Skip to main content

Poolers : derrière les chiffres

Quelques statistiques marquantes des matchs disputés hier soir dans la LNH

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Voici quelques statistiques qui ont retenu l'attention au cours des matchs du jeudi 1er décembre :

8 : Nombre de lancers décochés par l'attaquant des Oilers d'Edmonton Leon Draisaitl contre les Jets de Winnipeg, un sommet en carrière pour le jeune Allemand. Le troisième choix au total du repêchage 2014 de la LNH traverse une excellente séquence avec 12 points à ses neuf derniers matchs. Il s'illustre particulièrement sur le jeu de puissance avec six points (cinq buts, une passe) à ses six derniers matchs. À ce rythme, il devrait facilement éclipser son total de neuf points en avantage numérique obtenu la saison dernière. Récemment jumelé à Connor McDavid et Milan Lucic à forces égales, il doit absolument être sur le radar des poolers.

7 : Nombre de tirs obtenus par l'attaquant des Penguins de Pittsburgh Patric Hornqvist contre les Stars de Dallas. Hornqvist a apporté toute une contribution aux poolers qui l'ont inséré dans leur alignement dans les ligues multicatégories : un but, une passe, un point en avantage numérique, sept lancers, trois mises en échec et deux lancers bloqués. Il a maintenant récolté trois points en deux matchs à son retour au jeu après une commotion cérébrale, il ne semble pas avoir besoin de temps pour retrouver ses repères aux côtés de Sidney Crosby et Conor Sheary à forces égales, ou encore sur la première vague du jeu de puissance.

2 : Nombre de points en avantage numérique récoltés par le défenseur des Coyotes de l'Arizona Michael Stone contre les Kings de Los Angeles. Stone a trouvé une belle façon de s'excuser auprès des poolers après huit matchs sans point, avec un match étincelant dans toutes les catégories, à l'instar de Hornqvist. En plus de ses deux mentions d'aide sur le jeu de puissance, il a décoché trois lancers, distribué trois coups d'épaule et bloqué sept tirs. Pour un deuxième match de suite, il a été utilisé pendant plus de 24 minutes par son entraîneur Dave Tippett. 

9:29 : Temps passé sur la glace en avantage numérique par l'attaquant des Capitals de Washington Alex Ovechkin. Il s'agit du temps d'utilisation le plus élevé par un joueur sur le jeu de puissance dans un match dans la LNH cette saison, à égalité avec Shea Weber (22 novembre contre les Sénateurs d'Ottawa). Ovechkin n'a pas été en mesure de trouver le fond du filet malgré cette utilisation, lui qui a été blanchi pour la première fois en cinq rencontres. Sur la première vague du jeu de puissance, c'est encore une fois Matt Niskanen qui évoluait avec Ovechkin, et non John Carlson. Niskanen en a profité pour décocher six tirs au filet. 

En voir plus