Skip to main content

Poolers : Eriksson, Carlson et Bishop en baisse

Ces trois joueurs ne répondent absolument pas aux attentes depuis le début de la saison

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque semaine, nous allons donc répertorier un joueur par position dont la valeur est en hausse, et un autre pour lequel la valeur est en baisse.

ATTAQUANTS
Hausse : Artem Anisimov, Blackhawks de Chicago -
La saison dernière, Anisimov a évolué avec Artemi Panarin et Patrick Kane pratiquement toute la saison, et s'il n'a pas affiché les mêmes statistiques que ses compagnons de trio, il faut noter que sa récolte de 42 points était sa deuxième plus élevée en carrière dans la LNH. Les trois joueurs ont été réunis en début de saison, et cette fois, c'est Anisimov qui a volé la vedette à ses compagnons de trio. Même si Kane évolue sur une autre unité depuis quelques matchs, Anisimov ne dérougit pas, et il occupe le premier rang des pointeurs de la LNH avec 13 points (sept buts et six passes). Il a récolté au moins un point à ses huit derniers matchs, et un but à ses trois dernières rencontres.

Baisse : Loui Eriksson, Canucks de Vancouver - Eriksson a accepté un contrat de six ans avec les Canucks de Vancouver, et on lui a confié l'un des postes les plus convoités dans la LNH : ailier droit sur le trio des frères Henrik Sedin et Daniel Sedin. Les Canucks et leurs partisans espèrent certainement qu'Eriksson ne va pas maintenir son rendement actuel pendant six ans, car il ne répond absolument pas aux attentes depuis le début de la saison. Il n'a toujours pas touché la cible dans son nouvel uniforme, et il a été limité à quatre mentions d'aide et 13 tirs en neuf matchs. Il a été remplacé par Jannik Hansen aux côtés des jumeaux Sedin au cours des derniers matchs, et il évolue maintenant avec Brandon Sutter et Markus Granlung à forces égales. Son temps de glace a également fondu sur le jeu de puissance, ce qui limite beaucoup ses chances de rebondir bientôt.

DÉFENSEURS
Hausse : Zach Werenski, Blue Jackets de Columbus -
Le défenseur de 19 ans est ce qui se rapproche le plus de Shayne Gostisbehere la saison dernière. Arrière à caractère offensif, Werenski a su gagner la confiance de son entraîneur John Tortorella, et il est employé en moyenne pendant 21:52 par match, dont 2:07 en avantage numérique, le plus haut total de l'équipe. Comme le jeu de puissance des Blue Jackets fonctionne à un rythme de 35,0 pour cent, au premier rang de la LNH, il ne faut pas se surprendre de voir que quatre des huit points récoltés en huit matchs par Werenski ont été obtenus en supériorité numérique. Werenski a dominé les rangs universitaires américains la saison dernière avant de survoler les séries éliminatoires de la Ligue américaine de hockey avec 14 points en 17 parties. Il continue de brûler les étapes et de jouer avec confiance, lui qui décoche en moyenne trois tirs par match.

Baisse : John Carlson, Capitals de Washington - Malgré une utilisation optimale, 23:37 par match, dont 3:18 en avantage numérique, deux sommets parmi les défenseurs des Capitals, Carlson peine à noircir la feuille de pointage depuis le début de la saison. Aucun but et deux passes, c'est tout ce qu'a pu récolter Carlson en neuf parties depuis le début du calendrier. Pourtant, sa moyenne de plus de trois tirs par match est la plus élevée de sa carrière, mais après des saisons de 55 points en 82 matchs et de 39 points en 56 parties, les poolers étaient en droit de s'attendre à une production bien plus élevée de la part du défenseur numéro un des Capitals. Le jeu de puissance des Capitals va fort probablement exploser à un moment ou à un autre (15,4 pour cent, 19e rang de la LNH), et Carlson sera l'un des principaux bénéficiaires de cette explosion, mais d'ici là, l'attente est pénible pour les poolers.

GARDIENS
Hausse : Devan Dubnyk, Wild du Minnesota -
Difficile d'ignorer un gardien qui signe trois blanchissages consécutifs. Avec sa fiche de 5-2-1, sa moyenne de buts alloués de 1,51 et son pourcentage d'arrêts de ,948, Dubnyk fait partie des cinq premiers de la LNH dans chacune de ces catégories parmi les gardiens ayant disputé au moins quatre parties, en plus d'être le meneur pour les jeux blancs. L'entraîneur Bruce Boudreau a montré par le passé que ses équipes connaissaient du succès en saison régulière, et qu'il était capable de mettre en place des systèmes de jeu avantageux pour les gardiens. Dubnyk représente l'une des meilleures options devant le filet pour les poolers pour le moment.

Baisse : Ben Bishop, Lightning de Tampa Bay - Le Lightning ne trône pas au sommet du classement de l'Association de l'Est comme plusieurs observateurs le prévoyaient, et cela s'explique en partie par le rendement de Bishop devant le filet. Avec 30 buts accordés en 10 matchs, le Lightning forme la septième équipe la plus généreuse de la LNH cette saison. Bishop a accordé moins de trois buts deux fois seulement en six départs, ce qui explique sa fiche de 4-3-0, sa moyenne de buts alloués de 3,30 et son pourcentage d'arrêts de ,891. Dire que ces statistiques ont été grandement améliorées par sa performance de 26 arrêts sur 27 tirs mardi contre les Islanders de New York! Signe de meilleures choses à venir, ou anomalie dans une saison qui s'annonce difficile?

 

En voir plus