcée quelques matchs avant le retour de son complice Johnny Gaudreau, qui soignait une blessure.

En baisse : Chad Johnson - Johnson a fait écarquiller bien des yeux avec son rendement depuis le début de la saison, et si les Flames se trouvent aujourd'hui au plus fort de la course pour une place en séries, ils peuvent lui dire merci. Avec une fiche de 12-4-1, une moyenne de buts alloués de 1,98 et un pourcentage d'arrêts de ,932 jusqu'au 10 décembre, il a permis à son équipe de survivre à un départ difficile des gros canons de l'équipe. Il faut cependant se souvenir que Johnson est un auxiliaire de carrière, et il a d'ailleurs perdu ses trois derniers départs en accordant quatre buts dans chacun d'eux. Elliott semble en voie de retrouver son rythme, ce qui va lui permettre de reprendre sa place de numéro un, ce qui fera chuter la valeur de Johnson.

Chicago
En hausse : Jonathan Toews - J'ai osé déclarer cet été que Toews représentait l'un des joueurs les plus surestimés de la ligue au chapitre du rendement pour les poolers. Avec 15 points en 27 matchs jusqu'ici, on dirait qu'il cherche à me donner raison. Il faut toutefois souligner qu'il a été ralenti par une blessure, et qu'il a été l'un des joueurs les plus malchanceux de la ligue depuis le début de la saison. En effet, en date du 22 décembre, il avait obtenu un point sur seulement 45,2 pour cent des buts inscrits sur son équipe lorsqu'il était sur la glace depuis le début de la saison, ce qui lui confère le 134e rang parmi les 138 attaquants de la ligue avec au moins 500 minutes de temps de glace. Il est inconcevable que Toews termine la campagne avec 40 points, il faut donc s'attendre à un retour en force de sa part.

En baisse : Artem Anisimov - Anisimov est présentement sur la liste des blessés, ce qui n'aide en rien sa production, mais même s'il était en santé, il faudrait s'attendre à une baisse de son rendement d'ici la fin de la saison. Il risque fortement de connaître la meilleure saison de sa carrière, lui qui n'a jamais amassé plus de 44 points, mais il ne maintiendra pas son rythme actuel de 70 points. Même une campagne de 60 serait surprenante. Je ne serais pas surpris de le voir conclure la saison avec environ 50 à 55 points, ajustez donc vos prévisions à la baisse pour la deuxième moitié de saison.

Colorado
En hausse : Matt Duchene - Duchene a récemment effectué un retour à sa position naturelle, soit au centre, et il maintient un rythme d'environ un point par match depuis le 6 décembre avec huit points (cinq buts, trois passes), dont quatre sur le jeu de puissance, en dixparties. De plus, il a enfin brisé la glace à domicile, lui qui n'avait pas trouvé le fond du filet devant ses partisans avant le 14 décembre contre les Flyers de Philadelphie après 10 buts inscrits sur les patinoires adverses.



En baisse : Tyson Barrie - Comme l'attaque de l'Avalanche est anémique, Barrie a toutes les difficultés au monde à amasser des mentions d'aide secondaires depuis la ligne bleue. À 2,03 buts marqués par match, le Colorado occupe le 30e et dernier rang de la ligue. Ce manque d'offensive combiné à des carences dans son territoire fait également en sorte que le différentiel de Barrie est pathétique depuis le début de la saison, soit moins-18, le pire de la LNH à l'exception du défenseur des Flames de Calgary TJ Brodie. Avant de récolter deux mentions d'aide à son dernier match avant la pause, Barrie avait été été blanchi à ses cinq matchs précédents et n'avait qu'une mention d'aide à ses huit derniers duels. Son dernier but remonte au 14 novembre, une disette de 15 rencontres.

Dallas
En hausse : Antti Niemi - Niemi semble s'être approprié le poste de gardien numéro un des Stars, lui qui a amorcé les quatre des cinq derniers matchs des siens. Il a décroché cet honneur, car ses statistiques sont bien supérieures à celle de son coéquipier Kari Lehtonen depuis plus d'un mois. En effet, depuis le 14 novembre, Niemi présente un dossier de 4-2-3, une moyenne de 2,28 et un pourcentage d'arrêts de ,926, comparativement à une fiche de 4-6-0, une moyenne de 2,57 et un taux d'efficacité de ,902 pour Lehtonen. S'il peut maintenir la cadence, et que l'attaque des Stars peut retrouver son aplomb, Niemi pourrait être l'un des gardiens les plus convoités en deuxième moitié de saison.

En baisse : Patrick Eaves - Eaves a profité du fait qu'il a évolué avec Jamie Benn ou Tyler Seguin, ou les deux, pour connaître un début de saison exceptionnel avec 15 points à ses 18 premières parties. Cependant, malgré le fait qu'il soit encore utilisé avec des compagnons de trio de premier plan ainsi que sur le jeu de puissance, Eaves a connu une baisse de rendement dramatique avec quatre points à ses 15 derniers matchs.

Edmonton
En hausse : Mark Letestu - Letestu n'a jamais obtenu plus de 13 buts ou 34 points en une saison depuis le début de sa carrière dans la LNH. C'est pourquoi sa récolte de sept buts et 17 points en 33 matchs jusqu'ici est déjà très intéressante dans son cas. Cependant, sa production a explosé depuis le début de mois de décembre, lui qui a récolté 11 points en 12 rencontres. Il a en effet été muté sur la première vague du jeu de puissance aux côtés de Connor McDavid, et il a répondu avec cinq points en avantage numérique. Cette utilisation vient compenser sa présence sur le quatrième trio à forces égales.

En baisse : Jordan Eberle - Au cours des cinq derniers matchs, les compagnons de trio les plus fréquents d'Eberle à forces égales ont été McDavid et Milan Lucic. Malgré cela, Eberle a été blanchi de la feuille de pointage, et il ne compte que six points à ses 14 dernières parties. Lorsqu'ils ont échangé Taylor Hall pendant la saison morte, les Oilers devaient espérer en obtenir plus de la part d'Eberle, qui se dirige vers la pire saison de sa carrière au chapitre de la moyenne de points par match.

Los Angeles
En hausse : Anze Kopitar - Plusieurs poolers s'inquiètent de la production de Kopitar jusqu'ici, lui qui a amassé 16 points en 29 rencontres. S'il est vrai que ces statistiques sont loin d'être impressionnantes, Kopitar nous a habitués à de lents débuts de saison avant d'exploser après quelques mois. Pas plus tard que l'an dernier, il avait récolté 13 points en 26 matchs en octobre et novembre, ce qui ne l'a pas empêché de conclure la campagne avec 74 points. Il a déjà commencé à redresser la barre avec sept points en 11 parties en décembre.

En baisse : Tanner Pearson - Pearson devait s'imposer comme un rouage important de l'attaque des Kings cette saison, lui qui avait déjà montré qu'il était capable de tenir son bout lorsqu'il évoluait sur le trio « That's 70s » avec Jeff Carter et Tyler Toffoli. Une saison de 20 buts et plus de 40 points représentait presque un minimum à atteindre. Après un départ très intéressant de six points en quatre parties, Pearson est plongé dans une profonde léthargie, avec seulement neuf points à ses 28 derniers matchs, dont quatre à ses 14 derniers. Il est ainsi en voie de ne pas égaler ses totaux de l'an passé.

Minnesota
En hausse : Eric Staal - Le vétéran joueur de centre semble être tombé dans la fontaine de jouvence depuis quelques semaines. Il a amassé au moins un point dans neuf de ses dix derniers matchs, séquence au cours de laquelle il a récolté douze points, dont trois en avantage numérique et un à court d'un homme. S'il continue à ce rythme, lui qui est d'ailleurs reconnu pour toujours connaître de bonnes deuxièmes moitiés de saison, Staal pourrait connaître sa meilleure campagne depuis 2011-12, alors qu'il avait obtenu 70 points.

En baisse : Zach Parise - Parise évolue sur la première vague du jeu de puissance et aux côtés de Staal sur le premier trio du Wild. Il n'a toutefois récolté que quatre points à ses neuf dernières parties. De plus, les blessures ont déjà commencé à se manifester, lui qui a raté neuf rencontres jusqu'ici cette saison. Le facteur blessure représente toujours un risque pour Parise, lui qui a surpassé les 70 matchs en une saison qu'une seule fois depuis son arrivée au Minnesota en 2012-13.

Nashville
En hausse : Viktor Arvidsson - Arvidsson connaît une belle éclosion à sa deuxième saison avec les Predators. Après avoir amassé 16 points en 56 parties l'an dernier, il a égalé cette production au cours de ses 20 dernières parties. Comme il n'est que le sixième attaquant le plus utilisé en avantage numérique, il a récolté plus de points en infériorité numérique (trois) que sur le jeu de puissance (un) au cours de cette séquence. Il a de plus décoché 69 tirs au cours de ces 20 parties, ce qui lui confère le huitième rang dans la LNH à ce chapitre. Son compagnon de trio le plus fréquent a été Ryan Johansen, mais il est utilisé à toutes les sauces par son entraîneur Peter Laviolette, sans toutefois ralentir la cadence.



En baisse : Filip Forsberg - Lorsque les Predators ont consenti à Forsberg un contrat de six ans d'une valeur annuelle moyenne de 6 millions $ au cours de la saison morte, ils s'attendaient à ce que l'attaquant de 22 ans poursuive sa progression, lui qui avait inscrit 26 et 33 buts à ses deux dernières campagnes. Difficile de dire si c'est la pression associée à son nouveau contrat qui l'étouffe, mais il n'a que cinq buts en 33 parties jusqu'ici, et trois points à ses 13 dernières. Il aura beaucoup de travail à faire s'il veut franchir le plateau des 60 points pour une troisième saison consécutive.

San Jose
En hausse : Joe Thornton - Bien que Thornton n'ait toujours pas déjoué un gardien cette année, ses deux buts ayant été inscrits dans un filet désert, et qu'il ne décoche pour ainsi dire pas de lancers vers le filet adverse, 34 en 34 parties, Thornton semble avoir retrouvé son rythme et recommencé à faire ce qu'il fait de mieux : mettre la table pour ses coéquipiers. Il a récolté un point par match depuis le début du mois de novembre, et quatre de ces mentions d'aide ont été amassées en avantage numérique.

En baisse : Mikkel Boedker - Boedker a été la plus grosse acquisition des Sharks au cours de la saison morte, et son arrivée devait permettre à San Jose de présenter une attaque plus équilibrée sur les trois premiers trios, recette qui avait bien fonctionné contre eux en Finale de la Coupe Stanley lorsqu'elle a été utilisée par les Penguins. Il représente plutôt l'une des plus grandes déceptions de la saison. Sa production est anémique (six points en 34 matchs), et il n'a pas marqué depuis le 1er novembre.

St. Louis
En hausse : Robby Fabbri - Après un début de saison difficile, Fabbri a retrouvé son rythme et connaît discrètement une séquence très intéressante. Fabbri compte huit points à ses neuf derniers matchs, 11 à ses 13 derniers, et 16 à ses 20 derniers. L'attaquant de 20 ans seulement a souvent été jumelé à Vladimir Tarasenko à forces égales, en plus d'être utilisé sur la première vague du jeu de puissance, ce qui lui a permis de récolter six points en avantage numérique jusqu'ici cette saison.

En baisse : David Perron - L'attaquant québécois connaît une saison en trois temps. Il a d'abord connu un très lent départ alors qu'il a été blanchi 13 fois à ses 15 premiers matchs. Il a ensuite connu une séquence de huit matchs consécutifs avec au moins un point, au cours de laquelle il a amassé 11 points, dont quatre en avantage numérique. C'est toutefois plus ardu pour Perron depuis la fin de cette séquence, lui qui a été limité à trois points à ses 13 dernières parties.

Vancouver
En hausse : Sven Baertschi - L'attaque des Canucks n'est plus l'ombre de ce qu'elle était au cours des belles années des frères Sedin. Ces derniers sont loin d'amasser un point par match comme ils avaient l'habitude de le faire, ce qui rend la production des deuxième et troisième trios encore plus importante. Baertschi est celui qui se démarque le plus récemment avec six points à ses six derniers matchs et 12 à ses 14 derniers, un sommet chez les Canucks au cours de cette période. Employé sur la deuxième vague du jeu de puissance, Baertschi a amassé deux points en avantage numérique depuis le début de sa séquence, mais qui sait si Vancouver ne le mutera pas sur la première vague, qui est toujours en quête de solutions (13,5 pour cent d'efficacité cette saison, 29e rang de la LNH).

En baisse : Loui Eriksson - Auteur de 30 buts la saison dernière avec les Bruins de Boston, Eriksson semblait destiné à s'aligner aux côtés de ses deux compatriotes, Henrik et Daniel Sedin, sur le premier trio des Canucks lorsqu'il a été embauché à titre de joueur autonome cet été. Non seulement Eriksson ne joue pas sur le premier trio, mais il fait passer son contrat de six ans d'une valeur de 36 millions $ comme l'une des plus grandes erreurs de la saison morte. Il n'a récolté que quatre mentions d'aide à ses 11 derniers matchs, et ses six buts cette saison ont été inscrits au cours d'une période de trois semaines. C'est la panne sèche depuis, aucun but à ses 12 dernières parties, lui qui avait entamé la saison sans trouver le fond du filet à ses 13 premières rencontres.

Winnipeg
En hausse : Bryan Little - L'attaque des Jets est vraiment unidimensionnelle, alors que cinq joueurs ont récolté 22 points ou plus, soit les cinq joueurs qui forment la première vague du jeu de puissance, puis aucun joueur n'a amassé plus de 10 points. C'est là que l'absence de Little s'est fait sentir pendant les premières semaines du calendrier. Elle a empêché les Jets de miser sur plus d'un trio menaçant à l'attaque. Il a obtenu neuf points en 11 parties en décembre, et il va venir prêter main-forte aux quatre meilleurs attaquants de l'équipe d'ici la fin de la campagne.



En baisse : Mathieu Perreault - Perreault a montré quelques signes de vie avec quatre points à ses cinq derniers matchs, mais il en faudra plus que ça pour faire oublier sa séquence d'un point en 15 rencontres qui a précédé cette courte euphorie. Ce qui est embêtant pour les poolers avec l'attaquant québécois, c'est qu'ils ne savent jamais si une séquence prometteuse offensivement ne sera pas brusquement interrompue par une blessure. Perreault a déjà raté 14 matchs cette saison, lui qui n'a disputé plus de 70 rencontres à une seule occasion au cours de sa carrière dans la LNH.

En voir plus