Skip to main content

Poolers : Forte tendance dans la section Centrale

Deux piliers des Blues connaissent de bons moments, alors que deux joueurs du Wild éprouvent des difficultés

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque semaine, nous allons donc répertorier un joueur par position dont la valeur est en hausse, et un autre pour lequel la valeur est en baisse.

 

ATTAQUANTS
Hausse : T.J. Oshie, Capitals de Washington -
Pour la première fois de sa carrière, l'attaquant de 30 ans a atteint le plateau des 30 buts cette saison. Il y est parvenu grâce à une excellente séquence de 10 buts à ses 14 derniers matchs, et il a amassé un point par rencontre à ses 18 dernières parties (12 buts, six passes). Encore plus impressionnant, seulement trois de ces 18 points ont été obtenus en avantage numérique, et ce malgré une utilisation constante sur la première vague de l'attaque massive et un temps de glace supérieur à trois minutes par rencontre sur le jeu de puissance depuis le 1er février (3:07). Il évolue cependant avec les ténors de l'attaque de Washington à forces égales, Alex Ovechkin et Nicklas Backstrom, et il a grandement profité du rendement exceptionnel du deuxième (30 points en 22 matchs) afin de l'aider à masquer la « disette » du premier (16 points en 22 parties). 

Baisse : Alexander Wennberg, Blue Jackets de Columbus - Depuis le 28 février, les Blue Jackets de Columbus forment la meilleure équipe de la LNH avec une récolte de 17 points (8-2-1), mais ils le doivent surtout à l'étanchéité de leur défensive, et non à l'explosivité de leur attaque comme c'était le cas en début de saison. Wennberg, qui avait récolté 52 points à ses 60 premières parties, n'a pas trouvé le fond du filet à ses 10 derniers matchs, et il a été limité à deux mentions d'aide. De plus, celui qui a longtemps fait partie des meneurs de la ligue au chapitre des points en avantage numérique n'a récolté qu'un point en 14 matchs sur le jeu de puissance. Ce rendement explique en grande partie pourquoi l'attaque massive de Columbus est passée du premier rang de la LNH en date du 31 janvier (24,6 pour cent) au huitième rang aujourd'hui (21,5 pour cent). Question d'améliorer la situation, Wennberg est ennuyé par une blessure au cou, qui l'a forcé à rater le dernier match des siens.

DÉFENSEURS
Hausse : Alex Pietrangelo, Blues de St. Louis -
Les Blues ont pris un pari risqué lorsqu'ils ont échangé le défenseur Kevin Shattenkirk aux Capitals de Washington peu avant la date limite des transactions. Élément central du jeu de puissance des Blues, Shattenkirk laissait un gros vide à la ligne bleue d'une équipe qui aspirait aux grands honneurs en début de saison. Non seulement les Blues montrent-ils une fiche de 8-3-0 depuis le départ de Shattenkirk, mais l'attaque massive de l'équipe fait également mieux sans lui (26,9 pour cent) que lorsqu'il était membre de l'équipe (21,7 pour cent). Le rendement de Pietrangelo explique en grande partie ces statistiques. C'est lui qui a reçu la part du lion des minutes que passait Shattenkirk en supériorité numérique, et il a récolté neuf points (deux buts, sept passes), dont six sur le jeu de puissance, à ses 12 derniers matchs. Il est également employé en moyenne pendant 26:45 par match depuis le début de cette séquence, soit près de deux minutes de plus qu'auparavant.

Baisse : Jared Spurgeon, Wild du Minnesota - Le 27 février, le petit défenseur de 27 ans a atteint le plateau des 30 points pour la première fois de sa carrière, et avec une séquence de huit points à ses 10 derniers matchs, une récolte de 40 points était parfaitement envisageable. Malheureusement, son rendement a fortement décliné depuis avec une seule mention d'aide à ses 12 derniers matchs. Il a également été limité à un but à ses 18 dernières parties, et son dernier point en avantage numérique remonte au 12 février. Spurgeon est pourtant le deuxième défenseur le plus utilisé du Wild en supériorité numérique depuis le début de cette séquence derrière Ryan Suter.

GARDIENS
Hausse : Jake Allen, Blues de St. Louis -
Elle semble bien loin l'époque où les Blues avaient suggéré à Allen de demeurer à St. Louis plutôt que d'accompagner l'équipe sur la route afin qu'il se « repose mentalement ». Cela ne remonte toutefois qu'à la fin du mois de janvier, soit quelques jours avant le congédiement de l'entraîneur Ken Hitchcock. Est-ce le repos forcé ou le départ de son entraîneur qui a revigoré Allen? On ne le saura jamais, mais les statistiques d'Allen depuis le début du mois de février sont plus qu'éloquentes. En effet, il montre une fiche de 11-6-0, et il mène tous les gardiens de la LNH ayant pris part à au moins neuf rencontres depuis cette date avec un pourcentage d'arrêts de ,942, une moyenne de buts alloués de 1,72 et trois blanchissages. Grâce à ses performances devant le filet, les Blues ne semblent plus en danger de rater les séries éliminatoires.

Baisse : Devan Dubnyk, Wild du Minnesota - Dubnyk fait toujours partie des meneurs de la ligue au chapitre du pourcentage d'arrêts cette saison avec un rendement de ,927. Le problème : il n'a pas affiché un tel pourcentage d'arrêts au cours d'une rencontre à ses neuf dernières présences devant le filet. Au cours de cette séquence, il montre une fiche de 2-6-0, un pourcentage d'arrêts de ,879 et une moyenne de buts alloués de 3,31. Il était le favori pour remporter le trophée Vézina il n'y a pas si longtemps, et il permettait au Wild de trôner au sommet du classement de l'Association de l'Ouest. Le Minnesota perd à présent beaucoup de terrain sur les Blackhawks de Chicago, et Dubnyk risque fort de ne pas se retrouver parmi les trois finalistes au trophée remis au meilleur gardien de l'année s'il ne redresse pas la barque.

En voir plus