Skip to main content

Poolers : Les Blue Jackets pourront-ils relancer leur jeu de puissance?

Le jeu de puissance de Columbus a terrorisé la LNH en début de campagne, ce qui a permis à plusieurs joueurs de connaître leur meilleure saison en carrière

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Blue Jackets de Columbus:

Les Blue Jackets de Columbus ont connu la meilleure saison de l'histoire de l'organisation en 2016-17, et leur attaque a terminé au sixième rang de la ligue avec 247 buts marqués, en grande partie en raison de leur impressionnant jeu de puissance en début de saison. Des joueurs comme Cam Atkinson, Alexander Wennberg et Sam Gagner en ont profité pour connaître leur meilleure saison en carrière. Il faut toutefois souligner l'effondrement de l'attaque massive de Columbus à partir du Jour de l'an, alors qu'il est passé du premier rang de la ligue avec un rendement de 27,5 pour cent au 29e rang avec une efficacité de 12,8 pour cent. Sans surprise, le rendement de presque tous les joueurs, surtout ceux qui constituaient la première vague du jeu de puissance, a flanché en deuxième moitié de saison, ce qui peut semer le doute dans la tête des poolers. La question est donc de savoir quelle est la véritable identité de cet avantage numérique, et si Columbus sera en mesure de renouer avec le succès dans cette phase du jeu. C'est peut-être ce qui a motivé l'acquisition de l'attaquant Artemi Panarin, qui a brillé dans ce rôle avec les Blackhawks de Chicago. Les Blue Jackets se croisent également les doigts que la sensationnelle recrue Zach Werenski ne subisse pas la guigne de la deuxième année, ce qui semble peu probable dans son cas.

Survol des Blue Jackets pour les poolers

Sous-évalué : Seth Jones - Il est peut-être tiré par les cheveux d'inscrire le nom de Jones dans cette catégorie, puisqu'il se pointe déjà le nez parmi le groupe de défenseurs qui appartiennent à l'élite de la ligue. Imposant et doté d'un bon coup de patin, Jones a formé une excellente première paire de défenseurs avec Werenski. La différence de production entre les deux s'explique par le fait que Jones était confiné à la deuxième vague du jeu de puissance, ce qui l'a limité à sept points avec l'avantage d'un homme. Six de ces points ont toutefois été obtenus en deuxième moitié de saison, et si l'entraîneur John Tortorella devait décider d'employer deux arrières sur la première vague, il pourrait exploser offensivement et franchir le plateau des 50 points. 

Surévalué : Brandon Dubinsky - Dubinsky est le genre de joueur qu'affectionne Tortorella, mais dans son cas, il ne s'agit pas nécessairement d'une bonne nouvelle pour les poolers. En effet, Dubinsky se fait confier principalement le mandat de neutraliser les meilleurs attaquants adverses et amorce la majorité de ses présences dans son territoire. Il a de plus été évincé de la première vague du jeu de puissance et a dû se contenter de 1:25 par match en avantage numérique, ce qui a contribué à faire chuter son rendement. Après avoir récolté environ deux points tous les trois matchs de manière constante pendant quatre saisons, il a tout juste récolté un demi-point par match l'an dernier. Comme il n'est pas un joueur qui tire souvent et qu'il est maintenant âgé de 31 ans, les chances de le voir rebondir offensivement sont minces. Il demeure un joueur de soutien utile dans les ligues multicatégories, mais les poolers doivent revoir leurs attentes quant à sa production.

Carte cachée : Josh Anderson - Le nom d'Anderson ne résonne pas énormément auprès des poolers pour l'instant, mais ce dernier a représenté une belle surprise la saison dernière avec une récolte de 17 buts. Il a également fourni un apport considérable sur le plan de la robustesse avec 147 mises en échec et 89 minutes de punition. Il ne deviendra jamais une vedette offensive, mais il pourrait progresser encore quelque peu et devenir un joueur de 20 buts et 40 points capable d'aider les poolers dans d'autres catégories. Une option beaucoup plus intéressante qu'un redresseur de torts unidimensionnel pour obtenir des minutes de punition.

31 en 31 Blue Jackets: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Prêt à rebondir : Boone Jenner - J'avais de grandes attentes envers Jenner la saison dernière en raison des statistiques qu'il avait affichées en 2015-16, mais il a connu une importante baisse de régime en attaque. Après avoir été l'un des deux seuls joueurs de la LNH avec Alex Ovechkin à récolter 30 buts, 200 mises en échec, 200 tirs et 50 minutes de punition, il a été limité à 18 buts et 34 points l'an dernier. Il a toutefois de nouveau atteint le plateau des 200 tirs (211), des 200 mises en échec (216) et des 50 minutes de punition (52), et son pourcentage de tirs de 8,5 pour cent se trouve bien en deçà de sa moyenne en carrière (11,3 pour cent). S'il pouvait simplement être utilisé un peu plus souvent en avantage numérique, il pourrait redevenir la bête qu'il a été dans les ligues multicatégories.

Espoir à surveiller : Oliver Bjorkstrand - Bjorkstrand a démontré au cours de ses deux dernières saisons dans la WHL qu'il était capable de s'imposer offensivement avec une récolte de 227 points en 128 matchs. Il a ensuite connu une première saison assez réussie dans les rangs professionnels, étant notamment nommé joueur par excellence des séries éliminatoires de la LAH après avoir aidé Cleveland à remporter la Coupe Calder. Bien des observateurs s'attendaient à ce qu'il passe la dernière saison dans la LNH, mais il a été renvoyé dans la LAH à deux reprises avant de terminer la campagne à Columbus. Son dernier passage a toutefois été plus convaincant alors qu'il a récolté 12 points en 21 matchs en plus d'être utilisé sur le jeu de puissance. Bjorkstrand devrait évoluer sur l'un des trois premiers trios des Blue Jackets dès le match d'ouverture, et il pourrait être l'une des belles surprises de la saison dans la LNH.

Situation des gardiens : Sergei Bobrobsky a affiché sa forme des beaux jours en saison régulière l'an dernier, ce qui lui a permis de mettre la main sur le trophée Vézina pour la deuxième fois de sa carrière. Il a notamment terminé au premier rang de la ligue au chapitre de la moyenne de buts alloués (2,06) et du pourcentage d'arrêts (,931). Il s'est toutefois effondré en séries avec une moyenne de 3,88 et un pourcentage d'arrêts de ,882 alors que les Blue Jackets ont été éliminés en cinq matchs par les Penguins de Pittsburgh. Columbus a connu une saison très au-dessus des attentes l'an dernier, en grande partie grâce à Bobrovsky, mais il n'est pas exclu que l'équipe régresse un brin en 2017-18, surtout parce qu'elle évolue dans la très compétitive section Métropolitaine, ce qui aura une incidence sur les statistiques de Bobrovsky. Ce dernier représente également toujours un risque au chapitre des blessures, et les poolers qui décident de sélectionner Bobrovsky devraient tenter d'ajouter Joonas Korpisalo à leur banc. Korpisalo est désormais le gardien numéro deux à Columbus avec le départ d'Anton Forsberg dans la transaction impliquant Panarin.

En voir plus