Skip to main content

Poolers: Les Panthers ne seront plus pris à la légère

Après avoir remporté le titre de la section Atlantique l'an dernier, les Panthers sont à prendre au sérieux

par Sebastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Après une longue période de futilité où l'équipe a raté les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 15 fois en 17 ans, au cours de laquelle seulement quatre de leurs joueurs sont parvenus à amasser 70 points ou plus, les Panthers de la Floride présentent une nouvelle mouture de jeunes joueurs prometteurs, et semblent être prêts à passer à la prochaine étape après avoir remporté le titre de la section Atlantique la saison dernière. Menés par l'éternel Jaromir Jagr et les deux jeunes futures vedettes qui lui servent de compagnons de trio, Aleksander Barkov et Jonathan Huberdeau, les Panthers misent aussi sur le gagnant du trophée Calder en 2014-15 Aaron Ekblad, qui sera le pilier d'une brigade défensive revampée.

30 en 30 Panthers: Aperçu de la saison | Grands enjeux | Meilleurs espoirs

Sous-évalué : Jussi Jokinen - Bien qu'il avance en âge, lui qui aura 34 ans au cours de la prochaine campagne, Jokinen a amassé plus de 55 points pour la deuxième fois en trois saisons. S'il n'a pas atteint ce plateau en 2014-15, c'est surtout en raison de son pourcentage de tirs anémique de 6,0 pour cent, moins de la moitié de sa moyenne en carrière. Avec une récolte de 33 points à ses 34 derniers matchs, Jokinen a montré qu'il ne manquait pas d'essence dans le réservoir malgré son âge. La chimie qui s'est installée entre lui, Vincent Trocheck et Reilly Smith pourrait les aider à dupliquer leurs statistiques cette saison.

 

Surévalué : Jason Demers - Demers est reconnu pour ses bonnes statistiques en possession de rondelle, et il rendra assurément de précieux services aux Panthers… mais celui qui est le deuxième plus haut salarié de l'équipe à la ligne bleue (il glissera au troisième rang quand la prolongation de contrat d'Ekblad entrera en vigueur la saison prochaine) n'apportera pas grand-chose aux poolers. Il n'a amassé plus de 25 points qu'une fois au cours de sa carrière, et apporte une contribution presque nulle dans les colonnes des tirs, des mises en échec et des lancers bloqués.

 

Carte cachée : Vincent Trocheck - Trocheck a vu sa saison régulière prendre fin le 29 mars dernier lorsqu'il a subi une fracture de la cheville en bloquant un tir contre les Maple Leafs de Toronto, alors qu'il connaissait une séquence incroyable. À ses 28 matchs précédents, Trocheck avait récolté 13 buts et 29 points, dont cinq sur le jeu de puissance, en plus de décocher tout près de trois lancers au filet par rencontre. Il a réussi tout cela alors que son trio était celui qui était délégué par son entraîneur Gerard Gallant contre les meilleurs éléments adverses. Ses deux compagnons de trio réguliers de la saison dernière, Jokinen et Smith, sont de retour avec l'équipe, alors ces trois compères espèrent reprendre là où ils ont laissé lorsque Trocheck s'est blessé.

 

Prêt à rebondir : Nick Bjugstad - Centre au physique imposant (6 pieds 6 pouces, 218 livres) sélectionné en première ronde (19e au total) par les Panthers en 2010, Bjugstad a inscrit au moins 21 buts à ses deux dernières saisons à l'Université du Minnesota avant de faire le saut chez les Panthers sans passer par la LAH. Il a atteint le plateau des 20 buts à sa deuxième saison (24 buts et 43 points en 72 matchs en 2014-15), avant d'être ennuyé par des problèmes de migraines cette saison qui l'ont contraint à rater tout le mois de décembre. Après avoir peiné à son retour au jeu, il a conclu la campagne avec 21 points à ses 35 dernières parties, dont 11 à ses 15 dernières rencontres. Il est régulièrement employé en avantage numérique, et il représente une carte cachée pour atteindre le plateau des 30 buts et des 250 tirs.

 

Espoir à surveiller : Michael Matheson - Quatre des six membres qui formaient la brigade défensive des Panthers l'an dernier ne sont pas de retour avec l'équipe cette année, et l'une des raisons qui expliquent pourquoi les Panthers ont laissé partir Brian Campbell, Dmitry Kulikov, Erik Gudbranson et Willie Mitchell est l'émergence de Matheson. Après trois saisons à Boston College, Matheson a bien fait à sa première campagne dans la LAH, suffisamment pour disputer trois matchs de saison régulière avec les Panthers ainsi que cinq matchs des séries éliminatoires. Il a également impressionné les dirigeants de Hockey Canada, puisqu'il a été invité à participer au Championnat du monde de la FIHG, où il a tiré son épingle du jeu avec deux buts et quatre passes en 10 matchs, en plus de terminer au troisième rang parmi tous les joueurs du tournoi avec un différentiel de plus-11. Il ne serait pas surprenant de voir Matheson atteindre le plateau des 30 points à sa première saison complète dans la LNH.

 

Situation des gardiens : Les Panthers ont accordé à James Reimer, âgé de 28 ans, une entente de cinq ans au cours de la saison morte. Quand ce contrat sera échu, il restera toutefois encore une saison à celui de Roberto Luongo, qui est âgé de 37 ans. La cohabitation des deux gardiens au cours de la prochaine saison et celles qui vont suivre risque d'être intéressante à analyser. Luongo est le gardien numéro un à l'heure actuelle, mais il a subi une opération à la hanche au cours de la saison morte, et il pourrait être absent jusqu'au mois de novembre, ce qui donnerait à Reimer la chance de s'imposer tôt dans la saison. La présence de Reimer signifie assurément que l'organisation souhaite accorder plus de repos à Luongo, qui ne rajeunit pas, et l'ancien des Maple Leafs a déjà montré par le passé qu'il était capable de faire le travail lorsqu'on lui confiait le filet pendant une longue série de matchs. Luongo demeure un gardien de premier plan, lui qui a terminé parmi les cinq premiers l'an dernier au chapitre des victoires (35), et parmi les dix premiers pour le pourcentage d'arrêts (,922). Les Panthers vont se tourner vers Luongo lorsque ce dernier sera en santé, mais ont assuré leurs arrières avec un second de premier plan, qui pourrait sans problème jouer le rôle de numéro un pendant de courtes, ou moins courtes, périodes.

En voir plus