Skip to main content

Poolers : Joueurs à cibler et à éviter dans la section Métropolitaine

Bratt, Anderson et Nelson pourraient voler au secours des poolers en 2019

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

L'arrivée du temps des Fêtes signifie que la mi-saison approche dans la LNH. C'est le bon moment pour les poolers d'évaluer leur formation et d'apporter les changements nécessaires afin de terminer la saison en beauté. Pour les aider, l'équipe des poolers de LNH.com a préparé une liste de joueurs à cibler et à éviter d'ici la fin de la campagne pour les équipes des différentes sections de la ligue.

Aujourd'hui, les équipes de la section Métropolitaine:

À LIRE : Joueurs à éviter dans la section Atlantique | POOLERS : Carter et Kuemper en baisse

HURRICANES DE LA CAROLINE

À cibler : Andrei Svechnikov (A)
L'attaquant de 18 ans a traversé un passage à vide avec seulement un filet en 11 parties du 13 octobre au 6 novembre. Svechnikov vient toutefois de se remettre en marche et a amassé six points (quatre buts, deux mentions d'aide) à ses huit plus récentes sorties. Depuis peu, il est employé sur la première vague du jeu de puissance.

À éviter : Dougie Hamilton (D)
Rien ne fonctionne pour Hamilton, qui n'a que 10 points (trois buts, sept passes) en 35 parties. Comme d'habitude, il décoche beaucoup de tirs (113), mais il ne parvient pas à marquer des buts et affiche un différentiel de moins-13. Il ne s'avère pas le quart-arrière des Hurricanes, comme plusieurs l'avaient prévu, et il est confiné à un rôle de second violon derrière Justin Faulk dans toutes les situations.

 
DEVILS DU NEW JERSEY

À cibler : Jesper Bratt (A)
Son début de saison a été retardé de 13 matchs en raison d'une blessure, mais Bratt a été efficace pour les Devils avec une récolte de 13 points (deux buts, 11 passes) en 21 matchs. Depuis le 1er décembre, il a obtenu six mentions d'aide, dont trois ont été obtenues sur le jeu de puissance, en dix matchs. Les Devils ont désespérément besoin d'attaque, et il n'y a aucun doute qu'ils feront appel à Bratt.

À éviter : Blake Coleman (A)
Ne vous laissez pas berner par les 17 points (neuf buts, huit passes) de Coleman en 35 matchs. Il est un joueur de séquences, comme en témoignent ses deux points au cours des 11 derniers matchs et il est surtout employé pour des missions défensives, n'évoluant pratiquement jamais en avantage numérique.

 
RANGERS DE NEW YORK

À cibler : Mats Zuccarello (A)
La blessure à l'aine qui lui a fait rater 13 matchs a refroidi certains poolers, mais Zuccarello a tout de même amassé 12 points (trois buts, neuf passes) en 22 matchs. Il a obtenu deux mentions d'aide en quatre parties depuis son retour, le 14 décembre, et pourrait continuer d'engranger les points, car il est un régulier de la première vague du jeu de puissance de New York, qui fait bien depuis le 1er décembre avec un rendement de 20,8 pour cent.

À éviter : Vladislav Namestnikov (A)
Namestnikov a amassé 14 points (quatre buts, 10 passes) en 31 matchs, mais il est très inconstant et connaît souvent de longs passages à vide. Il est seulement le 17e joueur le plus utilisé à New York (14:30) et joue très peu sur le jeu de puissance (0:55).

 
PENGUINS DE PITTSBURGH

À cibler : Bryan Rust (A)
La plupart des joueurs qui jouent avec Sidney Crosby vont amasser leur part de points. Parlez-en à Rust, qui vient d'amasser onze points, dont huit buts, en sept matchs depuis qu'il a été muté aux côtés de Crosby et de Jake Guentzel. Évidemment, il ne conservera pas un tel rythme, mais il demeure un pari intéressant pour les poolers tant qu'il restera sur le trio du capitaine.

À éviter : Patric Hornqvist (A)
Hornqvist fonctionne par séquences. Il a été blanchi de la feuille de pointage 11 fois lors des 14 premiers matchs de la saison, avant d'amasser 13 points (huit buts, cinq passes) en 11 matchs et de se blesser au haut du corps pour six matchs. Il peut passer du temps sur le premier trio et ensuite être confiné à la troisième ligne pour quelques matchs, et sa production dépend justement trop de ses compagnons de trio. Il faut aussi se rendre à l'évidence : il est de plus en plus miné par les blessures.

 
BLUE JACKETS DE COLUMBUS

À cibler : Josh Anderson (A)
L'attaquant de 24 ans a déjà 13 buts au compteur, deuxième à ce chapitre chez les Blue Jackets. Anderson est régulièrement employé sur la deuxième vague du jeu de puissance et les poolers qui participent à des ligues multicatégories seront ravis d'apprendre qu'il vient au premier rang de Columbus au chapitre du différentiel (plus-16) et des mises en échec (87) et qu'il est deuxième avec 97 tirs et troisième avec 27 minutes de pénalité. 

À éviter : Anthony Duclair (A)
Le Québécois a connu un début de saison appréciable avec 12 points (huit buts, quatre passes) à ses 19 premiers matchs, mais il vient d'être blanchi à ses 11 plus récentes sorties. Au cours de cette séquence, il est l'un des joueurs les moins utilisés de Columbus (12:01). Il a notamment joué moins de 12 minutes à six reprises.

 
ISLANDERS DE NEW YORK

À cibler : Brock Nelson (A)
Promu au centre du deuxième trio avec le départ de John Tavares, Nelson fait amende honorable. Non seulement est-il le deuxième meilleur buteur des Islanders (12), un filet derrière Anders Lee, mais il est aussi le deuxième attaquant le plus utilisé (17:55). Avec 23 points en 34 matchs, il ne devrait pas avoir de difficultés à flirter avec son sommet en carrière de 45 points (2016-17). Son différentiel de plus-12 est le meilleur à New York, et ses 73 tirs constituent le cinquième plus haut total chez les Islanders.

À éviter : Nick Leddy (D)
Leddy se dirige vers l'une de ses pires saisons en carrière. Même s'il est le deuxième joueur le plus utilisé, toutes situations confondues (22:04), et sur le jeu de puissance, il n'a amassé que 10 points (un but, neuf aides) en 36 rencontres. Six de ses points ont été obtenus avec l'avantage d'un homme, mais l'attaque à cinq des Islanders en arrache (15,7 pour cent). Si la situation demeure ainsi, il y a fort à parier qu'il n'y aura pas de revirement de situation dans son cas.

 
FLYERS DE PHILADELPHIE

À cibler : Travis Konecny (A)
La raison pour laquelle il faut miser sur Konecny, c'est qu'il passe la majeure partie de son temps sur la glace avec l'excellent Claude Giroux. D'ailleurs, 14 des 21 points de Konecny ont été obtenus avec l'aide du capitaine des Flyers. L'attaquant de 21 ans a également décoché 84 tirs au but, cinquième à ce chapitre à Philadelphie.

À éviter : James van Riemsdyk (A)
Van Riemsdyk est confiné au troisième trio de Philadelphie à forces égales et il n'évolue pas avec les gros canons des Flyers sur la première vague du jeu de puissance, qui occupe de toute façon l'avant-dernier rang de la LNH (13,3 pour cent). Ça fait en sorte qu'il n'a que 11 points (cinq buts, six passes) en 19 sorties. Ses problèmes s'expliquent peut-être aussi par le fait qu'il dirige en moyenne 2,16 tirs au but par match, ce qui est bien en deçà de sa moyenne en carrière de 2,85.

 
CAPITALS DE WASHINGTON

À cibler : Jakub Vrana (A)
Vrana affiche une récolte honnête de 20 points (11 buts, neuf passes) en 35 matchs et mine de rien, ses 11 buts le placent au deuxième rang à ce chapitre chez les Capitals. Même s'il passe seulement 1:11 en moyenne par match sur le jeu de puissance, il évolue généralement aux côtés d'Evgeny Kuznetsov à forces égales, ce qui n'est jamais une mauvaise chose pour glaner quelques points. Son différentiel de plus-13 (cinquième chez les Capitals) et ses 70 tirs (quatrième) ne sont pas à négliger dans les pools multicatégories.

À éviter : Matt Niskanen (D)
À Washington, les situations offensives sont l'affaire d'un seul homme : John Carlson. Certes, Niskanen possède une touche offensive indéniable, mais il a rarement l'occasion de le démontrer, car il est surtout utilisé pour des missions défensives. L'arrière de 32 ans est d'ailleurs le joueur qui prend le plus de mises en jeu en zone défensive à Washington (192). Il est également l'un des six joueurs de Washington à ne pas présenter un différentiel positif.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.