Skip to main content

Poolers : gagnants et perdants

Certains joueurs ont vu leur valeur augmenter depuis le début de la saison morte, alors que d'autres ont vu leur cote diminuer

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

L'action n'a pas manqué au cours des premières journées du marché des joueurs autonomes, ainsi que pendant la semaine qui s'est amorcée avec le repêchage de la LNH. Plusieurs équipes ont bougé, et la perspective du repêchage d'expansion a semblé stimuler le marché des transactions.

 

Maintenant que la poussière retombe, il convient de déterminer (de manière très hâtive) quels joueurs sont les gagnants et les perdants depuis le début de la saison morte.

Gagnants

 

Alexander Radulov / Tomas Plekanec

Difficile de trouver un joueur dont la valeur a davantage augmenté aux yeux des poolers que Radulov, puisque jusqu'à vendredi, il n'avait aucune valeur. Il revient maintenant dans la LNH, et il serait possible d'avancer qu'il s'agit du joueur le plus talentueux à avoir signé un contrat depuis l'ouverture du marché des joueurs autonomes. Il va évoluer sur l'un des deux premiers trios des Canadiens et profitera de beaucoup de temps de glace en avantage numérique. Il sera également motivé par le fait que son entente n'est que d'un an, et qu'il devra montrer ce dont il est capable s'il veut demeurer dans la LNH l'an prochain. Une production de 65 à 70 points est envisageable dans son cas. 

Si l'arrivée de Radulov vient améliorer l'attaque du CH, elle ne peut également que faire plaisir à l'attaquant qui compte le plus d'ancienneté avec l'équipe, Tomas Plekanec. Cela fait plusieurs années que ce dernier voit défiler un nombre incalculable d'ailiers à ses côtés. L'an dernier, Alexander Semin devait être une solution, mais cette expérience a échoué lamentablement. S'il n'évolue pas avec Radulov, Plekanec héritera de la bougie d'allumage Brendan Gallagher, ce qui représente un excellent prix de consolation. Ne soyez pas surpris de voir Plekanec atteindre à nouveau les plateaux des 20 buts et 60 points cette saison.

 

Milan Lucic

J'ai dit dans ma chronique de la semaine dernière que Lucic avait atteint son plafond sur le plan de la production, à moins qu'il n'aboutisse avec les Oilers d'Edmonton… Voilà qui est maintenant fait. Lucic était une valeur sûre pour 20-25 buts et 50-55 points, peu importe sa destination. Mais voilà qu'il va patiner aux côtés du prodige Connor McDavid. Il a d'ailleurs précisé qu'il s'agissait du principal facteur qui avait motivé sa décision. Si Sidney Crosby est parvenu à faire de Pascal Dupuis un marqueur de 25 buts et 60 points, McDavid serait bien capable de permettre à Lucic de renouer avec le plateau des 30 buts en plus d'établir un nouveau sommet pour les points, alors que l'imposant attaquant de puissance n'a jamais obtenu plus de 62 points. Parions aussi que son total de minutes de punition dépassera à nouveau la barre des 100 minutes, alors qu'il pourrait considérer comme son devoir de protéger son jeune joueur de centre.

 

Jonathan Drouin

Lorsqu'il a été repêché au troisième rang du repêchage 2012 de la LNH, la perspective de voir Drouin alimenter un jour Steven Stamkos de manière régulière au sein d'un même trio était très alléchante. Avec la saison rocambolesque de Drouin, la blessure de Stamkos et la possibilité de voir ce dernier quitter l'équipe à titre de joueur autonome, cette perspective semblait pour le moins incertaine il y a de cela quelques semaines à peine. Drouin est toutefois revenu dans le giron du Lightning, et a montré en séries éliminatoires de la Coupe Stanley qu'il était prêt à assumer de plus grandes responsabilités offensives. Stamkos est revenu au jeu pour le dernier match des séries, prouvant qu'il était bel et bien remis de son épisode de caillot sanguin, et il a accepté moins d'argent pour demeurer sous le soleil de Tampa Bay pour huit années de plus. Avec Stamkos à ses côtés autant à forces égales qu'en avantage numérique, il n'est pas impossible pour Drouin de connaître une saison comparable à celle qu'a connu Artemi Panarin avec les Blackhawks de Chicago en 2015-16.

 

Richard Panik / Ryan Hartman

Depuis leur élimination en première ronde des séries éliminatoires contre les Blues de St. Louis, les Blackhawks ont dû échanger les attaquants Bryan Bickell, Teuvo Teravainen et Andrew Shaw, en plus de voir Andrew Ladd profiter de son autonomie pour s'entendre avec les Islanders de New York. Ces mouvements de personnel ont donc créé plusieurs ouvertures dans l'alignement de Chicago, notamment à l'aile gauche du premier trio aux côtés de Jonathan Toews et Marian Hossa. Panik a passablement bien fait après son acquisition en cours de saison, et il a même inscrit seulement deux buts de moins que Hossa à forces égales en 34 matchs de moins. Il pourrait obtenir la première chance d'évoluer sur la première ligne d'attaque, et ce sera à lui d'en profiter. Si les Blackhawks souhaitent plutôt miser sur un clone de Shaw, ils pourront se tourner vers Hartman, un joueur de petit gabarit teigneux, mais doté de bonnes aptitudes offensives. Deux cartes cachées pour les poolers en fin de repêchage.

 

Jake Allen

Le départ de Brian Elliott par le biais d'une transaction qui l'a envoyé aux Flames de Calgary permet à Allen de finalement hériter du poste de gardien numéro un incontesté des Blues. L'embauche de Carter Hutton, un gardien auxiliaire de carrière, confirme ce statut, et Allen ne sera pas menacé de céder sa place devant le filet à la première mauvaise performance. Les Blues ont prouvé leur confiance en Allen en lui accordant une prolongation de contrat de quatre ans, et St. Louis misera à nouveau sur une excellente défensive qui applique le système hermétique de Ken Hitchcock à la lettre. Les pertes de David Backes et Troy Brouwer n'empêcheront pas les Blues d'être à nouveau une puissance de l'Association de l'Ouest, ce qui devrait permettre à Allen d'établir un nouveau sommet en carrière pour les matchs joués et les victoires. 

Perdants

 

Ben Bishop

L'heure est aux réjouissances à Tampa Bay avec le retour de Stamkos, la prolongation de contrat de huit ans accordée au défenseur Victor Hedman et celle de trois ans acceptée par le gardien Andrei Vasilevskiy. Il reste toutefois au directeur général Steve Yzerman à s'entendre avec quatre joueurs autonomes avec compensation, notamment l'attaquant vedette Nikita Kucherov et le polyvalent Alex Killorn. Avec un peu moins de 13 millions $ de marge de manœuvre sous le plafond salarial, Yzerman pourrait être contraint de sacrifier Bishop afin de se donner un peu de latitude, surtout qu'il est confronté à la perspective de perdre Bishop sans rien obtenir en retour au terme de la saison, lui qui deviendra joueur autonome sans compensation. Même s'il parvenait à s'entendre avec lui avant la fin de la campagne, le repêchage d'expansion ferait en sorte que Bishop ou Vasilevskiy ne sera pas de retour à Tampa Bay l'an prochain. Comme le Lightning fait assurément partie des trois meilleures équipes de l'Association de l'Est, il sera difficile pour Bishop de trouver une meilleure situation ailleurs.

 

Sebastian Aho

Aho est débarqué sur le radar des poolers cette saison avec d'excellentes performances au Championnat mondial junior 2016 de la FIHG ainsi qu'au Championnat du monde 2016. Il a d'ailleurs suffisamment impressionné le monde du hockey pour obtenir une invitation d'Équipe Finlande afin de représenter son pays à la Coupe du monde de hockey 2016. Les poolers qui veulent se hâter de le réclamer à leur prochain repêchage en croyant avoir déniché le prochain gagnant du trophée Calder devront peut-être réviser leurs attentes à la baisse. L'acquisition de Teravainen des Blackhawks et l'ajout de Lee Stempniak sur le marché des joueurs autonomes pourraient reléguer Aho à un rôle de soutien, ou même retarder son arrivée dans la LNH. Avec Jordan Staal, Jeff Skinner, Elias Lindholm, Victor Rask, Stempniak et Teravainen, il pourrait être difficile pour Aho de décrocher un poste sur les deux premiers trios. Il est tout à fait possible que le vétéran Stempniak soit destiné au troisième trio, mais il faut également souligner que les Hurricanes sont encore à 4 millions $ d'atteindre le plancher salarial en vue de la prochaine saison. Il ne faudrait donc pas se surprendre de voir débarquer d'autres joueurs établis dans la LNH, ce qui pourrait compliquer davantage la tâche de Aho.

 

Mike Condon

En l'absence de Carey Price la saison dernière, Condon a été jeté dans la fosse aux lions à sa saison recrue. Après avoir battu Dustin Tokarski pour obtenir le poste de gardien no 2 des Canadiens, Condon a disputé 55 matchs, dont 51 à titre de partant. Ses 21 victoires représentent le cinquième plus haut total par un gardien recrue dans la LNH depuis la saison 2010-11. Tous s'attendaient à ce qu'il reprenne son poste d'adjoint, fort de cette expérience inattendue à sa première campagne. Le directeur Marc Bergevin a toutefois jugé bon de faire appel au vétéran Al Montoya, à qui il a octroyé un pacte d'un an à un salaire près du double de celui de Condon. Condon passe donc d'un total de 55 matchs à la perspective d'en disputer un grand total de zéro dans la LNH cette saison.

Jannik Hansen

Hansen a été l'ailier droit attitré aux jumeaux Henrik Sedin et Daniel Sedin la saison dernière à forces égales, ce qui lui a permis d'atteindre un sommet en carrière de 22 buts. Il a notamment amassé 16 points à ses 24 derniers matchs, et la clé de son rendement était son association avec les Sedin à 5-contre-5, puisque son temps de jeu en avantage numérique était pour ainsi dire inexistant (0:24 par match). L'arrivée de Loui Eriksson, que plusieurs voient patiner sur le même trio que ses compatriotes, signifie que le rôle de Hansen sera grandement diminué. À 30 ans, il risque aussi d'être victime du mouvement jeunesse amorcé par les Canucks, alors que les Bo Horvat, Jake Virtanen, Sven Bartschi et Emerson Etem risquent de se voir confier plus de responsabilités. Hansen aura de la difficulté à marquer 15 buts et 30 points.

En voir plus