Skip to main content

Poolers : Les jeunes prêts à prendre le relais en Arizona

Les Coyotes ont ajouté des éléments importants, mais ce sont encore les jeunes qui demeurent la clé pour les poolers

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

La reconstruction se poursuit dans le désert de l'Arizona, mais les choses commencent à s'accélérer un peu, comme en fait foi l'acquisition des vétérans Derek Stepan et Niklas Hjalmarsson. Malgré l'arrivée de ces quelques vétérans, ce sont encore les jeunes joueurs qui représentent la principale ressource de cette équipe pour les poolers, et il n'est donc pas surprenant de les voir occuper une place importante dans l'analyse des Coyotes. Reste à voir comment le nouvel entraîneur Rick Tocchet pourra faire progresser cette bande de jeunes surdoués.

Voici un survol des Coyotes pour les poolers :

Sous-évalué : Alex Goligoski - À sa première saison en Arizona, Goligoski a connu un départ timide avant de trouver ses aises en deuxième moitié de saison. Il a en effet été le deuxième meilleur pointeur des Coyotes à partir du 15 janvier, ses 23 points n'étant devancés que par Radim Vrbata (28 points). Une amélioration générale de l'attaque devant lui devrait lui permettre de maintenir un rythme similaire, et les poolers qui évoluent dans les ligues multicatégories vont apprécier sa contribution dans les colonnes des mises en échec et des tirs bloqués. Il pourrait être l'un des rares arrières de la LNH à cumuler 40 points ainsi qu'au moins 120 tirs bloqués et 120 mises en échec.

Surévalué : Anthony Duclair - À son arrivée avec les Coyotes en 2015-16, Duclair a fait écarquiller bien des yeux avec une récolte de 20 buts et 44 points. Les attentes étaient donc élevées à son endroit la saison dernière, mais Duclair a déçu plusieurs poolers avec une modeste production de cinq buts et 15 points en 58 matchs, lui qui a passé un certain dans la LAH. Il faut souligner qu'au cours de sa fructueuse saison 2015-16, il a marqué sur 19,0 pour cent de ses tirs, un rythme insoutenable. Il avait également amassé 12 de ses points sur le jeu de puissance, mais il ne devrait pas avoir la chance d'obtenir un temps de glace optimal en supériorité numérique cette saison puisqu'il a été dépassé dans la hiérarchie des attaquants par plusieurs jeunes prometteurs. Il ne faut pas compter sur une saison de plus de 30 points dans le cas du « Duke ».

31 en 31 Coyotes : Aperçu de la saison | Grands enjeux | Meilleurs espoirs 

Carte cachée : Christian Dvorak - Avec la panoplie de jeunes joueurs de premier plan qui débarquent avec les Coyotes, le nom de Dvorak passe un peu sous le radar. Il est toutefois parvenu à se tailler un poste avec l'Arizona dès sa première saison dans les rangs professionnels, après avoir complètement dominé la Ligue de hockey de l'Ontario au cours des deux campagnes précédentes. Il a terminé au sixième rang des pointeurs des Coyotes, mais il a récolté 11 de ses 15 buts et 21 de ses 33 points en deuxième moitié de saison, ce qui laisse présager de belles choses pour sa deuxième saison dans la LNH, alors que l'attaquant de 21 ans pourrait, s'il est utilisé convenablement par Tocchet, atteindre le plateau des 50 points. 

Prêt à rebondir : Oliver Ekman-Larsson - Les poolers peuvent considérer la saison 2016-17 du défenseur suédois comme une anomalie, une erreur de parcours qui ne se reproduira pas. Avec une récolte de 12 buts et 39 points, ses plus faibles totaux depuis la saison écourtée de 2012-13, Ekman-Larsson a énormément déçu ceux qui l'avaient sélectionné comme premier défenseur de leur formation. Sa baisse de production s'explique en grande partie par la faiblesse de l'attaque de l'Arizona, mais aussi par la chute vertigineuse de son nombre de lancers, qui est passé de 264 en 2014-15, à 228 en 2015-16 puis à 145 en 2016-17. L'arrivée de son compatriote Hjalmarsson lui permettra de se concentrer davantage sur l'attaque, et les Coyotes vont marquer plus que 191 en 2017-18. Tout cela permettra à « OEL » de surpasser à nouveau le cap des 50 points, et de redevenir une option de premier plan à la ligne bleue pour les poolers.

Espoir à surveiller : Clayton Keller - Le frêle attaquant de 5 pieds 10 pouces et 168 livres sélectionné au septième rang au total du repêchage 2016 de la LNH n'aura fait que passer dans la NCAA, lui qui a fait le saut chez les professionnels après une seule saison à l'Université de Boston, où il a récolté 45 points en 31 matchs, ce qui lui a valu le titre de recrue de l'année dans les rangs universitaires américains. Il a également brillé au Championnat mondial junior en amassant 11 points en sept parties, aidant les États-Unis à remporter la médaille d'or. Il a terminé la dernière campagne dans la LNH avec les Coyotes, alors qu'il a obtenu deux points en trois parties. Il n'est pas hors de question que Keller maintienne ce rythme de deux points tous les trois matchs à sa première saison complète en Arizona, soit un rythme de 55 points, lui qui est le futur leader de cette attaque qui s'annonce prometteuse.

Situation des gardiens : Après avoir échangé leur gardien numéro un des dernières saisons, Mike Smith, aux Flames de Calgary, les Coyotes ont mis la main sur Antti Raanta et ont décidé de lui donner la chance de se faire valoir à titre de gardien numéro un dans la LNH. Raanta a été l'un des meilleurs gardiens auxiliaires au cours des dernières saisons avec les Rangers de New York et les Blackhawks de Chicago, lui qui a occupé le troisième rang de la ligue au chapitre de la moyenne de buts alloués et du pourcentage d'arrêts depuis 2014-15 parmi les gardiens ayant disputé au moins 50 parties. Il n'a toutefois jamais pris part à plus de 30 matchs en une saison, et malgré leur trajectoire ascendante, les Coyotes sont encore loin d'être aussi solides que le sont les Blackhawks et les Rangers, surtout défensivement. Il ne faut donc pas s'attendre à ce que Raanta affiche des statistiques aussi étincelantes, mais il n'aura aucun mal à établir un nouveau sommet en carrière pour les victoires, lui dont la meilleure marque est de 16 gains l'an dernier. Les Coyotes semblent bien déterminés à donner une vraie chance à Raanta, puisqu'au moment d'écrire ces lignes, le seul autre gardien de l'organisation avec de l'expérience de la LNH à être sous contrat est Louis Domingue, et ce dernier ne semble pas être dans les plans de l'organisation, lui qui n'a pas été protégé au repêchage d'expansion de la LNH.

En voir plus