Skip to main content

Poolers : Qui va remplacer Lucic à Los Angeles?

Le départ du robuste attaquant va laisser un vide important sur les deux premiers trios des Kings

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

À sa seule saison avec les Kings de Los Angeles, Milan Lucic a fourni ce que l'on attendait de lui, soit une présence robuste autour du filet adverse, et il a conclu la campagne avec 55 points, 244 mises en échec et 79 minutes de punition. Son départ va créer un vide à l'attaque de Los Angeles, et il sera intéressant de voir comment l'entraîneur Darryl Sutter compte pallier l'absence de l'imposant attaquant. La seule embauche des Kings sur le marché des joueurs autonomes, Ted Purcell, ne présente pas du tout le même profil que Lucic. Les jeunes Tyler Toffoli et Tanner Pearson risquent de se voir confier plus de responsabilités, et Los Angeles espère que l'attaquant Marian Gaborik pourra rebondir après une saison difficile. Avec Anze Kopitar, Drew Doughty et Jonathan Quick, les Kings comptent néanmoins sur un noyau qui leur permettra de demeurer parmi les équipes de tête dans l'Association de l'Ouest.

Sous-évalué : Jake Muzzin - Après deux très solides saisons à la ligne bleue des Kings, Muzzin est de moins en moins sous-évalué, comme en fait foi sa sélection avec Équipe Canada en vue de la Coupe du monde de hockey 2016, mais il demeure dans l'ombre de Drew Doughty. Un des deux seuls défenseurs de la ligue avec 35 points, 135 lancers bloqués, 135 mises en échec, 160 tirs, 10 points en avantage numérique et 60 minutes de punition l'an dernier (l'autre étant Michael Stone des Coyotes de l'Arizona), Muzzin ne devrait pas ralentir cette saison. Il faut s'attendre à une autre récolte similaire en 2016-17, ce qui ferait de lui un top-15 à la ligne bleue dans les pools multicatégories.

30 en 30 Kings: Aperçu de la saison | Grands enjeux | Meilleurs espoirs

Surévalué : Dustin Brown - Difficile de croire que des poolers croient encore que Brown puisse rebondir après trois saisons de misère, ce qui a poussé l'équipe à lui retirer son titre de capitaine. Au cours des trois dernières campagnes, il n'a pu atteindre le plateau des 30 points, n'a pas obtenu plus de six points en avantage numérique, et son pourcentage de tirs le plus élevé s'est élevé à 7,7 pour cent. À moins que vous n'ayez besoin d'un spécialiste des mises en échec, lui qui figure toujours parmi les meneurs de la LNH chez les attaquants à ce chapitre, Brown est une option à oublier pour les poolers. Il n'existe plus aucun espoir de le voir rebondir.

Carte cachée : Brayden McNabb - Si l'on demandait à bien des amateurs de nommer le défenseur des Kings qui a été le principal partenaire de Drew Doughty à forces égales la saison dernière, combien d'entre eux répondraient correctement Brayden McNabb? Doughty a été utilisé pendant près de 1700 minutes à 5-contre-5 la saison dernière, et McNabb a été son partenaire pendant près de 1100 de ces minutes. L'ancien choix de troisième ronde des Sabres de Buffalo a prouvé qu'il possédait de bonnes aptitudes offensives dans la Ligue de hockey de l'Ouest et la Ligue américaine de hockey, lui qui a notamment récolté presque 0,65 point par match dans la LAH. Sa production offensive a été limitée en grande partie en raison de son absence de temps de glace en avantage numérique (0:17 par match). Si cela devait changer, il pourrait obtenir une trentaine de points, ce qui ferait de lui une belle carte cachée dans les pools multicatégories, avec sa contribution dans les minutes de punition (92 minutes l'an dernier), les mises en échec (206) et les lancers bloqués (95).

Prêt à rebondir : Marian Gaborik - À 34 ans, l'époque où Marian Gaborik amassait 70 points ou plus par saison est bel et bien révolue, et il serait bien surprenant de le voir disputer une saison complète de 82 parties, ce qu'il n'est parvenu à accomplir qu'une seule fois au cours de sa carrière. Cependant, la récolte de 22 points en 54 rencontres qu'il a affichée l'an dernier demeure bien en deçà de ce qu'il peut accomplir. Depuis son arrivée avec les Kings, il avait amassé 32 buts et 63 points en 88 matchs avant la dernière campagne. Son entente encore valide pour cinq saisons à un salaire annuel moyen de 4,875 millions $ garantit qu'il se retrouvera sur l'un des deux premiers trios des Kings, vraisemblablement aux côtés de Kopitar. Une récolte de deux points tous les trois matchs est réaliste, donc environ 40 à 45 points s'il dispute 60 rencontres.

Espoir à surveiller : Michael Mersch - Les Kings forment une équipe de vétérans, et les postes à pourvoir sont rares, voire inexistants. Advenant une blessure à long terme à un attaquant de l'équipe, Mersch pourrait recevoir un coup de fil. Entre le début de la saison régulière 2014-15 et la fin de la saison régulière 2015-16 dans la LAH, Mersch a inscrit 59 buts en 148 matchs, séries éliminatoires incluses, et il a décoché plus de quatre lancers par rencontre la saison dernière avec le Reign d'Ontario. Il a effectué un premier séjour dans la LNH la saison dernière, alors qu'il a amassé un but et deux passes en 17 matchs. Mersch possède le gabarit requis (6 pieds 2 pouces, 218 livres) pour jouer sous les ordres de Sutter, un entraîneur qui affectionne particulièrement les attaquants imposants capables d'afficher de la robustesse.

Situation des gardiens : Jonathan Quick a amorcé plus de matchs que quiconque depuis le début de la saison 2009-10, et il sera encore devant le filet des Kings pendant environ 70 rencontres. Les Kings demeurent une équipe redoutable qui excelle au chapitre de la possession de rondelle, ce qui va encore une fois permettre à Quick de voir son nom parmi les meneurs de la ligue au chapitre des victoires, de la moyenne de buts alloués et des blanchissages, et ce, malgré un pourcentage d'arrêts dans la moyenne de la ligue. Son adjoint cette saison sera Jeff Zatkoff, qui occupait ce rôle avec les Penguins de Pittsburgh l'an dernier. Ce dernier sera chanceux s'il foule la glace 15 fois en 2016-17 et ne sera pas utile pour les poolers. Quick a été finaliste au trophée Vézina la saison dernière, et il ne serait pas étonnant que son nom se retrouve à nouveau dans les discussions entourant ce trophée cette année.

 

En voir plus