Skip to main content

Poolers : derrière les chiffres

Quelques statistiques marquantes des matchs disputés hier soir dans la LNH

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Voici quelques statistiques qui ont retenu l'attention au cours des matchs du vendredi 9 décembre :

1 : Le défenseur des Sabres de Buffalo Rasmus Ristolainen a récolté un point contre les Capitals de Washington, ce qui porte son total à huit au cours de ses six dernières parties. Cinq de ces points ont été amassés sur le jeu de puissance, lui qui est utilisé en moyenne 3:39 par match en avantage numérique. Contre les Capitals vendredi, Ristolainen a surpassé le plateau des 30 minutes de temps de glace pour la première fois de la campagne (30:11). Le retour de Jack Eichel n'est pas étranger à la hausse de la production de Ristolainen, puisque le centre des Sabres a obtenu quatre de ses cinq points en supériorité numérique en six parties depuis son retour.

52 : Nombre de tirs arrêtés par les gardiens Antti Raanta et Scott Darling avant que l'un des deux ne cède finalement en prolongation. Les deux cerbères se sont livré tout un duel, et Raanta stoppé 43 des 44 lancers qu'il a reçus en à peine 24 heures. Quant à Darling, sa fiche de 1-2-1 depuis qu'il est venu en relève à Corey Crawford est trompeuse, car il présente une moyenne de buts alloués de 1,51 et un pourcentage d'arrêts de ,950 à ses quatre derniers départs. Son attaque ne lui a fourni que six buts au cours de cette séquence, dont quatre lors de son unique victoire, un blanchissage de 4-0 contre les Coyotes de l'Arizona le 6 décembre.

3 : Matchs consécutifs sans point pour Michael Cammalleri. Il ne s'agit certes pas d'une disette importante, mais celle-ci pourrait se prolonger, puisque Cammalleri avait profité de l'absence de Taylor Hall pour s'imposer comme premier ailier gauche de l'équipe et connaître une impressionnante séquence de 11 points en six parties. Hall est de retour, et c'est lui qui surfe sur une belle lancée avec huit points à ses cinq dernières rencontres, en plus de légèrement cannibaliser le temps de glace de Cammalleri sur le jeu de puissance.

En voir plus